Knicks

Immanuel Quickley et les Knicks gagnent encore : on parlait d’un simple steal de draft ? Va falloir commencer à causer Rookie of the Year

Les Knicks mettent fin à une série de trois défaites de suite grâce à une victoire maîtrisée 102-81 face aux Cavaliers. Les jeunes de New York, dans le sillage de R.J. Barrett (24 points) et surtout Immanuel Quickley (25 points), ont fait un taf de patron. 

Un Knicks-Cavaliers c’était la rencontre qu’on aurait pensé skip sans peine avant le début de saison mais après un mois de basket, il se trouve que c’était une des rencontres phares de ce vendredi soir, entre deux équipes qui jouent un basket défensif avec des jeunes qui ne cessent de surprendre et de faire le taf. Alors qu’on les attendait en fin de classement, NYK et Cleveland sont finalement de vrais challengers dans la course au play-in, faisant de cette rencontre un match clé si les deux équipes venaient à posséder le même bilan en fin de saison régulière. Les Knicks avaient remporté la première manche fin décembre avant que les Cavs n’égalisent mi-janvier et ce sont finalement les hommes de Big Apple qui reprennent le lead dans cette série avec un nouveau succès. Une victoire acquise principalement en fin de… première mi-temps. Alors que le score est de 26-23 pour les Cavs à 7m31 de la fin du second quart, les Knicks vont lâcher un run monstre de 24-7 pour rentrer au vestiaire avec 14 points d’avance. Une défense qu’on avait plus vue à Gotham depuis l’époque Patrick Ewing a cadenassé l’attaque de Cleveland, et les hommes de J.B. Bickerstaff ont du coup réalisé l’une des pires performances offensives de leur saison. À part Darius Garland et du Collin Sexton par séquence, le reste de l’équipe n’a rien montréen attaque. Larry Nance Jr., Isaac Okoro, Andre Drummond, Taurean Prince et Cedi Osman ont par exemple rentré 6 shoots pour… 34 tentatives, ça calme comme dirait l’autre, c’est cool comme dirait Thibs.

Si les Cavs ont peiné à mettre le ballon dans le panier, ce n’est pas le cas de R.J. Barrett ni d’Immanuel Quickley qui ont réalisé un match de haute volée. Le duo finit avec 49 points au total, quasi 50% des points de leur équipe, à des pourcentages très corrects s’il vous plait (42% pour le Canadien, 53% pour l’ancien de Kentucky). Sélectionné à la 25ème position de la Draft 2020, Quickley s’affirme chaque rencontre comme LE steal de la cuvée. Mais surtout, l’arrière de 21 ans n’est pas totalement hors course pour le titre de rookie de l’année. Avec des moyennes de 11 points en seulement 18 minutes de temps de jeu, il n’est pas loin derrière les Lamelo Ball, James Wiseman, Anthony Edwards ou Tyrese Haliburton. Ses stats devraient par ailleurs gonfler si Tom Thibodeau se décidait à faire plus jouer son rookie. Pour preuve, avec 25 minutes de temps de jeu ce soir face au Cavs, Quickley a lâché 25 points, sa deuxième meilleure performance au scoring cette saison. On dit quoi du coup ? On dit avant tout merci à… Marcus Morris, car c’est grâce à lui et son trade direction les Clippers que les Knicks ont pu récupérer un tour de draft supplémentaire pour enrôler la pépite de Kentucky. L’avenir nous dira si le rôle de Quick’ prend encore plus d’importance au fil de la saison mais au vu du niveau de jeu auquel il joue, ce serait loin d’être un scandale. Petite pensée pour Frank Ntilikina et Dennis Smith Jr. qui n’ont pas vu le parquet une seule fois cette nuit et qui risquent forts d’être les premières victimes de l’explosion de la nouvelle coqueluche new-yorkaise. 

Immanuel Quickley brille de nouveau et est en train de devenir le nouveau chouchou du Garden, peut-être le plus excitant depuis Jeremy Lin. Les Knicks s’en sortent facilement face à des Cavs qui n’ont pas vu la lumière du jour en attaque, dans une affiche que l’on pourrait bien revoir… au play-in en mai.

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top