Equipes

Zoom sur la bulle des Pelicans : imperméables à la pression, c’est ce qu’on aurait dit si les Pels avaient été imperméables à la pression

Zion Williamson 23 janvier 2020 5

Ça valait vachement le coup de faire tout ce vacarme.

Source : NBA League Pass

Dîtes-donc les gars, ça valait vachement la peine de faire tout ce vacarme. Blabla la NBA veut voir une série entre les Lakers et les Pels, blabla Zion vs LeBron James, blabla le calendrier facile, blablabla rien du tout car au bout du compte les Pels n’auront même pas pris la peine de mettre la pression sur qui que ce soit. Alors ça ne remet rien en cause attention, mais y’a du boulot, y’a énormément de boulot.

Si les Pelicans avaient débarqué à Orlando avec l’ambition de jeunes loups aux dents longues, toute la communauté NBA s’accordait pour sa part à dire que la franchise de New Orleans était peut-être la mieux placée pour aller gratter une place au play-in tournament. Le calendrier semblait ne faire peur à personne, le roster était taillé intelligemment entre les jeunes et les moins jeunes pour embêter à peu près n’importe qui, bref tout le monde était prêt pour vivre l’année 1 du règne de Zion. Et puis tout à coup… patatra. Zion Williamson est load managé et ne joue que des bribes de match, Brandon Ingram peine à se remettre dans le rythme, Lonzo Ball est devenu encore plus nul que son père n’est bavard et le meilleur joueur de l’équipe s’appelle J.J. Redick, allons bon.

Le premier match est balancé dans les grandes largeurs face au Jazz après avoir mené de seize points en deuxième, mi-temps, les Clippers font péter le deuxième effet Kiss-cool dès le surlendemain et voilà déjà l’ex-futur darling de l’été avec un méga coup de soleil sur la tronche et ça la fout mal. Léger sursaut ensuite contre des Grizzlies que même le BC Pontault-Combault est alors en mesure de battre, puis re-catastrophe face aux… Kings, avec 140 points encaissés par l’autre guignol de la bande, ça la fout mal, again. Milieu de bulle et les Pelicans sont redevenus des tourterelles, milieu de bulle et les Playoffs se sont éloignés de manière quasi-définitive, et vous pouvez même enlever le quasi après deux nouvelles défaites face aux Spurs et – une nouvelle fois – face aux Kings, là encore deux sommités NBA parmi les favorites au titre 2020. Et vous savez quoi ? Bah ça la fout mal. Au final les Pels auront fait bien pire que d’échouer dans leur quête de Playoffs, puisqu’ils auront réussi l’exploit de terminer derniers du peloton de tête, derrière les Kings s’il vous plait. Alors en soi ce n’est pas un drame hein, y’a le temps comme dirait l’autre, t’en verra d’autres comme dirait également l’autre, mais la déception est quand même là pour une équipe qui envoyait une hype assez folle deux semaines auparavant.

  • Pelicans vs Jazz : 104-106
  • Pelicans vs Clippers : 103-126
  • Pelicans vs Grizzlies : 109-99
  • Pelicans vs Kings : 125-140
  • Pelicans vs Wizards : 118-107
  • Pelicans vs Spurs : 113-122
  • Pelicans vs Kings : 106-112
  • Pelicans vs Magic : 

Trois victoires, cinq défaites, un coup dans l’eau. Zion Williamson n’était pas prêt physiquement, les Pels ne l’étaient pas psychologiquement et Alvin Gentry ira probablement pointer très bientôt au chômage. Rendez-vous à la rentrée, on ne sait pas vraiment quand d’ailleurs, mais ce que l’on sait par contre c’est que NOLA devra montrer un visage autrement plus sérieux pour pouvoir prétendre à des Playoffs que des équipes comme les Warriors où les Suns brigueront également, en plus du Top 12 actuel bien sûr. De favoris à la huitième place à favoris pour la quatorzième il n’y a qu’une bulle, décidément ça va très très vite en NBA.

1 Comment

1 Comment

  1. killerdescore

    15 août 2020 à 15 h 15 min at 15 h 15 min

    Par contre faut qu’il parte,on fais pas une saison de plus avec ce lampadaire …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top