Raptors

Les Raptors s’offrent une belle victoire à Utah : objectif réussi, l’écart est creusé pour la 2ème place de la Conférence Est

pascal siakam

Quand il reste encore du dessert.

Source image : NBA League Pass

En déplacement chez le Jazz cette nuit, les Raptors ont assuré le principal. En effet, grâce à un beau travail collectif, les champions en titre l’ont emporté à Salt Lake City (101-92) et ont ainsi creusé un petit écart avec les Celtics et le Heat notamment pour la 2ème place tout en haut de la Conférence Est. Mission accomplie.

Peut-être qu’il s’agit d’un jeu auquel Nick Nurse aime jouer, secrètement, sous les yeux de millions de fans. L’entraîneur de Toronto n’aurait tout de même pas des tendances sado-masochistes, si ? Soyons plus précis dans nos termes. Auteur d’une saison remarquable à la tête de son équipe, Nurse a su jongler en permanence avec les joueurs présents et absents, mettant en avant ceux qui cartonnent et sont en forme pour laisser les anciens revenir. Preuve étant ? Cette soirée du lundi, dans son ensemble. Elle commençait avec une grosse nouvelle pour la fanbase des Raptors, Norman Powell étant nommé Joueur de la semaine pour la Conférence Est. Une grosse récompense pour le garçon, qui avait justement pris le relais des deux côtés du terrain pour permettre à Toronto de rester en grande forme. On se disait du coup qu’il allait devoir nous justifier tout ça dans une salle hostile… et bah non. Paf, premier quart, la cheville qui tourne, merci et au revoir. Fin de match pour Norman Powell, faut s’ajuster. Et c’est à ce petit jeu-là que Nick Nurse semble intouchable. Ni une ni deux, le coach a rassemblé ses troupes et demandé un effort collectif suprême pour quitter Utah avec la gagne. Cela a commencé défensivement, avec une couverture monstre posée sur Donovan Mitchell. Le travail de plusieurs hommes, pas un seul, de Pat McCaw à OG Anunoby en passant par Rondae Hollis-Jefferson, Matt Thomas ou Kyle Lowry. Résultat des courses, une soirée en enfer pour Donovan Mitchell, ou plutôt Donovanne Michel cette nuit (4/16 au shoot). Comme dit plus haut, c’est tout un groupe qui voulait s’assurer que le meilleur scoreur du Jazz pète un plomb, et c’était assuré par des lignes extérieures remontées à bloc. Du coup, en attaque ? Et bien Toronto a eu l’heureuse surprise d’échanger Serge Ibaka contre Anthony Davis dans la nuit, Sergio plantant absolument tout en première période pour donner le ton d’un grand match individuel (27 points et 13 rebonds à 5/7 du parking).

L’Espagnol, en bon vétéran qu’il est, sonnait l’alarme et ses copains préférés lui suivaient dans ses actions. Pascal Siakam, au scoring mais surtout en lecture du jeu (8 caviars), a séduit et joué à son niveau étoilé (27-11-8). Kyle Lowry, comme à son habitude, a bien alterné entre shoots très clutch, défense oppressante, gestion du tempo et café-croissant avec les arbitres. Ce sont les OG, sans mauvais jeu de mots, qui ont mené Toronto vers cette victoire, et une victoire qui va avoir un peu d’écho dans les rues de la Conférence Est. Car mine de rien, le paysage a pas mal changé en l’espace de dix jours. Au 29 février, Boston avait 41 victoires pour 17 défaites, les Raptors 42 victoires pour 17 défaites. On était donc sur un joli coude-à-coude tout en haut de l’Est. Sauf que depuis, bien des choses ont changé et cela n’a pas fait les affaires des Celtics. Quatre défaites en cinq matchs pendant que Marc Gasol et sa bande ont remporté quatre de leurs… cinq derniers matchs, voilà le genre de croisement qui peut vite créer la distance avant les Playoffs. Aujourd’hui, les champions en titre ont donc 3 défaites d’avance sur Boston, de quoi aborder le dernier mois de compétition avec sérénité. L’idéal ? Ce serait pour eux de faire le job de retour à domicile, contre Detroit puis Golden State, avant de se taper le fameux quatuor de la mort. Sixers à Philly, puis Boston – Denver – Lakers qui viennent visiter le Canada, voilà le genre de petite session face à des poids lourds de la Ligue qui donnerait une énorme dose de confiance aux joueurs de Nick Nurse comme à leurs fans. Non pas qu’ils en aient besoin en soit, mais quand on sait que dans les coulisses des Raptors le but est d’aller taquiner les Bucks en finale de conférence, tout est bon à prendre de positif sur la route.

En attendant de voir ce que cela donnera en Playoffs, nos amis les Raptors enchaînent les bons résultats et créent donc la distance avec le reste de la Conférence Est. Une première place validée par Milwaukee depuis un bail, bientôt le verrou sur la deuxième place ? On demande confirmation, sur les 12 prochains jours.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top