Lakers

Les meilleurs ailiers-forts de la saison NBA 2019-20 – Numéro 2 : Anthony Davis s’est très vite adapté à sa nouvelle maison dorée

Anthony Davis Lakers vs Warriors

Comme prévu, Anthony Davis a fortement contribué à faire des Lakers l’une des places fortes de la NBA. Et ça manquait.

Source image : YouTube

La rédaction de TrashTalk a parlé, et la deuxième place de notre classement 2019-20 des ailiers-forts revient logiquement à Anthony Davis. Énorme saison du Mono-sourcil des deux côtés du terrain et les Lakers sont de retour au sommet, ça faisait un bail.

Le coup d’œil dans le rétro

Difficile de trouver les mots pour définir la domination individuelle de l’Unibrow depuis son arrivée dans la Ligue. Huit saisons en NBA seulement et déjà sept sélections au All-Star Game et sept nominations dans des All-NBA Teams, trois trophées de meilleur contreur et l’award officieux de joueur le plus indéfendable au monde, pour parler poliment. Le genre de mec à te taper des 44/19/6/5/4 sans nous faire bouger une oreille mais un palmarès aussi vierge que la Marie de l’église de ton village, ce qui a donc poussé notre gentil AD à prendre le taureau par les cornes ou plutôt l’ange par les ailes en rejoignant les Lakers il y a un an. On a eu un léger aperçu – treize matchs – de la version Playoffs du sosie de Frida Kahlo avec les Pels, désormais AD doit remplir la case trophées sur son CV.

Sa saison 2019-20

Rien à redire sur la saison 1 de AD à Los Angeles, si ce n’est que son association avec LeBron fut – comme prévu – l’un des one-two punch les plus flippants de l’histoire. Davis a notamment trouvé en LeBron un passeur d’exception qui lui a permis de magnifier encore un peu plus son talent sur pick and roll, et globalement sa saison est une masterpiece supplémentaire à une carrière qui ne comporte de toute manière rien d’autre. Malheureusement rien d’exceptionnel quand on connait le talent du géant, à vrai dire c’est plutôt le printemps que l’on attendait, mais les Lakers ont en tout cas très vite eu la confirmation de la double-force de frappe dont ils disposaient désormais.

Ses stats

26,7 points à 51,1% au tir et 84,5% aux lancers, 9,4 rebonds, 3,1 passes, 1,5 steal et 2,4 contres en 34,3 minutes

Ses plus gros cartons

  • 28 octobre vs Hornets : 29 points à 10/19 au tir dont 3/5 du parking et 6/6 aux lancers, 14 rebonds, 3 passes, 3 contres et 1 steal
  • 20 octobre vs Grizzlies : 40 points à 7/17 au tir et 26/27 aux lancers, 20 rebonds, 2 passes et 2 contres
  • 2 novembre @ Mavericks : 31 points à 15/28 au tir et 1/2 aux lancers, 8 rebonds, 2 passes, 2 contres et 2 steals
  • 7 décembre @ Blazers : 39 points à 12/21 au tir dont 2/6 du parking et 13/15 aux lancers, 9 rebonds, 2 passes, 3 contres et 2 steals
  • 9 décembre vs Wolves : 50 points à 20/29 au tir et 10/10 aux lancers, 7 rebonds, 6 passes, 1 contre et 4 steals
  • 20 décembre @ Bucks : 36 points à 11/25 au tir et 14/17 aux lancers, 10 rebonds, 5 passes, 3 contres et 1 steal
  • 4 janvier vs Pels : 46 points à 15/21 au tir dont 3/5 du parking et 13/13 aux lancers, 13 rebonds, 1 passe, 1 contre et 3 steals
  • 1er février vs Blazers : 37 points à 14/22 au tir dont 3/5 du parking et 6/8 aux lancers, 16 rebonds, 6 passes, 5 contres et 1 steal
  • 4 mars vs Sixers : 37 points à 13/19 au tir dont 4/5 du parking et 7/8 aux lancers, 13 rebonds, 2 passes, 2 contres et 4 steals

La suite

Ce qu’on sait de source sûre ? A 27 ans Anthony Davis est encore un tout jeune joueur, même si on a tous l’impression que le mec tabasse la concu depuis quinze ans. Ce qui l’est beaucoup moins ? La franchise pour laquelle il jouera dans un peu plus d’un an. La tenue de cette drôle de fin de saison et la prochaine seront évidemment les indices les plus sérieux pour imaginer la suite de sa carrière, la présence de LeBron James ou d’une autre méga-star à ses côtés en étant un autre. Quoiqu’il en soit et en imaginant que le Mono-Sourcil reste en bonne santé (on touche du bois, par exemple les muscles de Steven Adams), ça part sur un AD à au moins 30 millions la saison jusqu’à preuve du contraire, que ce soit avec les Lakers ou les Cigognes de Hoffenheim. Assez incroyable de se dire qu’il n’a que 27 ans.

Le Top 6 de la rédac

  1. Anthony Davis
  2. Pascal Siakam
  3. Domantas Sabonis
  4. Tobias Harris
  5. John Collins
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top