Spurs

Officiel, Jakob Poeltl reste aux Spurs pour 3 ans et 27 millions : 6 points, 2 contres, 2 passes, 5 rebonds, le compte est bon

le compte est bon

6×5 = 30
30-3 = 27.
Le compte est bon Laurent.

Source image : montage via YouTube

Pour les Spurs, conserver Jakob Poeltl était l’une des priorités de ce début de Free Agency. Après avoir offert une chance plus tôt dans la soirée à… Drew Eubanks, le management de la franchise texane a donc reconduit son pivot autrichien, l’occasion d’ailleurs de rappeler qu’il y a bien des Autrichiens qui jouent au basket.

L’apport de Jakob Poeltl ne réside pas tellement dans ses stats, mais plutôt à travers deux termes : application, et projet. A 25 ans le n°9 de la Draft 2016 n’est plus tout à fait un gamin, mais difficile de ne pas croire que les Spurs tiennent là non pas un futur All-Star mais au moins un jeune joueur qui doit encore progresser. Débarqué il y a deux ans à San Antonio dans le trade qui avait amené DeMar DeRozan et fait partir celui dont on ne doit pas prononcer le nom au Texas, Jakob s’est vite accommodé à une rigueur locale lui rappelant peut-être la rigueur… climatique du Canada. Loin d’être le descendant direct d’Hakeem Olajuwon, l’homme qui porte le même prénom qu’un célèbre fabricant de chiottes a cependant très vite apporté au roster de Gregg Popovich, grâce à un abattage sérieux et à de solides minutes en rotation de LaMarcus Aldridge notamment. Athlétique et pas lourdaud pour un sou malgré ses 2m15 et 110 kilos, Jakob nous rappelle ainsi au doux souvenir d’un Thiago Splitter, quoique plus solide encore sur les appuis que l’ancien international brésilien. 5,6 points, 5,7 rebonds, 1,8 passe et 1,4 contre de moyenne, plus de 60% au tir pour la troisième saison consécutive, autant de chiffres qui ont donc poussé le board des Spurs à continuer l’aventure avec leur skieur géant :

Y’avait-il besoin de trois agents pour annoncer une telle nouvelle ? Bonne question mais c’est en tout cas acté, ce bon vieux Jak est de retour pour vous jouer de bien sales tours. Une franchise des Spurs sur le qui-vive concernant la Free Agency, qui semble vouloir tester dès cet hiver la valeur de ses deux All-Stars DeMar DeRozan et LaMarcus Aldridge, mais qui pourrait également se laisser tenter par une grande braderie autour des cas des vétérans Patty Mills et Rudy Gay, alors qu’il faudra également gérer le surplus de jeunes joueurs sur les lignes arrières (Bryn Forbes free agent mais Derrick White, Dejounte Murray, Lonnie Walker IV et le tout frais drafté Tre Jones à satisfaire).

Tout ça ? Jakob Poeltl n’en a que faire, car lui continuera à se gaver de pick and rolls, peu importe le meneur qui lui filera la gonfle. Car c’est donc officiel, le drapeau autrichien flotte toujours sur le Texas, prêt à assister à une deuxième saison sans Playoffs des Spurs. Youpi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top