Magic

Nikola Vucevic enchaîne : triple-double et victoire face aux Warriors, et cette fois-ci Evan Fournier l’a bien aidé

Vucevic

All-Star Game ?

source image : NBA League Pass

Si vous tapez duo européen sur Internet, vous trouverez soit Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, soit un coffret Smartbox pour un voyage en amoureux au sud du Portugal. Enfin, ça c’était valable avant que Nikola Vucevic et Evan Fournier n’imposent leur loi outre-Atlantique. Cette nuit, la France et le Monténégro se sont joués de la première puissance mondiale en baissant le froc d’un Oncle Sam quelque peu bourré. 

Il aura 33 balais dans quelques semaines et pourtant, affronter Stephen Curry représente toujours une date clé dans la saison d’un joueur NBA. Plus encore lorsque l’on galère dans le ventre – très – mou de la Conférence Est. Ce vendredi soir, le Magic d’Orlando compte 11 succès pour 18 revers et reçoit les Golden State Warriors, titulaires d’un bilan positif avec 16 victoires pour 13 défaites. Les Dubs recensent les lourdes absences de James Wiseman et Kevon Looney, tandis que les Floridiens doivent se passer des amochés Cole Anthony et Aaron Gordon. À peine l’entre-deux joué qu’Evan Fournier sort le casque de chantier et envoie 13 points à 3/4 de Charenton en seulement quelques minutes. Le Magic prend quelques points d’avance à l’éprouvette et s’appuie sur le Français pour mettre en place les offensives floridiennes. Seulement, Kelly Oubre Jr. est en forme olympienne et multiplie les unités en contre-attaque : dunk, euro-step et finition au contact, l’ancien du Thunder défait l’écart. Terrence Ross s’allie au prodige de Charenton et en plus de mettre un rythme fou dans la rencontre, commence à rentrer ses tirs. Nikola Vucevic allume le moteur et place un poster de pachyderme sur Kelly Oubre Jr. et Draymond Green, très joli. Dans le second quart-temps, Evan Fournier confirme la grandeur de l’Hexagone : « on va la gagner cette guerre » lance-t-il à son pote Vouch, avant de retourner aux vestiaires avec 23 pions, 3 rebonds, 2 assists et 2 interceptions à 69% au tir dont 57% de loin. L’une de ses meilleures mi-temps dans la Grande Ligue – sans aucun doute – et surtout un career high de 32 points dans le viseur (Orlando 64 – 51 Warriors).

Le retour aux affaires est marqué par une second unit de qualité côté Dubs : Kent Bazemore et Damion Lee font filoche, Brad Wanamaker fout le barouf dans la défense floridienne et Eric Paschall frappe des gars dans la peinture. Draymond Green quant à lui, tape son squat habituel avant de dégainer depuis l’aile et d’ajouter trois points au compteur des Californiens. Les Warriors prennent même dix unités d’avance, mais s’écroulent au pire des moments : Chuma Okeke envoie deux tirs primés consécutifs, avant que Vucevic et Fournier ne combinent sur pick-and-roll. La messe est dite quant à une minute du terme, Terrence Ross vient planter une bombinette derrière l’arc en sortie d’écran. Stephen Curry convertit deux prières de loin, mais en vain : sur la dernière action, Michael Carter-Williams sort la défense de sa vie et limite le Chief aux cuisines des écoles. Orlando sort vainqueur de ce duel et peut remercier Evan Fournier, auteur de 28 points, 4 rebonds, 6 assists et 2 interceptions à 61% au tir dont 55% de loin. En réalité, le Français passe au travers de son deuxième acte et laisse en grande partie Nikola Vucevic terminer le boulot : 30 points, 16 rebonds et 10 assists à 57% au tir pour le génie des Balkans. Enfin, Stephen Curry laisse des pourcentages un peu cra-cra à l’Amway Center et même si scoring il y a eu (29), le MVP 2015 n’a pas marqué la rencontre de son empreinte.

Stats Magic - Warriors

Après une victoire face aux Knicks, Orlando enchaîne un deuxième succès consécutif et dispose de Warriors tenaces. Les Dubs quant à eux, manquent la passe de trois et devront se remobiliser avant de se rendre à Charlotte demain soir. On vous laisse avec quelques paroles d’une chanson, sans rapport avec le match : « J’ai mon boa, mon vieux chapeau, ma robe à fleurs, et mon mégot, mon parasol, et mes faux cils, et une boussole, sur mon nombril. »

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top