Raptors

Norman Powell et Kyle Lowry gâchent le retour du chef : Stephen Curry a bien chauffé mais les Raptors lui ont rappelé de mauvais souvenirs

Raptors Warriors 6 mars 2020

Vrai coquin ce Kyle, faut toujours qu’il vienne foutre sa merde.

Source image : NBA League Pass

La planète basket était prête. Quatre mois après avoir pris un poids-lourd de marque australienne sur le buffet, Stephen Curry était enfin de retour en short et c’est tout Frisco qui espérait frissonner comme à la belle époque, histoire de mettre un peu de rose dans une saison pour l’instant bien noire. La soirée aurait pu être magnifique mais elle n’aura été « que » belle, la faute à des Raptors qui, une nouvelle fois, repartent de Californie avec la victoire.

On annonçait un Steph Curry en restriction de minutes, logique, et c’est ce qu’on aura finalement eu. On s’attendait à quelques Spalsheries d’entrée de jeu, et il aura fallu attendre le deuxième quart-temps, on lui pardonne. Puis le double MVP s’est mis à chauffer, un peu, rappelant à son public le doux souvenir des cinq ou six dernières années. Chouette, en plus les Warriors tiennent le choc, on va donc avoir un vrai match de basket. En face Serge Ibaka est toujours aussi solide, Norman Powell nous tease une soire all-time pour lui et pour GS Marquese Chriss ne fait absolument RIEN de bien. Pas super original finalement mais les Dubs tiennent, et continuent d’ailleurs de tenir à mesure que le Chef retrouve des sensations. Quelques passes dans le dos et un ou deux tirs sauce Cucu, pour Toronto Norman Powell se transforme peu à peu en Super Sayan alors que Pascal Siakam en chie un max et que Terence Davis postérise tout San Francisco, et c’est finalement l’ambiance des grandes soirées qui s’empare du Chase Center. Merci Stephen, dont la seule présence électrise les foules, mais merci aussi à ces messieurs Damion Lee, Eric Paschall ou Andrew Wiggins, apparemment désireux d’offrir au boss un joli cadeau de bienvenue.

Les shoots pleuvent du parking from la main du n°30 de GS et les minutes s’égrènent, laissant un NoPow un peu seul face à la furia de tout un État, et lorsque Steph entre pour jouer les dernières minutes on se dit alors que le scénario est écrit d’avance… Sauf qu’en face c’est pas le BC Veyle, sauf qu’en face les patrons autour de Powell se nomment Kyle Lowry et Pascal Siakam, sauf que ces deux-là commencent à savoir comment gagner face à Golden State. Le money time sera cruel aux locaux, les rebonds offensifs de Marquese seront les bienvenus mais consécutifs à une belle bagatelle de shoots ratés par Curry ou son beauf Damion, et c’est finalement, une fois de plus, Toronto qui repartira de la salle le poing serré et le sourire jusqu’aux oreilles. Est-ce que c’est triste pour GS ? Évidemment que non. Est-ce que la soirée est parfaite pour eux ? Bien sûr que oui, puisque le chouchou est de retour et que la défaite sera très rapidement digérée on imagine…

Un career high pour Norman Powell et son nez crochu, un retour en quasi grande pompe pour Stephen Curry, 93 tir du parking pour honorer l’enfant chéri de la ligne à 3-points, et un Chase Center qui a vu sa température monter d’un coup d’un seul grâce à la présence de son héros. C’est tout ce qu’on voulait, s’enjailler de nouveau devant l’un des principaux protagonistes de la NBA du 21ème siècle, et ça donne juste… envie de le revoir très vite claquer des cartons monumentaux. Welcome back Steph et don’t worry, cette année tu t’en fous de perdre des matchs.

raptors stats 6 mars 2020 Warriors stats 6 mars 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top