Sixers

Les Sixers prennent leur revanche et assurent face à Toronto : 110 à 104, cette fois c’est Gasol qui a fini à 0 points

matisse thybulle

Il a été bon, très bon l’ami Matisse.

Source image : NBA League Pass

Battus avec la manière à Toronto le 26 novembre dernier, les Sixers ont cette fois sorti leur meilleur jeu et ont écarté les Raptors grâce à un produit collectif, défensif, complet et quasiment parfait. Toujours invaincue à domicile, l’armée de Philadelphie a rassuré du monde cette nuit.

Non, le score final n’indique pas vraiment la physionomie de ce match, qui aura été assez dominé par les hommes de Brett Brown. Le dernier quart reste évidemment en tête, car on n’aime pas voir une équipe dominante se faire rattraper aussi stupidement devant son public, dans le money-time. Kudos envers les Raptors qui se sont battus jusqu’au bout, notamment avec Kyle Lowry et OG Anunoby en tête de file, mais pas grand chose de plus. Pascal Siakam a été harcelé par la défense des Sixers, Marc Gasol a eu droit à un juste retour de la blague réservée à Embiid il y a dix jours, et Toronto a perdu une brouette de ballons avec lesquels les potes de Ben Simmons se sont régalés. Tiens, l’ami australien, puisqu’on en parle. Benny avait été sensationnel samedi soir en roulant sur les Cavs avec sa meilleure performance au scoring en carrière (34 points), le meneur a remis ça 24h plus tard en étant très propre face aux Raptors. Impressionnant de facilité, de polyvalence et de gestion du rythme pour son équipe, Simmons a encore été au four et au moulin pour s’assurer que tout le monde était en parfaite santé. Toto Harris a été nourri abondamment, Matisse Thybulle et Mike Scott ont été servis à distance, et l’écart est bien monté à 20 points quand, entre quelques pénétrations bien senties, le meneur de Philly voyait ses shooteurs enfin planter leurs tentatives. Dans un match 100% labellisé BS, le joueur a terminé à 16 points, 11 rebonds et 9 passes, à 8/11 au tir, sans prendre ou rentrer le moindre tir à trois-points, mais on est obligés de le souligner vu que le type avait l’air de remporter un titre NBA en faisant ficelle ce samedi à distance.

Avant le début de ce match, toute la hype tournait autour d’une potentielle revanche individuelle, celle d’Embiid par rapport à son dernier affrontement avec les Raptors. Terminant sa soirée à 0 points, Joel avait été pointé du doigt, roulé dans la boue, traîné dans les orties et un peu arrosé de tomates jetées à la gueule. Et il est difficile, pour le coup, d’en vouloir à ceux qui ont agi ainsi (comme nous) car l’intérieur avait vraiment abusé sur le coup. Sauf que, contrairement à ce que l’on pouvait penser, Embiid n’a pas fait du match de ce dimanche une affaire personnelle. Le pivot aurait très bien pu hausser le ton, demander toutes les possessions au poste et en planter 40 avec lancer franc sur lancer franc. Au lieu de ça, le All-Star a été carré, droit dans ses bottes, dans la dynamique de son équipe. Patient en attaque, Joel a fait tourner le cuir en profitant de la réussite des siens et d’un mouvement de balle qui déstabilisait les Raptors. Solide en défense, le monstre a fait sa part du job en protégeant sa peinture sans célébration forcée. Résultat des courses ? Il peut y avoir un poil de déception dans le sens où un bon vieux payback est la meilleure des réponses devant des milliers de personnes, surtout quand on connaît les capacités de l’intéressé en trashtalking, mais le plus important était la victoire et Joel a validé ça de la bonne manière. Actuellement, Simmons est sur un excellent rythme et les victoires à domicile s’enchaînent soir après soir. On en parlait dernièrement, Philly avait besoin de ces matchs à la maison et la fin d’année 2019 est en train de s’approcher positivement pour l’équipe de Pennsylvanie. Ce qu’il faudra ? C’est gérer les Nuggets ce mardi soir, eux qui ont lâché un sale finish à Brooklyn et auront certainement envie de se rattraper en mettant fin à l’invincibilité des Sixers. Le rendez-vous est pris.

Philly devait assurer contre Toronto, et Philly n’a fait que ça ce dimanche soir. Hormis une fin de match un peu brouillon, la partition des Sixers fût excitante la majeure partie de la rencontre, et c’est donc une 8ème victoire en 10 soirées qui a été validée devant un public conquis. On en redemande. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top