Kings

Le paternel de Marvin Bagley III l’ouvre à nouveau : coupez lui vite Twitter au risque qu’il ne tue la carrière du fiston

Marvin Bagley III

Vous êtes toujours si heureux d’avoir drafté Marvin Bagley III au lieu de Luka Doncic à Sacramento ? Ah pardon, vous ne l’avez jamais été.

Source image : Youtube

Beaucoup trop volubile sur les réseaux sociaux et dans les médias, le père de Marvin Bagley III multiplie les messages et prises de tête plus qu’évitables pour son fils, voulant simplement enchaîner en NBA après deux premières saisons moins abouties qu’attendu. La nouvelle sortie de route de son vieux lors du match entre Kings et Rockets pose question.

Marvin Bagley III est un joueur talentueux que l’on a malheureusement qu’assez peu pu voir s’exprimer sur les parquets depuis sa Draft par les Kings en deuxième position en 2018 (81 matchs en carrière pour 14,6 points et 7,6 rebonds de moyenne). Cependant, connaissant un début de saison difficile (11,8 points à 37,5% au tir et 8 rebonds), le jeune homme doit faire face à des problèmes hors parquets largement évitables. Pour cause, si le garçon a l’air plutôt bien éduqué et d’avoir la tête sur les épaules, on remet toutes ces observations en question en voyant l’attitude et la bouche bien trop ouverte… du chef de famille. Récidiviste dans le domaine, le père Bagley s’est à nouveau illustré la nuit dernière lors du match entre Kings et Rockets finalement perdu par Sacto (94 à 102). Manquant une nouvelle fois l’occasion de se taire, le vieux (pas) sage n’a pas hésité à mentionner directement les Kings sur Twitter en leur demandant d’échanger son fils au plus vite au moment même où Houston creusait l’écart dans la rencontre et que son fils faisait lui un long passage sur le banc sur choix de Luke Walton. On en a connu des darons relous, mais là, le boomer a fait fort quand même. N’assumant pas ses propos, le bon « Team Bagley », son pseudo en ligne, a très rapidement supprimé son message mais bon, vous connaissez Internet. Le temps d’être réveillé par deux-trois parpaings de Buddy Hield et c’était déjà la troisième Guerre mondiale au sein de la Kings Nation sur le réseau à l’oiseau bleu, le mal étant fait et les débats se multipliant en quelques minutes. Ce grand utilisateur des réseaux sociaux devrait penser à écrire un bouquin qui pourrait intéresser beaucoup de monde, en faisant exactement le contraire de ce qu’il y dirait, on pourrait ainsi se mettre sur la bonne voie en matière de communication.

Pas le dernier venu au moment de dire des conneries, Bagley Sr. n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir pris à partie Dave Joerger en le renommant « Dave Yogurt » après un lapsus de ce dernier concernant son fils chéri lors de sa saison rookie, ce crack des réseaux sociaux s’était également crêpé le chignon avec le paternel de De’Aaron Fox pour des futilités. Comme si son fils ne subissait déjà pas assez de pression du fait de son début de carrière pourri par les blessures et des comparaisons avec Luka Doncic et Trae Young notamment, déjà installés parmi les boss de la NBA, voilà que celui qui est censé guider le joueur de 21 ans lui cause en réalité beaucoup de tort. Imaginez donc les géniteurs d’autres joueurs, plus ou moins jeunes, venir défendre leur progéniture et tailler un short à son coach ou sa franchise. C’est très rare en NBA, en dehors de l’incroyable famille Ball dirigée par le grand LaVar, mais pas si inhabituel que ça de nos jours. Pensons notamment au cas Adrien Rabiot, si bien conseillé par sa mère, également sa conseillère (pas très bien inspirée), ayant mis à plusieurs reprises son chevelu de fils dans l’embarras ces dernières années. Si le seul point commun entre Rabiot et Bagley III doit être leurs cheveux mi-longs, espérons que le second nommé ne rejoigne pas le Français parmi la caste des indésirables (au moins pour un temps), les mal-aimés des dirigeants et entraîneurs du fait d’un entourage bien trop saoulant. Bien heureusement, ce ne semble pas être le cas pour l’instant, Walton, restant bien calme et philosophe au moment d’évoquer le sujet face à la presse la nuit dernière :

« Eh bien, mon message est toujours le même, nous n’écoutons rien de tout cela. Ça reste entre nous entre ces murs, dans le vestiaire, et nous traversons ça ensemble. Comme je le dis toujours, bon ou mauvais, quoi que les gens disent, nous devons faire tout notre possible pour que cela n’affecte pas ce que nous essayons de faire ici. »

Messieurs dames fans des Kings et/ou du talentueux Marvin Bagley III, intérieur de 21 ans à peine ayant du basket plein les mains, il va falloir agir au plus vite. Il faut trouver un moyen de couper Internet à son daron, sénile avant l’heure, ou bien l’empêcher de regarder l’équipe de son gosse jouer au risque de le voir coûter cher au talent de la famille. Promis à un bel avenir, on pensait que Bagley III ne pouvait qu’être ralenti voire stoppé par son corps fragile, mais un autre problème tout aussi grave vient causer des débats bien inutiles ces derniers mois. Il est grand temps d’y mettre un terme.

Source texte : ClutchPoints.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top