Sixers

Joel Embiid a fait la totale aux Celtics : c’est de plus en plus officiel, voici le premier favori de la saison pour le trophée de MVP

Les Celtics et les Sixers se retrouvaient pour la première fois en match officiel depuis leur dernière confrontation lors du premier tour des Playoffs 2020. Et le moins que l’on puisse dire c’est que Joel Embiid avait le couteau entre les dents. Le pivot en a passé 42 à la défense des Celtics qui, sans Jayson Tatum, ont craqué sur la fin. Philadelphie tient sa revanche. 

Sweepés par les Celtics cet été lors du premier tour des Playoffs 2020, les Sixers retrouvaient les hommes en vert pour la première fois avec le seum entre les dents. Et Joel Embiid a mis le ton tout de suite et a montré à Brad Stevens que ce ne sont ni Daniel Theis ni Tristan Thompson qui allaient pouvoir l’arrêter. Le Camerounais finit la première mi-temps avec 22 points, pas assez néanmoins pour être devant puisque les C’s, portés par un excellent Kemba Walker, rentrent aux vestiaires avec trois points d’avance. Le meneur a ainsi réalisé une très bonne première mi-temps, après un retour difficile lundi pour son premier match de la saison. Auteur de 17 points, Kemba a régalé sur les deux premiers quart temps et a permis à Boston de rester dans le match quand Embiid faisait un boulot monstre dans la raquette. Au retour des vestiaires, Marcus Smart hausse le ton en attaque et en défense tandis que Jaylen Brown, plutôt discret jusqu’alors, trouve ses marques en attaque. Malheureusement pour les Celtics, la mise en route de Brown et Smart correspond à la mise au frigo de Walker qui en deuxième mi-temps aura totalement disparu, ne scorant que deux points et accusant probablement le coup physiquement, normal pour un joueur qui revient d’une longue blessure bien relou. En face, Joel Embiid déroule et Philly fait un grand pas vers la victoire en début de quatrième quart temps. Joel Embiid termine le boulot sur la ligne des lancers et les hommes de Doc Rivers s’imposent 117-109. Boston aura fait tout ce qu’il pouvait mais l’absence de Tatum, toujours mis de côté pour raison covidesque, et l’incapacité à stopper Joel Embiid auront trop pesé pour que les hommes de Brad Stevens s’imposent. Les Sixers continuent leur presque parfaite série à la maison avec une huitième victoire en neuf rencontres au Wells Fargo Center. 

Si Jojo a éclaboussé le match de sa toute puissance, les Sixers ont également réussi une prestation collective aboutie et plusieurs joueurs ont fait le boulot. Tout d’abord Tobias Harris, qui continue son très bon début de saison, a scoré 22 points à 53% au tir. Shake Milton a encore été convaincant en sortie de banc (16 points) et Ben Simmons, discret, a tout de même été solide en apportant son côté all-around qu’on lui connait très bien. Quant au pivot camerounais ? Disons qu’il est en train de se construire un petit CV sympa pour un trophée tout aussi sympa : celui de MVP. Le très bon bilan des Sixers fait qu’aujourd’hui Joel Embiid est le premier véritable favori au titre suprême de la saison, et on sent que le pivot a des choses à prouver après une saison 2019/2020 en demi-teinte voire en quart de teinte. Et cette nuit les Celtics en ont fait les frais. Brad Stevens n’a trouvé aucune solution pour ralentir le monstre et la prochaine fois, quitte à tenter des trucs, autant essayer de mettre… Tacko Fall sur Embiid, ce ne sera pas pire que le reste et au moins on passera un moment marrant. Joel Embiid a en tout cas réalisé un match tellement dominant que Marcus Smart en a même pris le seum en fin de match, accusant le pivot de flopper pour décrocher des lancers. Embiid n’a pas attendu longtemps pour répondre à Smart déclarant en interview d’après match : 

“Marcus Smart a dit que je floppais beaucoup ? Il exagère. Je suis sûr qu’il se connaît et qu’il connait son jeu aussi, il floppe aussi beaucoup. Et je ne pense pas que je floppe. Si tu regardes vraiment les matchs et que tu comprends le jeu, on le voit tous. Chaque faute sifflée est une vraie faute. Chaque fois que j’ai touché le ballon il y avait faute, et ça n’a même pas toujours été sifflé. Comme quand il restait trois minutes et que je suis monté au panier. Il y avait faute, ils le savaient très bien, mais ça n’a pas été sifflé. Ça fait partie du jeu. »

Les Sixers contre les Celtics, rivalité intemporelle qui ne déçoit jamais. Joel Embiid, après avoir été humilié par ces mêmes Celtics il y a trois mois, a donc pris sa revanche en passant 42 points à Theis, Thompson, Garnett et toute la Nouvelle-Angleterre. Avec cette victoire, Philadelphie repasse premier de la conférence Est pour le plus grand bonheur de Jojo, qui joue définitivement le trophée de MVP cette année.

Source texte : ESPN

1 Comment

1 Comment

  1. Alceste Poquelin

    21 janvier 2021 à 18 h 39 min at 18 h 39 min

    Donc battre une équipe des Celtics diminués et marcher sur la raquette de Boston, ça suffit à faire un candidat MVP. Julius Randle est jaloux et exige son article. Après tout, si la NBA aime élire MVP des mecs se font taper en PO chaque année…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top