Lakers

Les notes de Lakers-Celtics : LeBron James éteint l’incendie Jayson Tatum, merci à Joseph pour l’inspiration

Koh Lanta

Merci d’exister Joseph.

Source image : YouTube

C’est l’une des nouveautés pour cette saison 2019-20, TrashTalk vous offrira chaque dimanche soir les notes du NBA main event made in France. Disons qu’on a la chance de pouvoir profiter d’un match chaque semaine en prime time, disons que ça ne nous obligera plus à patienter devant un épisode claqué de Zone interdite, alors disons qu’on a décidé de profiter de tout ça pour rigoler un peu et pour vous faire part chaque semaine de notre bulletin de notes maison. Âmes sensibles s’abstenir, on n’est pas venus ici pour caresser la NBA dans le sens du poil, enfin pas toujours.

On en arrive donc à un grand classique dans ces bulletins de notes : les Lakers de DeMarcus Cousins LeBron James reçoivent leur meilleur ennemi, les Celtics de Boston, emmenés par Kyrie Irving Jayson Tatum. Et l’on a eu droit cette fois-ci à un choc des générations, entre le jeunot Tatum et le vieillard LBJ, le premier n’ayant nullement été effrayé par le second. Si le Celte repart avec la plus belle ligne de stats, l’ancien Cav et Heat repart avec la victoire. Comme chaque affrontement entre les deux franchises, celui-ci a tenu toutes ses promesses et on a eu un vrai match disputé malgré un horaire plus favorable aux indigestions du poulet-frites du dimanche midi qu’aux gros cartons. En tout cas on ne va pas s’en plaindre, même si certaines questions restent sans réponses : pourquoi cette police pour le maillot des Celtics ? Pourquoi Brad Wanamaker ressemble à Calvin Booth ? Pourquoi Kyle Kuzma a cette dégaine ? Pourquoi JaVale McGee ? Pourquoi parler de Joseph de Koh-Lanta dans le titre ? Tant de mystères que nous cherchons à résoudre. On a préféré vous sortir les notes de chaque joueur avant, on se retrouve peut-être après pour la suite.

Los Angeles Lakers

Avery Bradley (3) : il a inscrit le premier panier du match derrière l’arc, puis plus rien ensuite. Avery Bradley, c’est le mec qui doit quitter la soirée à 22 heures parce que sa meuf lui fait une scène.

Danny Green (4) : malgré une belle défense, Danny Green n’a pas répondu présent sur son deuxième point fort : le tir extérieur. Le Matuidi du basket a également été ciblé par les Celtes mais nous fait toujours marrer avec sa gestuelle, on va finir par recracher notre Danette à force. On se lève tous pour Danny.

LeBron James (8) : Même si Jayson Tatum a tout tenté, c’est bien tonton LeBron qui quitte le Staples Center avec la win. Comme toujours polyvalent au possible, il a assuré l’essentiel en jouant et en faisant jouer ses coéquipiers. En même temps, le mec est un homme de défis, on lui a dit à l’époque « Viens à l’Ouest pour voir », lui a juste répondu « Ok bougez pas ». Tout ça pour rouler sur la concurrence à 35 ans. Les maisons de retraite en sueur.

Anthony Davis (6,5) : malgré de belles statistiques, le sourcil préféré de ton sourcil préféré a connu un match un peu compliqué. Clairement ciblé par la défense adverse, les Celtics ont agressé AD avec presque autant de violence que Sadek et ses sbires contre Bassem Braiki. Pas de sang mais une victoire pour Davis. Prenez ça !

JaVale McGee (5) : l’ancien souffre-douleur de Shaquille O’Neal, autrefois connu pour ses déconnexions cérébrales, est aujourd’hui le pivot titulaire de la meilleure équipe de l’Ouest et se fond parfaitement dans le collectif angelino. Enfin quelqu’un à qui la conseillère d’orientation a été utile.

Kentavious Caldwell-Pope (5,5) : ultra agressif en défense et efficace depuis le parking, KCP a fait du bien aux Lakers. Comme Rohff, « son seul bling-bling fut un bracelet électronique », mais ce soir il nous a quand même montré que c’est plus pratique de jouer sans.

Kyle Kuzma (6) : malgré une coiffure de cagole cinquantenaire, qui ne va pas avec sa tronche d’élève ahuri. Kuzma a fait du Kuzma : du scoring, des shoots qui tombent dedans mais toujours pas de défense. Un jour, Dieu a demandé à Kyle de kuzmer, et Kyle Kuzma.

