Suns

Les Suns passent un 41-12 aux Pels dans le dernier quart : leçon d’expérience de Chris Paul, c’est peut-être bien lui qui va filer au All-Star Game finalement

Chris Paul Houston Rockets

Propre, propre, Chris Propre.

Source image : YouTube

Il y a des rencontres où la présence d’un vétéran fait la différence. Devant à l’entrée du dernier acte, les Pels se sont finalement pris une vague Suns mené par un Chris Paul au sommet de son art : 15 points, 19 passes, 2 turnovers, on l’appelle pas le Point God pour rien, même à 35 ans. 

On ne parle plus trop du contrat de Chris Paul depuis un an et avec ce genre de match on comprend pourquoi. Derrière de neuf points à l’entame du dernier quart-temps, face à des Pels très séduisants tout au long de la rencontre, les Suns, dans le sillage d’un Chris Paul en mode Point God, ont finalement passé un 41-12 à New Orleans pour finalement s’imposer largement 132-114. Et Chris Paul a simplement été magistral. Auteur de 5 points et 7 assists dans les douze dernières minutes, le vétéran a montré pourquoi les Suns avaient tant voulu le récupérer pendant l’offseason. Avec de la justesse, un playmaking proche de la perfection et une force tranquille pour faire revenir son équipe dans le match, le Point God n’a jamais aussi bien porté son nom. Et comme si ce n’était pas assez, il a aussi été l’auteur du dagger en fin de match en lâchant un gros tir du parking sur Lonzo Ball alors que le score était de 115-107 à 4m40 de la fin et que les Pels avaient encore de la marge pour revenir. Mais à -11, Zion et ses potes ne reviendront plus et sombreront encore plus en n’inscrivant que 12 points dans le dernier quart, leur pire total cette saison. Chris Paul finit la rencontre avec 15 points, à 6/11 au tir dont 3/5 de loin et 19 passes décisives, sa meilleure perf depuis la saison 2016/2017 et la meilleure pour un membre des Suns depuis 2013. Et évidemment, qui dit Chris Paul dit peu de déchet et ses 2 pertes de balles ce soir illustrent bien le dicton. Il n’aura donc suffi que d’un quart-temps aux Suns pour faire la différence, période durant laquelle Phoenix a particulièrement été adroit de loin puisque les joueurs de Monty Williams ont rentré 22 tirs à 58% de loin. Devin Booker (23 points à 50% au tir) a de nouveau fait le taf tandis que Deandre Ayton a remporté son duel face à Zion Williamson puisqu’il finit avec 16 points et 16 rebonds. Huitième victoire sur les dix derniers matchs pour les Suns qui restent au contact des Blazers, avec un bilan similaire de 18 victoires pour 10 défaites. 

Les Pels ont de leur côté manqué de rigueur mais surtout d’expérience. Ils n’ont pas arrêté le saignement et face à la masterclass de Paul, ni Lonzo, ni Ingram, ni Zion n’ont eu l’air de savoir quoi faire. Zion réalise son “pire” match depuis un certain temps avec 23 points à 8/11 au tir, 5 rebonds et 4 passes. C’est pas si mal hein, mais le numéro 1 de la Draft 2019 n’a inscrit que deux points dans le dernier quart et a été coupable de 5 turnovers pendant la rencontre. Il n’est toutefois pas plus à blâmer que les autres puisque si l’on combine son nombre de points dans le quatrième quart à ceux de Lonzo Ball et Brandon Ingram, on reste à… 2. Oups. Un manque d’expérience flagrant qui fait partie de l’apprentissage en NBA et puis ce ne sont ni les premiers et probablement pas les derniers à se faire piéger par ce coquin de Chris Paul.

Chris Paul est toujours à 35 ans l’un des meilleurs meneurs de la Ligue et il y aura un vrai débat pour savoir qui de lui ou Devin Booker représentera les Cactus lors du match des étoiles. Si Booker est toujours aussi fort offensivement, le Point God est sans aucun doute la raison principale de ce superbe début de saison des Suns qui sont en lice pour finir dans le Top 4 de l’Ouest. Le simple fait de ramener Phoenix en Playoffs ça vaut une sélection au ASG non ? 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top