Los Angeles Clippers

Les Clippers déroulent tranquillement à la maison : 118-104, 2-2, le Jazz a manqué deux cartouches, attention à ne pas les regretter

Kawhi Leonard

Gros gros smile après une victoire en Playoffs.

source image : NBA League Pass

Vous n’avez pas regardé ? Bravo pour le sommeil gagné et bravo pour le blowout évité. Tout au long d’un match à sens unique, le Jazz s’est mangé une belle dérouillée made in Hollywood Boulevard. On pourrait ne pas résumer la rencontre et se suffire de cette phrase bien tombée, mais décortiquer un -30, c’est tellement nous. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ici

Comme pour la série Sixers – Hawks, cet avant-match a un furieux goût de marche ou crève. Les Clippers sont menés 2-1 et doivent absolument l’emporter sous peine de se rendre à Salt Lake City dénudés et cible dans le dos. Un peu comme si tes deux dernières épreuves du BAC étaient l’EPS et la philo. Il vaut mieux bien slalomer entre les plots plutôt que de citer Kant en pensant que c’est un caviste du Loir-et-Cher. M’enfin, les infirmeries sont occupées par Serge Ibaka (Clippers) – out pour la saison – et Mike Conley (Jazz), touché aux ischios-jambiers. Les Mormons ont l’opportunité de frapper un grand coup en prenant le large dans cette série, afin de potentiellement clore les débats dès mercredi soir dans l’Utah. D’ailleurs, si on prend le nombre de lettres dans le mot « Utah » et qu’on l’additionne au nombre de titres de DPOY remportés par Rudy Gobert, on obtient sept. Sept, comme le nombre d’équipes NBA encore en lice dans ces Playoffs, c’est marrant. Il est debout et déjà rouge comme un pochtron, Steve Ballmer – hypé comme jamais – annonce la couleur. L’entre-deux est donné dans un Staples Center relativement plus calme que bon nombre d’autres salles. C’est le onzième entre-deux des Clippers en Playoffs, le onzième perdu (c’est tellement Clippers ce genre de stats). Ce n’est pas la meilleure formule pour vous donner envie de lire la suite du résumé, mais le Jazz mène pendant cinquante secondes avant de perdre définitivement le lead. On apprécie l’entame de Nicolas Batum qui intercepte trois ballons et permet aux siens de fuser en contre. Le trio Kawhi Leonard – Paul George – Marcus Morris assure le scoring, tandis que Reggie Jackson se limite au rôle de facilitateur et rend instantanément les ballons qui lui sont confiés. La première période est une véritable boucherie : agressivité, réussite et défense, Kawhi Leonard s’envole même sur Royce O’Neale pour nous offrir un condensé de cette mi-temps. Orgueilleux, Donovan Mitchell fronce les sourcils et inscrit 21 des 44 points de son équipe. Dis Rudy, le réveil a pas sonné ? (Los Angeles Clippers 68 – 44 Utah Jazz)

Alors oui, le Jazz va remporter le troisième quart-temps, mais que l’on ne s’y trompe pas : le suspens s’est déjà barré loin du Staples. La solitude de Donovan Mitchell fait peine à voir, lui qui peut habituellement compter sur ses couteaux suisses pour arrondir les pourcentages. Ce soir, Joe Ingles et Bojan Bogdanovic ne sont pas maladroits mais jouent tous deux par séquences. C’est surtout le banc mormon qui déjoue complètement : Jordan Clarkson lâche un 3/12 tandis que Derrick Favors et Georges Niang sont fantomatiques. Si Kawhi Leonard continue de jouer les trublions aériens, il se fait un poco mal au genou sur une flexion contre le parquet. Tiens, Tyronn Lue préfère ne prendre aucun risque et sort the Klaw avant que le cas de la star ne s’aggrave. Une décision sérieuse et réfléchie à envoyer directement dans la boîte mail de Tom Thibodeau. Malgré ses pourcentages, le Nico Batum national fait son match avec 7 points, 7 rebonds, 4 assists, 3 interceptions et 1 contre à 2/8 au tir. Tout le contraire de Rudy Gobert qui – même s’il lâche son double-double syndical – est transparent. Quand ses coéquipiers ne sont pas au niveau, Rudy peine à sonner une quelconque révolte et a la fâcheuse tendance à se fondre dans la masse. Dans le dernier quart-temps, l’écart flirte avec les dix points mais les Clippers résistent à l’assaut ultime du Jazz. On se lève et on commande huit burgers quand Donovan Mitchell et Patrick Beverley tiennent un ballon qu’aucun ne veut lâcher. Le Patoche aboie dans tous les sens comme si l’on avait pas cramé depuis tout ce temps qu’il n’est pas un si bon défenseur. Du moins, pas comme il le prétend (Los Angeles Clippers 118 – 104 Utah Jazz). Bien que Donovan Mitchell termine la partie avec 37 points, 5 rebonds et 5 assists à 35% au tir dont 40% de loin, c’est bien le trio Paul George – Kawhi Leonard – Marcus Morris qui offre la victoire aux angelinos. Les compères cumulent 86 points et se donnent rendez-vous mercredi soir pour une cinquième manche, en terre mormone.

C’était long, un peu ennuyant, mais la finalité se veut magnifique pour les Clippers. Alors qu’ils étaient menés 2-0, les Angelinos ont su réagir en renouant avec le succès à domicile. Une mention honorable pour notre Nico et le bonnet d’âne pour Rudy. On a peut-être pas eu le suspens dans ce match, mais on l’a dans cette série.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top