Bucks

Jrue Holiday fait dans l’élevage de Faucons : dompter l’insaisissable Trae Young, la parfaite réaction d’un acharné

Jrue Holiday - Trae Young

Le Puy du Jrue.

source : Montage TrashTalk via YouTube

D’une démonstration de puissance découle toujours quelques performances de l’ombre. Cette nuit, Jrue Holiday – missionné pour défendre le Prince de Géorgie – s’est mué en hyène de parquet. Un peu la flemme de lire les lignes ci-dessous ? C’est pas bien, mais le résultat peut se lire rapidement sur la feuille de match de Trae Young. Débrief d’une prestation, made in nineties.

Il est le genre de joueur que beaucoup de coachs rêvent d’avoir, Jrue Holiday a parfaitement réagi dans ce Game 2. On parle d’une émulsion de Trae Young accompagnée d’une sauce au Kevin Huerter langoureusement préparée par le second en salle, P.J. Tucker. Les deux hommes du Wisconsin se sont parfaitement répartis les tâches défensives, entravant les offensives d’Atlanta. Une performance potentiellement unique au beau milieu de Playoffs où les Hawks sont rois lorsqu’il s’agit d’attaquer. Allez, mettons un peu de concret sur ces prouesses défensives : Trae Young termine la partie avec 15 points, 3 assists et 9 ballons perdus à 38% au tir dont 1/8 de la buvette. Du côté de Kevin Huerter, la feuille annonce 8 points et 3 cuirs égarés à 30% au tir. Oui – peu habitué à cette adversité – le backcourt de Géorgie s’est mangé un os et laisse présager une suite complexe si Nate McMillan snobe certains ajustements. Mais, comment Jrue a-t-il fait pour museler le vis-à-vis qui lui a collé 48 plaques il y a deux jours ? Si rapidement de l’ombre à la lumière, tout en restant dans l’ombre. Ce soir, tous les paramètres étaient réunis pour que le guard – fraîchement élu dans la All-Defensive First Team – gomme sa précédente débâcle. Un Trae Young trop approximatif, une grande réactivité d’appuis et un collectif qui a longtemps couvert les arrières du Jrue. Scène illustre la philosophie, le Prince de Géorgie s’en va attaquer le cercle à fond les ballons. Ni une, Brook Lopez se pointe et cale quelques mots en gitan qui provoquent le demi-tour de Trae Young. On se retrouve donc avec l’offensive des Hawks bloquée par l’investissement défensif de Milwaukee, un tableau dressé tout le long du match.

Il est important de comprendre que Jrue Holiday est un joueur au goût du jour, c’est à dire un bonhomme qui va puiser sa forme dans l’engagement de ses coéquipiers. Il ne pourra pas lock-down un attaquant d’élite si ses potes ne sont pas à minima focus. Mais une fois que chacun est impliqué, les mouvements, l’intensité et la communication font que Jrue sait exactement où il doit se positionner afin de stopper le Trae. Bis repetita, de l’autre côté du parquet. Caler 22 points, 2 rebonds et 7 assists à 64% au tir dont 3/4 from downtown, ce n’est pas ce que l’on appelle être un attaquant lambda. Encore moins lorsqu’il s’agit d’une sortie en Finale de Conférence. Très souvent sollicité par ses coéquipiers, Jrue Holiday a profité des largesses laissées par les Hawks pour cisailler leur défense de par des drives tranchants. On pense à ce joli up-and-under déposé sur toute la raquette géorgienne, comme si seuls Sim Bhullar et Ish Smith étaient venus contester. Un body control de rêve auquel vient s’ajouter une finition soigneuse et techniquement au-dessus de la moyenne. Pas forcément le meilleur tireur à 3-points de son équipe (30% cette saison), le Jrue a – cette nuit – assuré en convertissant trois belles pastilles derrière l’arc. De quoi ponctuer une masterclass discrète, mais tellement importante.

Nous sommes au Game 2 et pourtant, l’horizon ne dévoile aucune réelle tendance. D’abord exécuté publiquement par Trae Young, Jrue Holiday s’est rattrapé en muselant la petite vipère quelques jours plus tard. Bien malin qui peut prédire la suite d’une série plus que jamais placée sous le signe de l’adversité. Vous questionnez ? On répond.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top