Magic

Les notes de Pelicans – Magic : Jonathan Isaac active le mode Dhalsim pour tordre le bec des Pelicans

Jonathan Isaac

Ça a changé Street Fighter.

Source image : YouTube

C’est l’une des nouveautés pour cette saison 2019-20, TrashTalk vous offrira chaque dimanche soir les notes du NBA main event made in France. Disons qu’on a la chance de pouvoir profiter d’un match chaque semaine en prime time, disons que ça ne nous obligera plus à patienter devant un épisode claqué de Zone interdite, alors disons qu’on a décidé de profiter de tout ça pour rigoler un peu et pour vous faire part chaque semaine de notre bulletin de notes maison. Âmes sensibles s’abstenir, on n’est pas venus ici pour caresser la NBA dans le sens du poil, enfin pas toujours.

Pour cette édition, on part boire des rhums en Louisiane puisque les Pelicans de la Nouvelle Orléans reçoivent le Magic d’Orlando. Si le duel capillaire entre la hairline tracée à la règle de Lonzo Ball et celle tracée bourré d’Evan Fournier, le duel de grandes lianes entre Brandon Ingram et Jonathan Isaac promet du lourd. La street voudra également savoir quel dragster entre Jrue Holiday et Markelle Fultz fera le plus de fumée au démarrage. Ce ne sont pas les deux équipes les plus sexy de la ligue qui vont se la donner ce soir mais dans leurs styles respectifs, ces deux franchises peuvent quand même envoyer du jeu même si ce sera l’heure de bouffer. C’est pour cela que Zion Williamson est encore absent et que Mo Bamba est encore présent.

Finalement, il n’y aura réellement eu qu’une mi-temps : le match était serré pendant la première mi-temps mais le collectif bien huilé du Magic  (à part Aaron Gordon qui a voulu casser le délire en restant à 9, tout le monde a mis au moins 10 unités) a pris le dessus en seconde période, bien aidé par Alvin Gentry qui a préféré se faire exclure pour rejoindre sa contre-soirée plus tôt. Un match sérieux de la part du Magic, un match de schizophrènes de la part des Pelicans. Et maintenant on doit noter tout ce beau monde ? Bah allons-y hein !

New Orleans Pelicans

Jrue Holiday (7) : toujours sans dire aucun mot et en faisant autant de bruit qu’une Renault Zoé en pleine accélérartion, l’ami Jrue fait un taf monstre des deux côtés du terrain, sans jamais se plaindre et en étant toujours juste. Giroud Holiday.

JJ Redick (7) : typiquement la femme cocue qui veut à tout prix se venger de son ex, et par tous les moyens existants. A mi-distance et à 3 points, Jean Jacques a clairement rappelé son transfert de l’époque. Même 8 ans après, la rancune est tenace.

Brandon Ingram (6,5) : le sosie de Tyga s’est encore une fois démultiplié pour essayer de sortir sa franchise de la mouise. Malheureusement handicapé par les fautes, son apport et sa polyvalence n’ont pas suffi. Dommage, l’homme avec une tête de client de Walter White est bon pour un mec qui joue les yeux fermés.

Kenrich Williams (3) : une méga brique envoyée en début de match, puis plus grand chose. Il a quand même percé le filet une fois mais ça reste pauvre. Kenpoor Williams

Derrick Favors (2) : lui c’est l’élève dont le prof ne connait toujours pas le nom alors qu’on arrive à la fin du deuxième trimestre. Totalement insignifiant sur ce match, il a fallu enquêter pour le voir sur le parquet. Inspecteur Derrick Favors.

Jaxson Hayes (5,5) : Tahiti Bob avec de la détente, et un culot monstre. Le rookie n’a peur de rien et semble fait pour la NBA actuelle malgré la faute d’orthographe dans son prénom.

Josh Hart (6,5) : mister high-five a encore une fois été important dans son registre. De la défense et du tir, et c’est déjà pas mal même si insuffisant. Pourvu qu’il garde l’humour de son homonyme Kevin au prochain vent qu’il se prendra.

Lonzo Ball (3,5) : Un match complet statistiquement mais un cruel -22 qui va faire tâche pour le rejeton de LaVar. Heureusement qu’il a des contours, à défaut d’avoir un beau shoot.

Frank Jackson (5) : palmarès de Frank Jackson : je ressemble à Kyle Kuzma.

Orlando Magic

Markelle Fultz (6) : on sent qu’il n’est pas encore à 100% mais les prémices du joueur qu’il doit devenir sont très clairement visibles. Le Magicarpe de son début de carrière est progressivement en train de muter en Léviator.

Evan Fournier (6) : le dégarni de Charenton confirme qu’il est dans la zone actuellement. Vavane n’a encore une fois eu peur de rien, dégainant instinctivement. Moins en réussite que certains jours, il s’est contenté de suivre le collectif tranquillement. Une adaptation exemplaire. Hugo Du Bourg Palette rappellera tout de même qu’il n’a pas de cheveux

Jonathan Isaac (8) : l’allégorie du nettoyage, le mec a une brosse à chiottes en guise de coiffure mais l’efficacité d’un aspirateur Dyson pour récupérer tous les ballons qui traînent et contrer les tirs adverses. Il a également brillé en attaque, ce qui n’est pas toujours le cas. Monsieur Propre avec des cheveux donc.

Aaron Gordon (2,5) : un match horrible de la part de monsieur drone, qui nous a rappelé que ses matches étaient d’une qualité aussi irrégulière que ses concours de dunks. Que de mauvaises décisions et de cagades de la part du double zéro, qui aurait pu avoir un cerveau s’il ne s’était pas fait les croisés. Rotaldo.

Nikola Vucevic (7,5) : pour son retour, Niko a clairement fait du bien au Magic et a stabilisé l’attaque de sa franchise. Sérieux et sans forcer, il a fait le taf sans décevoir, un kebab de lendemain de soirée en somme.

DJ Augustin (7) : il a beau avoir perdu sa place de titulaire, l’ami DJ Augustin reste capable de rendre de fiers services à sa franchise, tout en ne forçant rien et en jouant juste. Last night a DJ saved my life.

Terrence Ross (5,5) : moyen en première mi-temps, il a pris chaud en seconde période pour envoyer l’apport qui était habituel chez lui la saison dernière. En fait il fallait juste allumer le chauffage.

Michael Carter-Williams (5,5) : l’animal a marqué deux tirs consécutifs à trois points, ça n’était plus arrivé depuis 1754. Il va se passer quelque chose de surréaliste demain, genre des moyens de transports blindés ?

Mo Bamba (6,5) : un corps de ficello, moelleux comme du pain de mie en défense mais croustillant comme des Frosties en attaque. Pour les 5 fruits et légumes on repassera, mais Mo Bamba avait envie de nous faire faire une métaphore culinaire. C’est fait.

Cette nouvelle cuvée touche donc à sa fin. La Floride a triomphé en Louisiane dans un match en trompe-l’oeil, avec de l’adresse mais semblant pourtant manquer de rythme. Jonathan Isaac ayant embarqué (facilement) avec lui toute l’équipe du Magic dans ses bras interminables. Tout le collectif s’est mis au diapason. Et malgré les efforts du meilleur marqueur du match Jrue Holiday, de Brandon Ingram et de JJ Redick, les Pelicans repartent la queue entre les jambes. Et la semaine prochaine c’est Luka Doncic Dallas qui part au Canada rentre visite à Kawhi Leonard Toronto. 21h30 pétantes, on se dit à dimanche prochain ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top