One-on-One

Salut Trae Young, comment ça va ? 30-10 tous les soirs c’est bien, mais il est maintenant l’heure de gagner des matchs

Trae Young 3 Mars 2020

On sait pas vous, mais nous on reprendrait bien quelques petites saisons glacées.

Source image : YouTube/Bleacher Report

Étrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Focus sur le meneur qui a de la glace dans le sang , monsieur Trae Young. 

Avec Trae Young, le « problème » c’est que planter 30 pions et délivrer 10 caviars tous les soirs est devenu la normalité. Devenu en seulement deux saisons l’un de manieurs de ballon les plus populaires de la Ligue et un habitué des Top 10 quotidiens, Ice Trae a un avenir radieux devant lui.  Stephen Curry, Steve Nash et les autres meneurs les plus spectaculaires de l’histoire de la balle orange n’ont pas à s’en faire : avec Trae, la relève est assurée.

Les ficelles crament, les assists s’accumulent. Dans cette NBA actuelle qui repousse toujours plus loin les limites statistiques, un petit meneur de 22 ans avec un maillot d’Atlanta a parfaitement trouvé sa place. Rayford Trae Young a une capacité à mettre le ballon dans l’arceau bien supérieure à la moyenne, c’est évident, mais il ne l’a pas découvert en débarquant dans la Grande Ligue. Lorsqu’il était encore sous le maillot des Sooners d’Oklahoma, Trae était un habitué des shoots de 10 mètres et la comparaison avec le double-MVP de Golden State florissait déjà. Du coup, une saison en 27,4 points et 8,7 passes plus tard, Young débarque en NBA en étant choisit à la cinquième place de la Draft 2018 par… Dallas, puis est transféré à Atlanta immédiatement en échange de Luka Doncic, choisi par les Hawks en quatrième. Et avec le recul, les Rapaces peuvent sans problème se considérer comme la seule équipe du Top 5 de cette Draft qui n’a pas fait l’erreur de ne pas choisir la pépite slovène et le développement incroyable qu’on lui connaît (coucou les Kings, les Suns, les Grizzlies). Parce qu’en choisissant Trae, les Hawks ne le savaient pas mais ils venaient de récupérer celui sur qui les fans de la franchise reposeront tous leurs espoirs deux ans plus tard. En deux saisons, Trae Jeune s’est déjà installé comme le franchise player de l’équipe de Géorgie et a réussi à ramener du spectacle à la State Farm Arena. Parce qu’Ice Trae est de ces joueurs qui font le show, ceux qui vendent des billets. Après une saison rookie de haut niveau, qui aurait été récompensée comme il se doit s’il n’était pas tombé la même année que le robot slovène des Mavericks, Young a confirmé cette année en enchainant les cartons et en devenant à la fois l’un des meilleurs scoreurs et l’un des meilleurs passeurs de la Ligue. Parce que TY n’est pas qu’un shooteur, mais une formidable arme offensive tout court. Frêle physiquement et pas de défense ? Pas de problème. Trae enchaîne sur une saison sophomore en 29,6 points, 4,3 rebonds, 9,3 passes, et en prime une logique première sélection au All-Star Game : la hype est au max.

Mais jusqu’où ira le numéro 11 ? Parce qu’enchaîner les saisons en 30-10 de moyenne semble dans les cordes d’Ice Trae, mais on commence à se demander si le petit gars serait capable de répéter ces perfs dans une équipe qui gagne des matchs. Parce que une saison à ce niveau offensif-là pour que son équipe termine… en 20 victoires pour 47 défaites, on imagine que ça doit pas être drôle pour le gamin glacé. Du coup, on attendait de la part de Travis Schlenk et du front office d’Atlanta une méga intersaison pour entourer son franchise player et pouvoir imaginer des Hawks beaucoup plus compétitifs l’année prochaine. On en rêvait ? On a été entendu. Arrivées de Rajon Rondo, Kris Dunn, Bogdan Bogdanovic, Danilo Gallinari, Onyeka Okongwu et premier matchs de Clint Capela en prévision : sur le papier, les Hawks changent de statut et sont clairement candidats à une qualification en Playoffs. A Trae Young de rester au niveau et de devenir la star d’une équipe qui va loin. Il semble avoir ce qu’il faut en lui pour ça, on y croit fort.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 60%
  • Jauge de hype actuelle : 80%
  • Jauge d’entrée au Hall of Fame : 10%
  • Celui qu’il aimerait devenir : Stephen Curry
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Stéphane Curie

Toute la planète basket attend avec impatience le retour sur le parquet des Hawks et de leur meneur spectaculaire Trae Young. Est-ce que la saison 2020-21 pourrait être la saison du retour sur le devant de la scène d’Atlanta, et la consécration de son franchise player ? Ice Trae est-il un futur candidat au MVP, meilleur scoreur et meilleur passeur de la Ligue… ou un simple coup de chaud passager ? 

3 Commentaires

3 Comments

  1. Dr J

    29 novembre 2020 à 13 h 23 min at 13 h 23 min

    Young a une saison à 32 % et une autre à 36 % (à 3 pts). Ce n’est, au mieux, pas très bon. Je ne comprends pas d’où vient cette hype démesurée sur son shoot. Curry n’a jamais shooté sous 41 %. Nash, une saison à 37 % (booo), sinon, tout au dessus de 40 %. On le met dans la discussion avec Curry (et on oublie même souvent Lillard, smh) sur ceux qui dégainent de n’importe où. Cette saison, Young a shooté à 20 % de très loin !!! (Lillard à 43 % fyi).

  2. AbNormal

    29 novembre 2020 à 20 h 18 min at 20 h 18 min

    Pour un volume shooter comme lui 36% 3ptFG c’est tout sauf ridicule, comparé a Steph curry qui a eu beaucoup moins de usage rate sur ses premières saisons et donc plus de temps a s’accommoder a la NBA ET QUI EST SURTOUT LE MEILLEUR TIREUR A TROIS POINTS DE TOUS LES TEMPS c’est tout de même impressionnant surtout qu’il crée énormément jeu en en tirant et en passant et en étant un franchise player dès sa 2e année, c’est comme si on disait qu’Allen Iverson était pas impressionnant à cause de son pourcentage : ce serait absurde

    • Dr J

      30 novembre 2020 à 13 h 24 min at 13 h 24 min

      Je dis que ses pourcentages sont, au mieux, pas très bon. Tu dis que c’est tout sauf ridicule. On devrait pouvoir trouver un juste milieu, quelque part entre « c’est correct » et « c’est plutôt bon ». Et ça me va bien. Sauf que ce n’est pas en ces termes qu' »on » parle de Trae Young. Encore une fois, depuis sa draft, les deux comparaisons qui reviennent le plus souvent, c’est Curry et Nash. Ce n’est pas moi qui propose la comparaison, quasi tous les médias la font. A l’heure actuelle, je trouve que Trae n’a rien prouvé de particulier en tant que shooter. Et peut-être que c’est lié au mélange jeunesse/usage rate que n’ont pas eu à vivre beaucoup de légendes du tir à distance, ça joue même évidemment d’une façon ou d’une autre. Mais pour le moment, juste sur ce que j’ai vu de ses deux premières saisons et sans parler de potentiel, je me contenterai d’un « meh ».

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top