Nuggets

Les Nuggets passent le level up face à Dallas : une défense étouffante, un banc solide, un Jokic dominateur, et Denver est un vrai deuxième

Il y en avait cette nuit de beaux chocs. Celui entre Trae Young et James Harden qui finira par ne pas déclarer vainqueur celui qui rate le moins de tirs, celui entre Rudy Gobert et Frank Ntilikina pour savoir comment se portent les futurs lieutenants de Sekou Doumbouya en Équipe de France, celui entre les Spurs et leur glorieux passé ou encore un autre entre Jimmy Butler et l’honneur de T.J. Warren. Mais au milieu de tout ça, c’est bien ce Nuggets – Mavericks qui revêtait cette nuit le costume du main event du programme proposé. Et disons qu’on a eu tout sauf tort de le stabiloter sur notre agenda, parce que c’était un vrai match de basket.

Pour ceux dont la mémoire est bien entretenue, ce match était également l’occasion pour les Nuggets de se racheter. Car si ceux dont la mémoire est vraiment bien entretenue se souviennent d’un énorme finish la saison passée lors duquel Nikola Jokic avait été encore plus clutch qu’un clutchissime Luka Doncic, ceux dont la mémoire est juste entretenue comme il faut se rappellent pour leur part de l’un des tous premiers matchs de la saison au Pepsi Center. Le duo Doncic / Porzingis avait été bien verrouillé par la défense de Denver mais le banc de Rick Carlisle avait fait le taf pour l’emporter, alors qu’en face Nikola Jokic était encore en train de bailler (10-10-10) et que c’est le duo Millsap / Barton qui avait du prendre en main l’attaque des Nuggets. Et quand c’est le duo Millsap / Barton qui prend en main votre attaque ? Vous gagnez des matchs mais vous les gagnez en 2015. Petit saut dans le temps donc et nous voici dans la nuit du 8 au 9 janvier 2020 (cette nuit donc, on se réveille, merci) pour ce choc entre une équipe de Denver qui voulait surfer sur sa belle forme et tamponner sa deuxième place en slovène et une formation texane qui aimerait bien s’inviter à la table des géants, maintenant qu’elle a validé sa place dans la salle principale du restaurant. Un vrai choc de l’Ouest donc, et cette fois-ci ce sont les Nuggets qui auront expliqué à leurs hôtes comment ça s’passe dans la place, et ce grâce à trois raisons principales :

  • La défense sur Luka Doncic, et mettez-moi vite Garry Harris en All-NBA Defensive 1st Team
  • L’apport du banc, faudrait pas oublier que c’était une force la saison passée
  • Un Nikola Jokic qui monte sacrément en température

Un vrai match donc de la part de Denver, avec un Gary Harris toujours aussi féroce lorsqu’on lui propose de gérer l’un des meilleurs attaquants de la Ligue. Encore 27 points, 9 rebonds et 10 passes pour le prodige, vu de loin c’est costaud, mais dans les faits une galère sans nom pour le blondinet, limité à 11/24 au tir (1/7 du parking), 6 balles perdues, et à… ce genre de quatrième quart, visez plutôt :

Le genre de statistique qui vaut tous les triples-doubles du monde ou tous les matchs à 40/10/10 à 4/20 à 3-points, suivez nos regards. Gary Harris DPOY version Colorado donc, mais également un banc qui assure, qui se met à assurer depuis quelques matchs même. On pense tout de suite d’ailleurs à un Michael Porter Jr. qui monte en régime mais cette nuit le crack était discret et c’est surtout le trio Plumlee / Beasley / Morris qui aura assuré dans les bons moments. Miles Plumlee, Michael Beasley et Markieff Morris, ou presque, qui auront donc confirmé que quand le banc va tout va, confirmant également ce qui faisait la force de Denver la saison passée, une rotation solide de dix gars ou presque et des bencheurs au soutien des leaders, transition toute trouvée pour parler de… Nikola Jokic, qui enchaîne pour sa part les grosses perfs et qui a encore envoyé une sauce phénoménale cette nuit face à la fluette raquette de Dallas. 33 points à 12/20, une belle adresse de loin, 6 rebonds, 7 passes, 0 sprint, et un poids incroyable sur le jeu de Denver avec notamment ce quasi game winner à moins de dix secondes de la fin, tout en gestion, ce qu’on attend finalement d’un vrai franchise player. Le Niko du début de saison vous rappelait votre copain Sylvain ? Celui qui se pointe au match avec de la sauce barbecue collée aux lèvres et des bouts de bœuf coincés entre les dents ? Le Niko aperçu depuis quelques semaines ressemble davantage à ce mec qui était la saison passée un candidat MVP, et c’est tout Denver qui roule mieux avec sa star en forme autant qu’en formes.

La dernière possession du match sera à l’image de l’intensité déployée pour empêcher l’accès au panier des attaquants de Dallas, big up à Dorian Finney-Smith au passage, et les Nuggets l’emporteront donc 107-106, jolie manière de verrouiller leur deuxième place à l’Ouest. Chapeau messieurs.


stats mavs 9 janvier 2020 stats Nuggets 9 janvier 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top