Rajon Rondo (7) : déjà, Rondo en antenne nationale c’est du lourd, mais alors Rondo en antenne nationale contre son ancienne franchise c’est carrément du n’importe quoi. Pour le peu qu’il a joué, l’ancien Celtic champion NBA 2008 a sorti un match de tron-pa. En fait, Rajon Rondo, c’est un ado qui fait un mauvais tour à son ex à la radio sur Skyrock.

Dwight Howard (6) : le Dwight 2.0 a une coiffure chelou, un short trop court et des tatouages, mais joue juste, est agressif, prend des rebonds, et fait du bien à sa franchise. Chez D12 D39, la crise d’ado a lieu à 34 ans mais n’est pas entièrement négative.

Alex Caruso (4,5) : il pourrait partir jouer en Turquie pour faire d’une pierre deux coups et faire ces fameux implants capillaires, mais Alex Caruso est fidèle à sa dégaine de daron qui débute le basket et arrive à rendre de fiers services à sa franchise de cette façon.

Boston Celtics

Marcus Smart (5) : Marcus Smart est un chien de garde qui se bat partout, pourtant, il joue chaque jour avec la conviction que c’est un tireur d’élite. Mais ce soir, toutes ses tentatives n’étaient pas couronnées de succès. Vous voyez le meme de Michael Jackson avec son pop corn ? Bah c’était nous à chacun de ses tirs.

Jaylen Brown (4,5) : même si ce soir il suffisait de filer la gonfle à Tatum pour scorer du côté des Celtics, Jaylen Brown s’est fait éteindre par la défense des Lakers… comme Joseph a éteint le feu dans le premier épisode de cette saison de Koh Lanta. Quelques sursauts en fin de match mais trop maigres pour un sosie de Kaaris. Booba a donc gagné ce combat qui n’a jamais eu lieu, par procuration.

Gordon Hayward (4,5) : le glow up de son faciès au fil de sa carrière contraste avec le glow down de son tir à l’heure actuelle. Si la cheville en Y il y a deux ans et demi n’aide pas, lui comme nous espérons retrouver le scoreur qu’il était. En attendant, Gordie brouille les pistes et garnit les autres lignes de sa fiche de stats. Dommage, les « presque triple-doubles » ne comptent pas au palmarès.

Jayson Tatum (8) : malgré ses chaussures dépareillées et son tatouage avec une faute, Jayson Tatum a été étincelant tout au long du match, scorant à foison dans toutes les positions possibles et imaginables et s’en battant les steaks de voir Anthony Davis face à lui. Malheureusement, LeBron James a eu le dernier mot. Plutôt Channing Tatum (on vous voit venir) que Jayson Batum donc.

Daniel Theis (6) : le flow le plus badass d’Allemagne avec son look à la Michael Scofield a fait un gros travail dans la raquette des deux côtés du terrain pour donner tort à Kendrick Perkins qui pensait que Boston avait besoin d’un pivot. Gangster 2 Theis.

Brad Wanamaker (4) : très limité aujourd’hui et pas au niveau, Brad Wanamaker a été à un niveau aussi bas que les blagues de ton oncle bourré beauf aux repas de famille. Au final quoi de plus normal pour un mec avec un blaze de daron pro-Trump ?

Romeo Langford (4) : on ne sait pas si son nom est celui d’un mauvais chanteur de RnB ou celui d’un acteur américain. Tout ce qu’on sait, c’est que ses équivalents en termes de niveau de jeu sont Colonel Reyel en musique et Marion Cotillard à la fin de Batman Dakr Knight.

Grant Williams (5,5) : peu de temps de jeu pour lui, suffisant pour marquer un panier et maintenir l’espoir aux lancers-francs pour les Celtics. Vous voulez qu’on dise quoi d’autre ?

Semi Ojeleye (5) : rentré juste pour faire voir ses bras d’Action-Man. Dommage pour lui, il joue en NBA et ne pose pas pour les Dieux du Stade.

Enes Kanter (?) : dans un match où il était nécessaire de défendre, pourquoi vouliez-vous mettre l’intérieur turc, qui ferait passer un koala pour un animal énergique ?

Un vrai match de patrons de la part des Lakers qui prouvent qu’ils vont être très chauds à bouger cette saison. Même si les Celtics ont tout donné sans leur meneur Kemba Walker (Texas Ranger), ils ont été trop justes pour repartir de chez leurs rivaux avec la victoire. Un très beau match pour un dimanche midi, on s’est régalé et on espère que vous aussi. On espère également que les Sixers et les Clippers nous offriront pareil spectacle la semaine prochaine, toujours au Staples Center, toujours à 21h30. On se capte dans une semaine la famille ?

1 Comment

1 Comment

  1. Alkaline

    24 février 2020 à 7 h 36 min at 7 h 36 min

    On oublie de mentionner un arbitrage dès plus contestable et bizarrement en faveur des Lakers…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top