One-on-One

Fred VanVleet a encore franchi un cap en l’absence de Kyle Lowry : si Toronto continue à gagner malgré les bobos, ce n’est pas par hasard

Fred VanVleet

21,9 points et 8,0 passes décisives par match depuis la blessure de Kyle. On peut dire qu’il a step-up le FVV.

Source image : NBA League Pass

En l’emportant la nuit dernière face aux Sixers, les Raptors ont continué leur excellent début de saison, eux qui affichent un superbe bilan de 12 victoires en 16 rencontres. Et le plus impressionnant dans tout ça, c’est qu’ils enchaînent les wins malgré l’absence de plusieurs éléments importants. Pour compenser et garder Toronto sur le droit chemin, beaucoup de joueurs ont step-up récemment et parmi eux, on a Fred VanVleet. 

Le 8 novembre dernier, quand Kyle Lowry et Serge Ibaka ont dû rejoindre l’infirmerie lors d’une victoire des Raptors à New Orleans, on se disait que les prochaines échéances risquaient d’être compliquées pour les Dinos, d’autant plus qu’un back-to-back hardcore du côté du Staples Center attendait la bande à Nick Nurse. Forcément, quand vous perdez votre meneur titulaire de niveau All-Star et votre sixième homme attitré, y’a de quoi avoir quelques doutes sur la capacité de l’équipe à garder le bon rythme du début de saison. Et puis on parle d’une franchise qui a quand même perdu la superstar Kawhi Leonard durant l’été, ainsi que Danny Green. Donc oui, on n’était pas très confiants pour les champions en titre malgré leur collectif, leur solidarité et l’explosion de Pascal Siakam. Sauf que depuis cette rencontre en Louisiane, les Raptors n’ont pas cédé d’un poil. Le bilan ? Huit matchs, six victoires pour deux défaites. Pour expliquer cette belle dynamique malgré l’absence de deux joueurs très importants du groupe, on peut mettre en avant plusieurs éléments. Le niveau de Spicy P évidemment, des mecs qui assurent en sortie de banc qu’on n’attendait pas forcément à un tel niveau (Rondae Hollis-Jefferson, Chris Boucher, Terence Davis), un collectif très solide des deux côtés du parquet et puis aussi l’apport de Fred VanVleet, qui continue son ascension. On va justement faire un focus sur ce dernier car depuis la blessure de Lowry, il faut bien dire que FVV a encore franchi un cap.

Avant de zoomer sur ses performances, petit rappel de la progression du bonhomme sur ces derniers mois. On se souvient de son début de Playoffs 2019, où il avait énormément galéré, en particulier en demi-finale de conférence contre les Sixers. Et puis il y a eu la naissance de son fils qui a visiblement libéré Fredo, auteur de perfs de folie par la suite dans la quête du titre des Raptors. Avec les départs de Kawhi Leonard et Danny Green durant l’intersaison, il a ensuite été intégré dans le cinq à l’arrière aux côtés de Kyle Lowry et a donc vu ses responsabilités augmenter avec environ 37 minutes par rencontre. Désormais, avec la blessure de Kyle, VanVleet est tout simplement le meneur titulaire de l’une des meilleures équipes de l’Est, dans laquelle il cartonne plus que jamais. Face à Philly la nuit dernière, FVV a terminé la rencontre avec 24 points et 8 passes décisives au compteur, tout en se montrant décisif dans les dernières minutes. Ça, c’est le genre de performance qui symbolise bien le niveau actuel du bonhomme. En effet, quand on regarde ses prestations sur les huit dernières sorties de Toronto, on se rend compte à quel point VanVleet est important dans le succès actuel des Raptors. Six matchs à plus de 20 pions, et des moyennes de 21,9 points, 8,0 passes décisives et 2,4 interceptions par match, le tout à 43,9% au tir dont 36,2% du parking et 86,5% aux lancers francs. Sa contribution en attaque comme en défense est cruciale dans les bons résultats de Toronto et il a aujourd’hui pris une autre dimension. On savait que FVV était un bon défenseur, on savait qu’il était un gros shooteur, et on a tous vu sa progression depuis qu’il évolue aux Raptors. Mais actuellement, il montre qu’il peut mener une équipe avec brio en l’absence de Kyle Lowry. Il crée pour lui, il crée pour les autres, il fait souvent les bons choix et les Dinos se régalent.

En d’autres termes, Fred VanVleet a pour l’instant parfaitement répondu au challenge en réussissant à s’adapter à un rôle plus important, ce qui n’est pas facile pour un joueur qui n’a jamais eu autant de responsabilités au sein d’une équipe NBA. Il est avec Pascal Siakam l’un des piliers du groupe actuel, qui s’en sort très bien malgré les blessures. Quand Kyle Lowry reviendra, probablement début décembre, le meneur All-Star reprendra naturellement les commandes de l’attaque et Fred va rejouer sur le poste 2 comme en tout début de saison. Son rôle devrait logiquement se réduire un peu mais il restera évidemment une pièce essentielle du collectif Raptors. En attendant, les Dinos ont encore deux échéances sur la fin du mois de novembre, avec un affrontement face aux Knicks mercredi, puis une rencontre à Orlando vendredi. Deux matchs très abordables pour poursuivre la belle série actuelle, qui est de quatre victoires consécutives, et ainsi solidifier la place de Toronto dans les hauteurs de la Conférence Est.

Fred VanVleet fait partie des grandes raisons qui expliquent la belle saison des Raptors, et surtout leurs bons résultats récents en l’absence de Kyle Lowry et Serge Ibaka. Sa progression est impressionnante et en ce début de saison, FVV a tout simplement son mot à dire dans la course au MIP, remportée l’an dernier par son pote Pascal Siakam.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top