Playoffs NBA

Raptors – Celtics, les pronostics de la rédaction : ce qui est bien ici ? C’est qu’on n’est jamais d’accord

table discussion rédaction

Y’a du 4-2 Raptors, du 4-3 Celtics, du 4-3 Raptors, du 7-5 Nadal, bref c’est le bordel.

Source image : TrashTalk

C’est la tradition, tous les ans chaque série de Playoffs a droit à ses pronostics maisons. Parfois cela démontre toute notre expertise, alors qu’à d’autres occasions le monde se demande bien pourquoi certains nous appellent « spécialistes ». 2020 ne déroge pas à la règle, alors on se mouille sans plus attendre, et on vous invite à en faire de même.

Ben : Raptors – 4-3

Enfin une série serrée à l’Est ! Cette affiche, c’est d’abord celle de deux collectifs qui s’affrontent. Si le duel des coachs promet de faire des étincelles, je donne un léger avantage aux champions en titre parce qu’ils connaissent déjà la route et qu’ils auront moins peur dans un match couperet. L’absence de Gordon Hayward pourrait aussi peser à la longue face à l’un des rosters les plus profonds de NBA où un nouveau joueur se révèle à chaque match.

Nicolas M. : Raptors – 4-3

Grosse série en perspective entre deux équipes séduisantes collectivement, dirigées par deux des meilleurs coachs de la NBA avec Nick Nurse et Brad Stevens. Les Raptors et les Celtics font partie des formations qui tournent le mieux dans la bulle, eux qui ont chacun sweepé leur adversaire du premier tour. On connaît les forces de Toronto : défense, polyvalence, collectif, profondeur, et puis talent évidemment. En face, le trio Jayson Tatum – Jaylen Brown – Kemba Walker tourne à plein régime, c’est solide des deux côtés du terrain, bref ça joue bien au basket. Ça promet donc une série serrée, même si Gordon Hayward sera absent chez les Verts. En parlant de blessure, il faudra surveiller aussi la cheville de Kyle Lowry, car on parle ici d’un difference maker. Au final, je vois cette série se terminer en sept rencontres, avec une victoire des champions en titre grâce à leur profondeur d’effectif et leur capacité à bien défendre sur les extérieurs.

Alexandre : Celtics – 4-3

Mais quelle série ça peut être ! L’absence d’Hayward va être préjudiciable aux Celtics mais on a vu contre les (faibles) Sixers qu’avec un Kemba Walker qui monte en régime et l’organisation offensive « à la Brad Stevens », Boston dispose toujours d’une des meilleures attaques de la ligue. Ce qui n’est pas le cas de Toronto dont l’attaque peut parfois manquer de créativité ou de variété. On sait que la défense des canadiens est en acier trempé mais n’oublions pas que celle des Verts est également redoutable. En fait, le vrai avantage des Raptors se situe sur l’expérience du groupe et de ses joueurs majeurs comme Lowry, Ibaka, Gasol ou même VanVleet et Siakam vu qu’ils étaient en Finales l’an dernier. Le vrai avantage des Celtics se situe à mon avis sur le talent pur et c’est pour cela que dans cette bataille qui s’annonce très serrée, je mise sur le trèfle.

Giovanni : Raptors – 4-2

Enfin une « vraie » série ! L’échauffement est terminé, on va pouvoir jouer au basket. Pour cette série ? Allez, je mets ma pièce sur… les Raptors. D’un côte un « Big Four » (Tatum, Brown, Walker et un bout de Smart), de l’autre un « Big 7 » tellement les potentielles armes offensives de Nick Nurse sont nombreuses, mais c’est pour moi surtout en défense que les Dinos pourraient faire la différence. La série sera évidemment différente selon l’état de forme de Kyle Lowry (toujours incertain pour le Game 1 à l’heure de ces lignes), mais si pour les C’s Jaylen Brown et Marcus Smart sont des elite defenseurs, les Raptors ont quant à eux une assise défensive collective sans équivalent dans la Ligue. Gasol, Ibaka, Siakam, Anunoby, Lowry, VanVleet, une vraie meute de chiens de garde qui aura sans doute un plan redoutable pour freiner les leaders offensifs adverses, alors qu’en face le panier percé Kemba Walker parait être un gros point faible d’un côté du terrain. La bataille dans la raquette pourrait également s’avérer être un facteur X dans cette série, et si les C’s ont géré sans aucun souci la puissance de Joel Embiid il n’en sera peut-être pas de même face à une raquette beaucoup plus homogène et réfléchie… Allez, 4-2 Toronto, peut-être 4-3, mas je veux mon Raptors-Bucks en FDC.

