Thunder

Chris Paul a souhaité la bonne année à Luka Doncic : money time de feu, quand ce CP3 est de sortie… ce CP3 est injouable

Chris Paul 1er janvier

Oublions un peu le salaire et saluons le joueur (sacrément bien payé quand même)

Source image : NBA League Pass

Le dernier match de cette nuit de réveillon nous offrait une belle opposition entre deux équipes diablement agréables à voir jouer depuis le début de saison, le contraire d’un Hawks-Knicks en somme, et quelle bonne idée nous en a pris de nous extirper de bonne heure de la giga-party chez Chacha. Allez, récap mais récap rapide, parce que la dernière fois qu’on a dormi c’était lundi soir.

Deux salles deux ambiances cette nuit à la Chesapeake Arena d’Oklahoma City. D’un côté un probable futur MVP, un jour, aux joues aussi roses que son talent est grand. De l’autre un vieux renard des surfaces se baladant désormais avec son sac rempli d’or et qui, pour sa part, aurait bien voulu gagner quelque chose dans sa vie. Luka Doncic vs Chris Paul, Mavericks vs Thunder, et un match qui tombera finalement aux mains… du pirate d’OKC.

Et ça partait pourtant mal pour CP3 ets es élèves, puisque dès le premier quart c’est plutôt le ROY 2019 qui se mettait en action. Et quelle action… 19 points dans les douze premières minutes pour le Slovène, et la sensation qu’il pouvait se passer quelque chose de fous en cette Saint-Sylvestre. Pas de Kristaps Porzingis qui avait oublié sa tenue à l’arbre de Noël d’Intermarché Dallas, pas de Tim Hardaway Jr. non plus, ni de J.J. Barea car il a été jugé trop petit par le Tribunal de Petite Instance. Pour OKC ? Pas de Russell Westbrook, pas de James Harden, pas de Kevin Durant, pas d’inspi non plus à cette heure-là. Un premier quart de fou malade donc pour Luka, puis plus grand chose à se mettre sous la dent côté Dallas, car c’est à ce moment là la bande à SGA qui se mettait en route. Shai Gilgeous-Alexander donc, puis Dennis Schroder, intraitable face à la air-defense de Doncic, et enfin Chris Paul, une nouvelle fois héros du match, situation qui a bien du arriver une cinquantaine de fois depuis le début de sa carrière.

L’exploit de Chris Paul cette nuit ? Avoir regardé le meneur des Mavs dans les yeux en lui expliquant que c’était bien beau de faire le coq… mais que le shérif en ville s’appelait encore et toujours Crissou. Résultat des courses un dernier quart quasi-parfait et 13 points inscrits dans le money time, dont neuf des douze derniers de son équipe, alors que Luka se transformait en James Harden bourré (3/16 du parking) et loupait même le panier de la gagne à quelques secondes du dernier buzzer de 2019. Tout en gestion de l’espace, tout en match-up maitrisée, sans trop en faire si l’on excepte ce petit sourire de fouine qui donne parfois des envies de se servir d’une pelle et de frapper fort sur sa caboche.

Quoiqu’il en soit Chris Paul a encore fait du Chris Paul cette nuit, confirmant la vraie bonne forme de son équipe et rappelant par la même occasion son talent aux inconscients. parce qu’en 2019, encre et toujours, Chris Paul dans le money time… c’est de l’argent au coffre comme dirait l’autre. Et vous ne nous croirez pas mais l’expression fût choisie tout à fait au hasard. Allez, bonne année vieux malin.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top