Pelicans

J.J. Redick en a marre des joueurs qui passent leur temps sur Instagram : pas sûr que Joel Embiid soit du même avis

JJ Redick

Pas sûr que J.J. Redick te follow back quand tu le follow.

Source image : YouTube/ESPN

Vous ne pouvez pas vous passer des réseaux sociaux pour suivre vos joueurs préférés ? Vous adorez voir leurs dernières tenues en story Instagram ? J.J. Redick beaucoup moins, et il le fait savoir.

On ne vous apprend rien, les réseaux sociaux tiennent une grande place dans notre société, et les joueurs NBA n’y échappent pas. Workout, déclarations ou trashtalk par posts interposés, tout y passe. Si certains s’en approprient les codes et nous régalent de belles pépites, ce n’est pas du goût de tous. On comprend que pour ceux qui ont connu la NBA sans, ce phénomène puisse surprendre. Quand certains joueurs semblent accorder plus de sérieux à leur image qu’à leur entraînement, logique que certains grincent des dents. Récemment, c’est J.J. Redick qui prenait la parole concernant les réseaux sociaux dans son podcast, et ce n’était pas pour en dire du bien. Le sniper des Pelicans expliquait alors en avoir clairement marre de voir certains joueurs être autant investis sur Instagram. Et quand cet investissement prend plus de place que la gagne, c’en est trop pour lui. Bref, on comprend vite que le joueur n’est pas un grand adepte des cellulaires et autres GSM.

« C’est un problème. Je crois vraiment qu’il y a plus de gars qui pensent à mettre leurs tenues sur Instagram que de gars qui s’inquiètent de gagner ou perdre un match. »

Il en profite par la même occasion pour mettre un petit tacle aux joueurs qui passent trop de temps sur Fortnite, tant qu’à faire. Plus sérieusement, le vétéran soulève un réel problème dans l’approche du sport. Et c’est peut-être la différence d’âge qui l’explique. J.J. est-il trop vieux pour les réseaux, les jeunes manquent-ils de sérieux pour le basket ? Le problème est plus complexe qu’il n’y paraît. D’autant plus que la mise en avant de marques par les joueurs est devenue un enjeu économique important. Sur les terrains comme en dehors, les stars font vendre. Pas étonnant que certains jeunes se prennent au jeu. Des Sixers aux Pelicans, les jeunes, il connaît le J.J., et côtoyer des gosses qui ont 15 ans de moins que lui, ça peut faire bizarre. Le choc générationnel peut évidemment mener à des approches différentes du sport. Si la critique est directement orientée vers la sur-utilisation des réseaux, Redick a aussi mis en avant le manque d’implication de certains jeunes à l’entraînement d’une manière générale, récemment dans le Lowe Post. Pour lui, trop peu d’entre eux se tournent vers les vétérans pour apprendre de leur expérience. Le rôle de mentor serait-il plus dur à porter de nos jours ? Peut-être que ce constat est légitime. Mais de là à dire que les joueurs sont aujourd’hui plus nombreux à s’intéresser à leur image sur les réseaux qu’à la victoire, c’est peut-être pousser le bouchon un peu loin.

Alors, souci générationnel ou réel manque de sérieux des plus jeunes ? On vous laisse y réfléchir, en attendant on va tester le nouveau filtre Instagram « Quel joueur NBA êtes-vous ? ». Ça serait drôle de tomber sur J.J. Redick.

Source texte : The J.J. Redick Podcast With Tommy Alter / The Lowe Post

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top