Celtics

Les Celtics prolongent Brad Stevens : l’histoire d’amour continue entre les Verts et leur coach

Brad Stevens

Brad Stevens va pouvoir continuer à ne pas gagner des COY chez les Celtics.

Source image : Youtube

Les Celtics ont annoncé la nouvelle hier, Brad Stevens est prolongé. Les termes du contrat n’ont pas été divulgués, mais une chose est sûre, le président des opérations basket Danny Ainge est in love de son coach depuis 2013. Après sept ans de vie commune, la flamme ne s’est pas estompée, c’est beau.

C’est la bonne nouvelle de la journée pour les fans des Celtics, au-delà du plaisir d’affronter les Sixers au premier tour des Playoffs, Brad Stevens a prolongé son contrat dans le Massachusetts. Nommé en 2013, celui qu’on décrit souvent comme un jeune coach (43 ans au compteur) commence à avoir un bout d’expérience dans la Ligue et surtout avec son équipe, qu’il a fait grandir. Parce que le bougre n’a pas chômé à la tête des C’s. 318 victoires pour 245 défaites, le bilan comptable est bon surtout quand on sait qu’il a été embauché pour négocier la reconstruction après l’ère Paul Pierce, reconstruction très bien gérée pour permettre à la franchise de repartir rapidement vers les sommets. Son bilan est d’ailleurs tellement bon qu’il compte déjà le quatrième plus grand nombre de victoires derrière Doc Rivers (416), Tom Heinsohn (427) et Red Auerbach (795). Quand on rentre dans ce genre de discussions au sein de la franchise la plus titrée de l’histoire, c’est qu’on est un coach un peu sérieux.

« Brad est l’un des coachs les plus intelligents et travailleurs de la Ligue aujourd’hui. Et, plus important, sa personnalité et son intégrité ont contribué à une culture qu’on apprécie beaucoup ici. Brad est un super coéquipier et un leader que les gens veulent suivre. Nous sommes très honorés de l’avoir avec nous pour tenter de décrocher notre prochain titre. »

– Danny Ainge, via NBA.com

Brad Stevens est sur le point de se lancer dans sa sixième campagne de Playoffs consécutive (2015 à 2020), c’est propre. Après une première saison d’apprentissage (25 victoires en 2013-14), ses Celtics ont commencé à mettre en route la machine grâce notamment au prime tout aussi éphémère que merveilleux d’Isaiah Thomas, avant d’enchaîner avec Kyrie Irving et des jeunots comme Jayson Tatum et Jaylen Brown, récupérés à la Draft et qui représentent fièrement les Verts aujourd’hui avec Kemba Walker, Gordon Hayward et Cie. Au bout du compte, ça fait deux finales de conférence dans les bagages, et une opportunité pour Brad Stevens de ramener ses jeunes joueurs devenus des stars au même stade lors des prochains Playoffs. Car tout semble possible dans la bulle de Mickey. Avec l’explosion de Tatum et la belle progression de Brown cette saison, Boston a les moyens de rêver à une troisième finale de conf’ en quatre ans, ça pourrait envoyer du steak. Pour ça, il faudra d’abord passer les Sixers au premier tour dans les jours qui viennent. Duel attendu entre deux grands ennemis de l’Est, y’a moyen ça fasse des étincelles tous les soirs, et on est déjà impatient.

Sans surprise, Boston fait donc le choix de la continuité, Brad Stevens prolonge l’aventure. Il y a encore un bout de chemin à parcourir avant d’aller chercher le Graal, mais Boston est sur la bonne route et a confiance en son leader.

Source texte : Twitter @celtics / NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top