Blazers

Damian Lillard n’est pas un humain, c’est une torche : encore 48 points cette nuit, il fallait bien ça pour vaincre des Lakers en mission

Damian Lillard 1er février 2020

Un peu fainéant le Lillard, incapable de rester dans sa moyenne.

Source image : NBA League Pass

Si tout le monde s’accordait récemment pour dire que Damian Lillard était dans une zone hallucinante depuis quelques semaines, on a encore revu notre changement cette nuit. Car Damian Lillard n’est pas « dans la zone », Damian Lillard EST la zone. Ça sent très fort la mixtape de Jul dans les bacs, et nous on commence à se demander qui va bien pouvoir arrêter la bête.

Et il en fallait du cœur et des tripes pour valider une pareille performance… dans une soirée aussi chargée en émotion. La première demi-heure de la soirée évidemment réservée à l’immense hommage du Staples Center à Kobe Bryant, et chacun des protagonistes de ce « drôle » de Lakers – Blazers devait faire le difficile effort de se concentrer sur le match, beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Le match partait d’ailleurs sur un rythme semblable à celui d’un All-Star Game, chacun réglant sa mire mais sans trop de défense en face. Anthony Davis débutait son match tel un Wilt Chamberlain des temps modernes, Damian Lillard lui répondait sans l’ombre d’une expression de visage, et on se dirigeait donc vers un match offensif, clin d’œil de plus au héros de la soirée qui regardait sans doute tout ça d’un air amusé et fier. Carmelo Anthony absent côté Blazers car l’émotion du jour était définitivement trop forte pour lui, c’est finalement Hassan Whiteside qui sera le plus fidèle et doué lieutenant de Damian Lillard, l’ancien pivot du Heat terminant sa soirée avec un quasi-impeccable 30/12/5 à 13/14 au tir, répondant avec intensité au défi proposé par Anthony Davis. L’Unibrow lui aussi auteur d’un match absolument énorme (37/15/6/5 à 14/22), mais finalement insuffisant face à la folie d’un homme qui marche littéralement sur l’eau depuis deux bonnes semaines…

stats lillard 30 janvier 2020

Ça ? C’est le carnage réalisé par Damian Lillard depuis quatre matchs, avant donc de se déplacer hier soir à la Kobe House. On se dit alors que le meneur de Portland pourra difficilement faire mieux, on se dit aussi que cette soirée « doit » être celle de leBron plus que celle de Dame, mais si LeBron James finira son match le cœur lourd et la feuille de stats remplie comme à son habitude (22/8/10), c’est donc – une fois de plus – Damian Lillard qui aura éclabousé la nuit de son génie et de son adresse.

48 points à 17/30 dont 7/12 du parking et 7/8 aux lancers, 9 rebonds, 10 passes et 2 steals en 40 minutes

Un match une nouvelle fois sensationnel, un poster dans le trafic, des shoots pas loin du logo et/ou avec six mains dans la gueule, un troisième quart fulgurant parce qu’on commence à manquer d’adjectifs, et Dame D.O.L.L.A. se dirigeait donc vers une folle soirée de plus dans un mois de janvier à ranger au rayon des plus gros coups e chaud de ces dernières années. Imperturbable, intouchable, incroyable, Lillard affiche une confiance hallucinante et porte donc actuellement à lui seul ou presque les espoirs de Playoffs de sa franchise, qui pourra peut-être bien lui réserver une statue dès cet été en cas de qualification des Blazers pour la postseason.

Une nouvelle démo incroyable du père de Russell Westbrook et Paul George, un Hassan Whiteside qui nous ferait presque regretter sa non-sélection pour le All-Star Game (non), et des Blazers qui continuent d’y croire et des Lakers peut-être un peu trop atteints par le caractère si spécial de cette soirée. Merci en tout cas messieurs pour le spectacle, tous autant que vous êtes, vous avez fait honneur à celui qui aurait voulu être aux premières loges et avec sa fille pour voir ça.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top