Warriors

Stephen Curry comprend qu’on puisse le trouver arrogant : en revanche, ne vous attendez pas à le voir changer de sitôt

Stephen Curry 6 mars 2020 2

La confiance au maximum, ça bouge pas.

Source image : YouTube

La frontière entre confiance et arrogance est parfois très fine. Forcément, quand on voit Stephen Curry rentrer des shoots insensés ponctués par une petite danse innocente, c’est à double tranchant. Quand on est fan, c’est un délice qu’on veut revivre sans modération. Lorsqu’on est dans le camp d’en face, on peut vite prendre ça pour de l’insolence. Une difficulté qui s’applique particulièrement au brasier des Warriors.

La beauté est dans l’oeil de celui qui regarde. Et c’est peut-être ça qui fait toute la différence quand il s’agit de parler du Chef. Humble au possible hors des parquets, le double MVP n’a pas toujours fait l’unanimité comme pour les votes en 2016. En cause ? Disons que si son talent est indéniable, sa personnalité a souvent fait jaser. Son comportement sur le terrain lui a été reproché à maintes reprises, surtout à cause de ses célébrations après un panier longue distance et un sourire Colgate affiché quand le swish retentit dans la salle. À l’occasion d’un live avec Chris « COSeezy » Strachan, pour Pursue Your Passion, Stephen Curry est revenu sur ces critiques, et répond à ses détracteurs.

« Est-ce que je suis arrogant ? Je sais que ça peut être interprété de cette façon. Si j’étais de l’autre côté, ça m’énerverait probablement. Quand je fais mes trucs comme le shimmy, parfois, ça rend la ligne entre l’amusement et le manque de respect très fine. Mais moi je l’accepte aussi. […] Lors des Finales de la Conférence Ouest, Chris Paul a mis un trois-points sur moi. Il a ensuite traversé tout le terrain en célébrant. J’étais alors de l’autre côté et ça ne m’atteint pas, je n’y suis pas sensible. »

Il est vrai que le Baby Faced Assassin ne cesse de titiller cette fameuse ligne, jusqu’à la rendre floue. Chouchou dans la Baie, le Chef énerve beaucoup de monde en NBA. Surtout ceux qui sont contre lui. C’est compréhensible, il s’agit sûrement du meilleur shooteur de l’histoire. Le geste est fluide, la précision maximale, la pression est sa boisson préférée et la distance est le dernier de ses soucis. Du logo ou un peu plus proche de la ligne, les shoots rentrent à la même vitesse que quand tu enfiles des perles pendant le confinement. Et puis tout le monde sait que regarder la fin de son tir avant de célébrer c’est surcoté. Les circus shots absurdes finissent tous dedans le tout avec une aisance insolante. D’ailleurs, il est peut-être là le mot, l’insolence. Dans une NBA qui devient de plus en plus lisse lorsqu’il s’agit des célébrations et du trashtalking, Steph continue d’assurer le show. Mais voilà, quand c’est une tête d’ange qui t’assassine, avec un sang-froid digne de Zizou face à Buffon, normal que le seum soit présent et Curry le sait bien.

« Ils détestent nous voir gagner. Quand tu le fais alors que tu gagnes, ils aiment encore moins. Moi je suis cool avec ça. »

Qu’est-ce qu’être arrogant ? Vous avez quatre heures. Est-ce que montrer une confiance infinie en soi correspond à être arrogant ? Finalement, peut-être qu’un grand champion doit se montrer très arrogant sur le terrain pour réussir à s’imposer. Steve Kerr l’avait d’ailleurs expliqué en 2017, juste après un match à 42 points de son poulain.

« Il est humble et arrogant à la fois, c’est pour ça nous l’aimons. […] Un basketteur a besoin d’être arrogant pour devenir une superstar. Il croit en lui-même et il cherche à le faire savoir tous les soirs. Enlevez-le des parquets et vous ne trouverez pas un être humain plus gentil et plus doux que lui. C’est une force assez puissante. »

Donc Curry est-il hautain ? Insolant ? Sûrement, mais c’est un spectacle dont on ne se lasse pas. Des mimiques et des célébrations qui font tout le charme du Chef. Puis les autres joueurs de la Ligue le sont peut-être encore plus, c’est juste que Steph peut se permettre de le montrer plus souvent.

Dans une NBA qui se lisse de plus en plus. Dans laquelle un simple regard peut valoir une technique, les quelques joueurs qui osent encore faire un peu le show font un bien fou. Et même si ça fait un bail qu’on l’a pas vu, Stephen Curry en fait très largement partie, c’est aussi pour ça qu’on l’aime le Chef.

Source texte : Pursue Your Passion

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top