Los Angeles Clippers

Pour Doc Rivers, les Clippers étaient sur le point de tout casser : le coronavirus a-t-il privé l’autre équipe de L.A. d’une première bagouze ?

Vous aimez les « What If » ? On a pensé à vous.

Source image : NBA League Pass

Quand la NBA a décidé d’appuyer sur le bouton « pause » en cette soirée tristement exceptionnelle du 11 mars 2020, les Clippers étaient l’une des équipes en forme de la Grande Ligue. La bande à Doc Rivers commençait à tourner à plein régime et la concurrence était le plus souvent sans solution face à Kawhi Leonard et Cie. Retour sur cette montée en puissance puis petite séance boule de cristal avec Madame Irma.  

Pendant la première partie de la saison régulière, les Clippers traînaient clairement des pieds. Blessures, load management, manque d’automatismes et parfois victimes de flemme aiguë, les hommes de Doc Rivers ont été assez difficiles à suivre et surtout beaucoup moins convaincants que leurs voisins les Lakers, plus réguliers et plus sérieux malgré des confrontations directes qui ont tourné à l’avantage de Kawhi et ses copains. En matière de bilan ? C’était évidemment solide, car quand vous possédez un effectif aussi costaud que celui des Clippers, vous pouvez collectionner les W sans jouer un très grand basket. Et puis y’avait pas forcément de quoi s’inquiéter outre-mesure car les rares fois où les Angelinos étaient au complet, ils ont plutôt fait du sale. C’est juste que ça manquait cruellement de continuité et de certitudes. D’un côté, on pouvait s’y attendre avec les arrivées des étoiles Kawhi et Paul George durant l’intersaison, deux joueurs exceptionnels mais deux joueurs pas vraiment réputés pour leur durabilité. Sauf que de l’autre, on ne s’attendait pas forcément à voir les Clippers piétiner autant. Après 41 matchs de régulière, pile-poil à la moitié d’une saison complète, Los Angeles n’était qu’à la quatrième place de l’Ouest derrière les Lakers, les Nuggets et le Jazz. Pas vraiment le spot imaginé en début de saison, même si le classement a toujours été serré. Et aux alentours du All-Star Weekend, les Clips ont perdu pour la première fois de la saison trois matchs consécutifs, face aux Sixers, aux Celtics et aux Kings. Une série frustrante qui a obligé Kawhi Leonard à tirer la sonnette d’alarme.

On peut dire qu’elle a été entendue. Car depuis ce moment-là, les Clippers ont commencé à jouer le meilleur basket de leur saison. Huit matchs, sept victoires pour une défaite, et une impression assez flippante de domination, parfois offensive, parfois défensive, parfois les deux en même temps. Memphis et Denver ont notamment pris une grosse fessée de la part de Los Angeles, les Fusées de Houston n’ont jamais vraiment vu le jour face à l’armada californienne, et des équipes de Playoffs comme Philadelphia et Oklahoma City sont également tombées. Ça fait du beau monde au tableau de chasse, et il a fallu un LeBron James possédé pour interrompre la très grosse dynamique des Clippers, qui n’a ensuite pas véritablement eu le temps de repartir à cause de ce maudit virus. Durant cette période, la bande à Doc Rivers tournait vraiment à plein régime, capable à la fois de lockdown l’adversaire tout en déroulant en attaque. On a vu une équipe déter’, une équipe qui se trouvait vraiment offensivement, une équipe qui montait en puissance au bon moment. Bref, tous les feux étaient pratiquement au vert et pour la première fois, le roster était au complet sur une période prolongée et pas uniquement sur quelques matchs isolés par-ci par-là.

« Ce que je sais vraiment, c’est que sur les 10 derniers matchs, on était en train de devenir les Clippers » a déclaré Doc Rivers via ESPN. « Ça se sentait. On commençait vraiment à se comprendre. On jouait parfaitement à travers Kawhi et PG. Plus rien n’était forcé. Les gars ne se marchaient plus les uns sur les autres. On pouvait sentir le rythme. Même lors de la défaite face aux Lakers, où on était horribles selon moi, on avait une chance de gagner. Je pensais vraiment qu’on allait faire un run de folie. […] Je pense qu’on pouvait battre n’importe qui. »

Encore un peu et Doc Rivers nous dirait que les Clippers étaient sur le point de gagner le titre. C’est évidemment facile de faire ce genre de déclas mais dans le même temps, les arguments du Doc sont solides car ils se basent sur des faits tangibles, même si l’échantillon reste assez faible au final. L’élan de l’autre équipe de Los Angeles a clairement été brisé et si le reste de la saison venait à être annulé, on pourrait légitimement se poser la question suivante : le coronavirus a-t-il privé les Clippers d’une bague ? Les fans des Bucks et les Lakers – entre autres – nous diront que cette question est également valable pour leur équipe chérie, et c’est vrai, mais aucune formation ne semblait à la fois aussi chaude et aussi complète que les Clips au moment de l’arrêt de la campagne. Milwaukee restait sur trois défaites de suite avec un Giannis Antetokounmpo à l’infirmerie, LeBron James et ses potes étaient certes très en forme mais moins armés quand même que leurs voisins sur le papier. Car faut bien le dire, niveau talent, profondeur d’effectif et options pour s’adapter à n’importe quel adversaire en Playoffs, les Clippers étaient tout en haut du panier. Déjà impressionnant en début de saison, le roster californien a vu les arrivées au cours du mois de février de Marcus Morris et Reggie Jackson, deux joueurs qui ont bien renforcé la rotation. Pour toutes ces raisons, parier contre l’équipe guidée par le dernier MVP des Finales Kawhi Leonard semblait un poil risqué, avantage du terrain ou pas. Alors évidemment, on est ici dans des suppositions, des hypothèses, et personne ne possède de boule de cristal pour affirmer avec certitude le scénario qu’on aurait pu avoir, surtout que gagner un titre comporte forcément une part de réussite et de chance. Mais s’il y a bien une franchise qui a été coupée dans son ascension vers les sommets, c’est celle des Clippers.

Malheureusement, cette fin de saison 2019-20 risque de se transformer en véritable « What if », et on ne connaîtra peut-être jamais la réponse à cette question existentielle concernant les chances de titre des Clippers. Kawhi Leonard et Paul George devront possiblement attendre l’année prochaine pour reprendre leur quête, année qui sera d’ailleurs la dernière de leur contrat s’ils décident d’utiliser leur player option en 2021…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top