Suns

Les Suns vont chercher une victoire de prestige à Boston : des C’s décimés mais tant pis, Devin Booker se sent toujours aussi bien au Garden

Devin Booker 19 janvier 2020

Sur cette photo se cache un mec qui a pris 22 tirs à 3-points cette nuit.

Source image : YouTube

Est-ce que, finalement, ce n’était pas le meilleur moment pour jouer Boston ? Des Celtics privés de Kemba Walker et Jaylen Brown ? On vous laisse répondre à la question la plus simple de la journée, juste le temps de vous dire que les Suns ne se sont pas fait prier et qu’on est donc ce matin à Phoenix sur une belle série de quatre victoires en cinq matchs, après une nuit assez psychédélique au Garden.

On se souvient forcément de ce mois de mars 2017, quand un ado de 13 ans du nom de Devin Booker faisait alors oublier la défaite des siens à Boston en plantant la bagatelle de 70 points sur la « défense » des Celtics. Pas de bis repetita cette nuit hein, on vous arrête tout de suite, mais juste ce petit rappel à l’ordre, histoire que vous gardiez à l’esprit le fait que le sniper des Suns a ses petites habitudes dans le Massachusetts. Car cette nuit encore, même si de barre mythique dépassée il n’y aura pas, c’est une nouvelle fois un Devin héroïque qui aura permis aux Suns de repartir du TD Garden avec la victoire.

Les absences de Kemba Walker et Jaylen Brown laissaient place à l’espoir et le jeune squad de Monty Williams ne se sera donc pas fait prier. Le trio Ayton / Booker / Rubio avait pris avant-hier la mesure des Knicks ? C’est cette fois-ci le trio Ayton / Booker / Bridges qui aura fait le taf, répondant notamment à un Marcus Smart sous ecsta en l’absence de son meneur titulaire. 37 points pour le meneur à la peau disgracieuse, record en carrière éclaté, 37 points à… 11/22 du parking, relisez bien la phrase pendant qu’on part chercher un gant de toilettes pour nous humidifier le front. Troisième marque all-time au nombre de shoots tentés du parking derrière les 24 de Klay et les 23 de James, de Harden, de The Beard, du Barbu, du gaucher et du MVP 2018, à égalité avec l’être de lumière J.R. Smith mais également l’arrière de Houston, celui des Rockets ou encore le meilleur scoreur actuel de la Ligue. Une folie, clairement pas du genre de celle qu’on attendait car si Cusse aime shooter on est évidemment très loin habituellement de la boulimie d’un… James Harden, au hasard.

Bref, une mouche a piqué Marcus Smart mais les effets n’auront donc pas été suffisants pour taper les Suns cette nuit, les Suns qui continuent à alterner le chaud et le froid cette saison en repartant de plus belle en 2020 après un début d’exercice délicieux et un sacré gros creux en décembre. Le retour de Deandre Ayton a fait du bien, assurément, et le pivot bahaméen continue de proposer une belle alternative à l’attaque des Suns en étant ce point de fixation qui faisait cruellement défaut à la franchise d’Arizona depuis le début de saison huit ans. 26 points et 15 rebonds cette nuit encore pour le sophomore qui, rappelons-le, a été drafté avant Luka Doncic ou encore Trae Young, sorte de pression qui ne quittera jamais les pneus du gamin tout au long de sa carrière. Autour de la bûche ? Deux hommes ont passé une très belle soirée. Mikal Bridges tout d’abord, au four, au moulin et à la défense en l’absence de Kelly Bae Oubre Jr., Michel Ponts qui terminera sa soirée avec 26 points et un magnifique 10/13 au tir dont 6/8 du parking, 26 points mais treize de moins qu’un Devin Booker qui monte encore un peu plus en régime à mesure que le All-Star Game se rapproche, rapport ou pas rapport. Cette nuit ? Devin est monté à 39, 39 pions auxquels on peut ajouter 10 rebonds, 9 passes et les lancers qu’il faut en fin de match histoire de sceller la dix-huitième victoire de la saison des Suns.

Un Booker à quasi 40 pions, un duo Bridges / Ayton au diapason, Ricky Rubio à la baguette et Dario Saric à la flûte, c’en était trop pour les Celtics de Marcus J.R. Smart. Une belle occasion ratée pour Boston de marquer des points dans la course à la deuxième place à l’Est, alors que Phoenix peut continuer à croire à une place en Playoffs grâce à leur belle forme et au caractère ouvert du ventre mou de la Conférence Ouest. « Phoenix gagne à Boston et se replace dans la course aux Playoffs », on aurait quand même pas parié sur ce genre de phrase un 19 janvier.

stats celtics 19 janvier 2020 stats suns 19 janvier 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top