Thomas : Celtics – 4-3

Pas de giga stars ici mais une ribambelle de All-Stars de part et d’autre qui promettent des soirées endiablées à danser nu devant sa télé. D’un côté l’absence de Gordon Hayward le moustachu pour les Celtics peut être un facteur de doute mais l’attaque des leprechauns est bien rodée autour d’un trio offensif des plus efficaces avec Jay(len), Jay(son) et Cardiac Kemba et un coaching de Brad Stevens aux petits oignons. Les techniciens des deux équipes sont des petits génies de leur discipline, Bradou et Nick Nurse font partie de l’élite et savent s’adapter en cours de match ou en cours de série. C’est fini les sweep à l’Est et c’est pour notre plus grand plaisir que les expérimentés champions canadiens vont faire face à la franchise la plus titrées de l’Histoire et l’une des meilleures formations de la conférence depuis quelques années. Les Raptors ont peut-être perdu leur meilleur joueur avec le départ du Fun Guy mais le collectif est encore plus fort que l’année dernière. Gasol, Lowry, « Respectez Biso » Ibaka en ont déroulé du câble et les autres qui étaient là pour les Finales 2019 peuvent se targuer d’avoir un peu de bagage aussi. Les facteurs X, il y en a partout et les matchups vont être salement intéressants. La série peut aussi bien tourner pour les lutins que pour l’US Drake mais croyez le ou non les meilleurs ce sont les Verts et même la chanson le dit.

Antoine : Raptors – 4-3

Normalement, les équipes de l’Est ont rangé leur balai, et on va pouvoir avoir des séries très intenses et serrées. Les Raptors viennent de sweeper les Nets avec sérieux, et les Celtics viennent de faire la même à face à Philly. Les dynamiques sont bonnes des deux côtés, ça peut se rendre coup pour coup et pour moi, les Raptors l’arrachent en 7, à l’expérience. La ligne extérieure des C’s peut faire peur mais s’il y a bien une équipe qui n’a peur de personne, c’est Toronto. La défense des Raptors est très polyvalente et le secteur intérieur de Boston ne me rassure pas. Il pourra y avoir des matchs serrés, des matchs avec 20 points d’écart d’un côté ou de l’autre, on peut s’attendre à tout. Mais à la fin, sur un Game Seven, l’expérience d’une équipe titrée comme les Dinos fera la différence pour aller en finale de conf.

Nicolas V. : Celtics – 4-3

Enfin une série de l’Est qui va nous donner envie de passer tous les matchs debout sur le canapé. Les Raptors et les Celtics sorti sans forcer des équipes qui n’étaient clairement pas de leur niveau. Maintenant, je pense que les C’s ont les moyens, avec ce qu’ils ont montré et ce qu’ils ont encore en réserve, d’aller s’offrir une finale de Conférence. De l’autre côté, ça va batailler très dur pour défendre son titre. Pour moi ça ira au bout des septs matchs et on va énormément vibrer, mais c’est bien Boston qui aura le dernier mot.

Leo : Raptors – 4-3

Sans doute l’un des matchups les plus compliqués à anticiper. Absence de Hayward d’un côté, légères incertitudes autour de Kyle Lowry de l’autre, mais deux équipes capables de s’adapter et qui l’ont montré tout au long de la saison. Deux rotations similaires de sept à huit joueurs qui connaissent leurs rôles, mais ici c’est une pièce sur les Raptors en sept matchs. Totale confiance en Nick Nurse pour voir l’expérience, la régularité et la polyvalence des champions triompher face à un Jayson Tatum qui devrait enfin avoir de l’adversité sur toute la durée d’un match. Sans Hayward, les Celtics perdent une précieuse option offensive et le trio d’attaque Walker/Brown/Tatum n’aura que très peu le droit à l’erreur face à une équipe armée jusqu’aux dents défensivement. Norman Powell et Fred VanVleet ont activé le mode playoffs, le costume de facteur X est prêt : Raptors en 7.

Alexandre T. : Raptors – 4-2

Peut-être la série la plus indécise de ce second tour et pour cause : le 2ème de l’Est contre le 3ème, deux bons coachs, du talent à la pelle et deux équipes finalement pas si éloignées que ça en termes de niveau. Malgré tout, je vois Toronto s’en sortir au métier contre cette fringante équipe de Boston pour trois raisons. Primo, les Raptors ont l’avantage de l’expérience. Le groupe a, dans sa grande majorité, atteint les finales l’an dernier et avec des leaders comme Lowry, Gasol ou Ibaka, il ne faudra pas compter sur des mains qui tremblent chez les canadiens. Secondo, Boston va encore se retrouver à poil contre une équipe qui a bien bétonné sa raquette. Philly est peut-être assez dégueu pour ne pas en profiter mais on parle quand même d’une des meilleures équipes du pays, pas sûr que le Coach Of the Year manquera ce détail. Enfin, et c’est peut-être l’élément qui sera le facteur X de cette série : la qualité du banc. Toronto a une profondeur d’équipe assez incroyable et peut compter sur des grognards de qualité en sortie de banc. Quid de Boston ? L’entrée de Smart dans le cinq à la place de Hayward, blessé, va affaiblir davantage une seconde unit qui n’était déjà pas considérée comme des foudres de guerre. Un élément qui pourrait enterrer les espoirs des verts dans cette série.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top