News NBA

Officiel : les All-NBA Teams 2020-21 ont été dévoilées… et on ne sait même pas par où commencer

all-nba teams 16 juin 2021

LeBron James ? Donovan Mitchell ? Jimmy Butler ? Jayson Tatum ? Devin Booker ? James Harden ? Russell Westbrook ? Alex Caruso ?

Source image : NBAPR

Il ne restait plus grand chose à distribuer niveau awards, et le teasing avait d’ailleurs été bien fait en soirée pendant que des Allemands se trompaient de cages dans l’autre sport. Les All-NBA Teams ont donc été dévoilées cette nuit à 2h du matin, en préambule du Game 5 entre les Nets et les Bucks, et comme chaque année elle offre son lot d’heureux et de malheureux.

Chaque année c’est la même, les trois All-NBA Teams sont annoncées, et à la première lecture on se dit que la NBA regorge quand même d’un paquet de grands fous. Puis on fait une seconde passe, et on pense alors… aux absents. Parce qu’il n’y aura jamais assez de place pour tout le monde, parce que le débat est continuellement ouvert en NBA, et aussi parce qu’on aime bien ne pas être d’accord.

A première vue ? Rapidement ? Bravo à tous les copains récompensés, évidemment. Julius Randle et Bradley Beal par exemple, qui cochent la case pour la première fois de leur carrière, Luka Doncic, aussi, qui squatte la All-NBA Fisrt Team pour la deuxième fois en trois saisons NBA ou encore les tontons Chris Paul (dixième médaille) et évidemment le fameux James LeBron, présent pour la 17ème fois de sa carrière, en… 18 saisons. De bien beaux lauréats donc, mais en parallèle des questions qui reviennent très vite. Quid de Donovan Mitchell, leader offensif de la meilleure équipe de la Ligue cette saison ? Quid de Jayson Tatum ? Quid de James Harden ? Quid de Devin Booker ? Quid de Bruno Caboclo ? LeBron James trop haut ? Jimmy Butler c’est sûr ? Et Jean-Yves de la compta il est où ? Des héros récompensés mais des héros oubliés, « snobés » pour certains, des oublis synonymes de seum, de sel, de safran ou de ce que vous voulez, mais surtout synonyme parfois de sacrées sommes de thune perdues, là où l’on se dit que ce fameux seum… peut parfois être compréhensible.

Yana qui sont contan, yana qui sont pa contan. Le shine pour certains, la thune pour d’autres (Joel Embiid notamment), et donc aucun des deux pour quelques lésés magnifiques. Le genre de nominations pleines de hype mais qui remet en tout cas un débat sur la table, celui de savoir si oui ou non l’obtention de 30 millions de plus ou de moins sur la fiche de paie peut se faire via le vote de… journalistes. On comprend mieux pourquoi Chris Paul sourit à tout le monde, partout et tout le temps, et on conseille donc aux quelques « battus » de 2021 d’apprendre à le faire un peu plus parce que ça peut toujours servir.

Des habitués, des locks évidents, des gamins qui s’installent, et des mecs qui cherchent encore leur nom. On y est, la NBA a offert toutes ses médailles pour cette saison, elle a récompensé tous ses héros. Et tant pis pour le trophée de Rookie Of the Year, aussi snobé par la NBA que Donovan Mitchell, et qui récompensera peut-être Anthony Edwards en novembre prochain, quand Adam Silver aura le temps.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top