Lakers

Les Lakers prennent le Game 1 sans trembler : 116-98, un quart-temps pour se mettre en route, et derrière ce fut une démo

C’est l’histoire d’une finale qui, on l’espère, ne s’est pas terminée 30 minutes à peine après avoir commencé. Car au-delà de la victoire facile de Lakers poussés par des hologrammes on fire, le scénario du match, le niveau des cadres californiens et surtout la santé de ceux de Floride ne laisse ce matin que peu de portes ouvertes au Heat pour la suite de la série. Allez, on soigne tout ça et demain on sourit à nouveau à South Beach ?

Laissons pour une fois le suspense de côté : de match il n’y aura pas eu, tout du moins à partir du début du deuxième quart. Une entame rêvée pour le Heat, Jimmy Butler qui fait sa loi et qui met ses tirs, AD et… KCP qui meublent, mais c’est bien Miami qui fait la course en tête dans un match de séries. 9-0 par ci, 21-5 par là, et les Lakers qui se réveillent enfin pour mener 31-28 après les douze premières minutes. Il est environ 3h40 du matin, le premier paquet de Pépito est désormais un cadavre sur la table basse, et c’est surtout le Heat qui voit sans le savoir sa soirée basket se terminer. Une heure et demi plus tard ? Les hommes d’Erik Spoelstra viennent de prendre un terrible 75-30 dans les dents et ne s’en relèveront évidemment pas. Anthony Davis est injouable, LeBron est parfait dans la gestion, un Dwight Howard starter a tâtonné en première mi-temps mais passe en mode parfait en seconde, et les remplaçants Alex Caruso et Rajon Rondo sont bien utiles et rappellent qu’ils font tous deux partie du Top 5 de la Ligue à leur poste. Pour le Heat ? Ouche, l’ouragan jaune a fait des siennes et si Tyler Herro se traîne à un moment donné un effroyable -39 de +/-, c’est surtout dans les organismes que ça grince…

Goran Dragic ? On craint le pire après le ralenti d’une jambe qui se tend un peu trop au deuxième quart et les premiers retours parlent déjà… de fin de saison pour le dragon slovène. Bam Adebayo ? Dominé outrageusement par AD et finalement lui aussi sorti sur blessure, probablement économisé pour la suite mais boitant lui aussi bien bas. Jimmy Butler ? La cheville qui twiste juste avant la mi-temps mais un retour en grimaçant et même une présence pas forcément essentielle lors du dernier quart d’un match déjà joué, bravo pas bravo Coach Spo. Les trois leaders du Heat qui en bavent et forcément un écart en deuxième mi-temps qui explose jusqu’à atteindre les 30 pions avant que les remplaçants de Miami, Kendrick Nunn en tête, ne profitent d’un logique coup de mou des Angelinos pour revenir à un écart moins honteux. Un retour qui obligera d’ailleurs Frank Vogel à laisser LeBron  James et Anthony Davis sur le terrain jusqu’à tard dans la nuit, le tout favorisant au final deux lignes de stats attendues pour les deux superstars des Lakers. 34/9/5/3 pour AD, 25/13/9 pour LBJ, beaucoup trop pour le Heat d’un Jimmy Butler courageux mais trop seul, un Heat abandonné ce soir par un Bam Adebayo maladroit puis blessé et par un Duncan Robinson maladroit puis démissionnaire.

Au final ? Un +18 bien poli pour Miami, car c’est bien à un +35 en ressenti auquel on a assisté pour ce Game 1. Le but du jeu désormais ? Espérer que Jimmy Butler et Bam Adebayo soient en forme vendredi soir, espérer revoir Goran Dragic lors de ces Finales même si les dernières nouvelles ne vont pas vraiment en ce sens, bref espérer qu’on aura droit à une Finale plus équilibrée que ce Game 1. Pourquoi pas, mais il faudra demander son avis au rouleau compresseur d’en face.

stats Lakers Heat 1er octobre 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top