Jazz

En recherche d’équilibre, le Jazz a décidé de changer son cinq… deux fois en un jour : c’est un peu le bordel à Utah non ?

Quin Snyder

Royce O’Neale remplace Mike Conley. Finalement non, Royce O’Neale remplace Joe Ingles. Faudrait savoir les gars.

Source image : YouTube

Ce n’est un secret pour personne, le Jazz est dans le dur actuellement. Du coup, avec les Playoffs qui se rapprochent lentement mais sûrement, le coach Quin Snyder essaye de trouver des solutions afin d’obtenir le meilleur équilibre possible. Il a ainsi décidé de foutre Royce O’Neale dans le cinq. Mais à la place de qui ? Mike Conley ? Joe Ingles ? C’est finalement l’Australien qui a sauté.

Il y a tout juste deux jours, on s’était penchés sur le cas du Jazz et les difficultés actuelles de l’équipe de Salt Lake City. On avait notamment pointé du doigt le manque d’intensité défensive de l’équipe, qui se traduit en quelque sorte par une perte d’identité pour cette franchise qui fait habituellement partie des références dans ce secteur. De plus, l’arrivée de Mike Conley, qui devait permettre à Utah de franchir un cap supplémentaire dans la terrible Conférence Ouest, a en fait plutôt perturbé l’équilibre du Jazz. Si le recrutement d’un tel meneur demande forcément un temps d’adaptation, on peut aujourd’hui avoir des doutes quand on voit la campagne individuelle du Conley – décevante sur le plan des performances mais aussi perturbée par des blessures – et les galères du Jazz pour trouver la bonne formule avec notamment les autres playmakers que sont Donovan Mitchell et Joe Ingles. Conley, perte d’identité, manque d’équilibre… voilà ce qui fait l’actu chez les Mormons actuellement, et ce n’est pas très rassurant à un mois et demi de la fin de la saison régulière. Symbole de ce bordel, le double changement réalisé mercredi par le Jazz. Hier, Shams Charania et Tony Jones de The Athletic ont d’abord annoncé l’intégration de Royce O’Neale dans le cinq d’Utah et la mise sur le banc de Mike Conley. Okay très bien, ça a du sens. Sauf que finalement, après discussion avec l’ensemble du groupe, le Jazz a préféré laisser Conley parmi les titulaires, pour mettre Joe Ingles au sein de la second unit. Bon, vous savez ce que vous voulez les gars ?

Ça cherche désespérément un équilibre à Utah, actuellement sur une série de quatre défaites consécutives. Pire, le Jazz s’est incliné à neuf reprises sur ses 13 derniers matchs, chutant jusqu’à la sixième place de l’Ouest avec un bilan global de 36 victoires pour 22 défaites, juste devant les Mavericks. Clairement, il fallait changer quelque chose et on verra si l’arrivée de Royce O’Neale dans le cinq de départ va permettre au collectif de Quin Snyder de mieux fonctionner. En tout cas, ça n’a pas bien démarré puisque les Jazzmen ont lâché la rencontre face aux Celtics devant leur public la nuit dernière, mais on va éviter d’activer le mode conclusions hâtives. En mettant O’Neale parmi les titulaires, Utah intègre un excellent défenseur qui n’a pas vraiment besoin du ballon et qui est capable de planter du parking (plus de 40% de réussite cette année). Il possède un profil 3&D vraiment intéressant et on peut comprendre la volonté de Snyder de le mettre dans le cinq sachant qu’il y a déjà du monde pour contrôler la gonfle. Quand vous avez Mike Conley, Donovan Mitchell et Joe Ingles sur le terrain en même temps, c’est parfois compliqué car il n’y a qu’un seul ballon. Maintenant, est-ce qu’il vaut mieux mettre Conley ou Ingles sur le banc pour rééquilibrer tout ça ? L’avenir nous apportera des réponses. Ce n’est pas la première fois que l’Australien prend le costume de playmaker remplaçant, c’était déjà le cas en début de saison pour des résultats très mitigés sur le plan individuel. On peut donc avoir des doutes, d’autant plus que le Jazz tourne globalement bien mieux avec Ingles qu’avec Conley cette saison, ce qui est logique vu la différence d’automatismes. Mais avec les récentes performances de Joe, à côté de ses pompes depuis le retour de Mike il y a environ un mois, et la volonté d’Utah d’intégrer au mieux sa recrue star en vue des Playoffs, Quin Snyder a préféré garder l’ancien vétéran de Memphis dans son cinq majeur.

Utah se cherche, Utah est en difficulté, Utah tente de trouver des solutions pour relancer la machine. Joe Ingles et Mike Conley ne sont pas vraiment complémentaires et la meilleure chose à faire est probablement d’en mettre un des deux sur le banc. On verra ce que va donner cette expérience, même si à ce stade de la saison, c’est surtout des certitudes qu’on cherche.

Source texte : The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top