Knicks

Les Knicks ne s’arrêtent jamais : Julius Randle toujours plus fort, Frank Ntilikina qui met le couvercle, et New York est… cinquième à l’Est !

Frank Ntilikina 11 mars 2020

2020 était une année bizarre, personne n’est prêt pour 2021.

Source image : YouTube

Les jours passent et se ressemblent à New York, pour une franchise qui n’e finit plus d’étonner cette saison. Nouvelle démonstration défensive cette nuit, nouvelle démonstration de gestion face à des Pacers pourtant pas les derniers pour emmerder les gens, et ce matin les Knicks sont donc cinquièmes de la Conférence Est. Le « pire » dans tout ça ? C’est qu’ils ne l’ont absolument pas volé.

On en riait (un peu) il y a deux jours, en se disant qu’avec un peu de baraka les Knicks pourraient très bien se retrouver… Top 4 de leur conférence à la pause du All-Star Break. Spoiler ? Les hommes de Tom Thibodeau viennent peut-être de gagner le match le plus difficile de leur série en cours, face à une équipe jamais facile à manœuvrer. Les raisons de cette réussite ? Oh elles sont nombreuses, à commencer par un acte collectif qui fait la force des Knicks depuis le début de saison : la défense. Preuve par cinq de la toile tissée par Thibs cette nuit ? Cinq tirs rentrés par le All-Star Domantas Sabonis, cinq balles perdues. Un vrai bourbier pour l’intérieur d’habitude si à l’aise, qui s’est heurté cette nuit à un Julius Randle qui défend beaucoup plus qu’il n’y parait, et à un Nerlens Noel parfait dans le rôle d’exécutant. Côté Pacers seul T.J. McConnell tire son épingle du jeu en première mi-temps, la phrase est incroyable et résume à elle-seule la difficulté de TOUT LE MONDE à jouer New York cette saison.

Après 45 minutes d’une vraie bagarre durant laquelle on aura vu, pêle-mêle, Doug McDermott prendre feu, Frank Ntilikina entrer de nouveau en jeu et planter du parking dès ses premières secondes sur le parquet, Julius Randle dominer tel un glorieux homonyme passé, Derrick Rose et Immanuel Quickley poser des problèmes à Indiana… l’heure du money time avait alors sonné, et durant les dernières secondes du match les Knicks allaient resserrer encore plus les boulons pour faire vivre un enfer aux hommes de Nate Bjorkgrend. Nerlens Noel qui se jette, R.J. Barrett sui se jette, Julius Randle qui ne laisse pas un millimètre à Sabonis, et enfin… Frank Ntilikina qui joue le money time en mode libéro et qui jaillit pour catch le steal du match avant de se faire justice et de donner la win aux siens sur la ligne. Une démo d’envie, une nouvelle perf ultra-solide de mecs qui ne lâchent absolument rien et ce de la minute 1 à la minute 48, et si l’adversaire était privé cette nuit de son meneur titulaire (Malcolm Brogdon), cela n’enlève en rien la débauche d’énergie laissée – une nouvelle fois – sur le parquet du Madison, ça n’enlève en rien la nouvelle très grosse performance de Julius Randle (28/10/6/4), et ça n’enmève en rien au fait qu’on est à deux doigts de redécorer notre bureau aux couleurs des Knicks.

2015 ? 17 victoires et 65 défaites. 2019 ? 17 victoires et 65 défaites. 2021 ? 17 victoires, 17 défaites. Nous sommes le 28 février 2021, c’est l’anniversaire de votre rédacteur préféré en fin presque, et les Knicks sont donc cinquièmes de la Conférence Est avec un bilan équilibré. 2020 fut une année bizarre, personne n’est prêt pour 2021.

stats Knicks Pacers 28 février 2021

2 Commentaires

2 Comments

  1. Patoche

    28 février 2021 à 11 h 25 min at 11 h 25 min

    Joyeux Anniversaire ! et vive les knicks

    • Giovanni Marriette

      1 mars 2021 à 4 h 52 min at 4 h 52 min

      Merciiii !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top