Conseils des experts

TrashTalk Fantasy League – la review des Warriors : difficile de juger quand tes 145 meilleurs joueurs sont blessés ou partis

Klay Thompson Warriors Fans

Magnifique tête de mecs ayant misé leur chemise sur Jordan Poole.

Source image : YouTube

Saison en suspens, saison terminée ou même saison de la reproduction ne sais-je, toujours est-il qu’à l’heure actuelle la NBA a appuyé sur le bouton pause et c’est une bonne partie de notre vie qui bégaie avec cette drôle de période. L’occasion de se pencher franchise par franchise sur ce qu’il s’est fait de mieux et de pire cette saison en… TTFL, mais si, vous savez, ce jeu du diable qui conditionne vos journées depuis maintenant quatre ans.

Première info, si les Warriors étaient la saison dernière – et les quatre précédentes – la franchise la plus jouée en TTFL, on connait cette année pas mal de gens… qui ne se sont jamais risqué à miser sur un joueur du roster de Steve Kerr. Et pour cause, les trois meilleurs joueurs récents de Golden State étaient soit blessés soit partis, et ceux qui restaient étaient quasiment tous des goats. L’animal hein, pas l’acronyme.

# D’Angelo Russell – Moyenne TTFL de la saison (en 33 matchs avec les Warriors) : 28,9 points

C’est l’histoire d’un voyageur qui commence à compiler un paquet de Miles sur sa carte. De Los Angeles jusqu’à Brooklyn, ça fait une trotte, puis de Brooklyn à… Golden State, la même en sens inverse donc, et de Golden State à Minneapolis. On se croirait dans une chanson de Yannick, on espère que vous l’avez, et en tout cas cette saison D-Lo a fait le taf avec les Warriors, orphelin d’un plan de jeu mais pas orphelin de ballon puisqu’il a pu jouer les patrons à chaque fois qu’il était en tenue. Quelques gros gros cartons, pas mal de coups de froid aussi – rassurez-vous il n’est pas infecté – et entre tout ça une saison sommes toutes « moyen plus » et c’est déjà pas mal compte tenu du paysage l’ayant accueilli l’été dernier. 27,3 points TTFL la saison passée, 28,9 cette année avec les Dubs, on peut difficilement en vouloir à D-Loading, et tant pis pour vous si vous avez frappé à sa porte le mauvais soir.

# Andrew Wiggins – Moyenne TTFL de la saison (en 12 matchs avec les Warriors) : 27,1 points

Peu de bidoche à se mettre sous la dent avec le Andrew version Warriors, mais immédiatement le n°1 de la Draft 2014 a fait le taf. Honnêtement, sans se prendre pour le crack qu’il était pourtant en tout début de saison, mais sans se cacher pour autant, histoire de montrer qu’il a quand même plus de talent que Juan Toscano-Machin. Il y avait quelques bonnes affaires à faire sur la fin de saison mais il fallait les humer tel un vrai chien de chasse, alors respect si vous y êtes parvenus et cheh si ce n’est pas le cas, car pour jouer Andrew Wiggins en TTFL il faut vraiment être son cousin ou alors le faire avec un couteau sous la gorge.

Eric Paschall – Moyenne TTFL de la saison : 20,6 points

La sensation de la saison côté Golden Fake, sans aucune hésitation. Si ses chiffres moyens sur la saison sont satisfaisants, son mois de novembre fut tout simplement… fabuleux. Le poste 3/4 mal dégrossi a des airs de Pumbaa mal dégrossi, des airs de fusion ratée entre Festus Ezeli et Draymond Green, mais l’intensité posée par le garçon avant l’hiver fut tout bonnement extraordinaire. Leader de la révolte quand les Warriors n’étaient déjà plus que le nom d’une blague à la mode, Rico a posé le paquet sur la table et prouvé en quelques matchs seulement qu’il était l’un des steals de la dernière Draft. Vous connaissez beaucoup de monde qui est monté à plus de 60 cette saison en TTFL ? Eric Paschall l’a fait, et si vous êtes en manque de sensations fortes on vous propose de relire cette phrase à voix haute.

# Les carottes maison

Comment ne pas évoquer, évidemment, Stephen Curry. Le coco n’a évidemment pas été nul quand il était sur le parquet, mais disons que ce parquet justement, il ne l’a foulé que… cinq fois. Cinq matchs en six mois et au moins trois et demi en dessous des standards auxquels il nous avait habitué, ce qui en fait donc logiquement le plus gros producteur local de carottes TTFL cette saison au Chase Center. L’occasion également de faire un bisou à un D’Angelo Russell pas toujours au rendez-vous, à un Willie Cauley-Stein qui ne se sera jamais vraiment imposé et à un Jordan Poole qui ne s’est toujours pas rendu compte qu’il s’était trompé de sport. Mais en même temps, ceux qui ont osé poser un pick sur les deux derniers noms cités méritent-ils notre respect ?

Et si vous souhaitez des infos quotidiennes sur la TTFL ? Même par ces temps de disette ? Un compte Twitter à suivre, celui du Lab ! Vous y retrouverez tout ce qu’il faut savoir sur la TrashTalk Fantasy League, avec la touche de sympathie habituelle, histoire de sourire… malgré tout.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top