Notes de match

Les notes de Rockets – Mavericks : Luka Doncic nous a encore fait du Luka Doncic, en EDGE bien sûr

Luka Doncic

Pourtant, il n’a pas la gueule de l’emploi…

Source image : YouTube NBA

C’est l’une des nouveautés pour cette saison 2019-20, TrashTalk vous offrira chaque dimanche soir les notes du NBA main event made in France. Disons qu’on a la chance de pouvoir profiter d’un match chaque semaine en prime time, disons que ça ne nous obligera plus à patienter devant un épisode claqué de Zone interdite, alors disons qu’on a décidé de profiter de tout ça pour rigoler un peu et pour vous faire part chaque semaine de notre bulletin de notes maison. Âmes sensibles s’abstenir, on n’est pas venus ici pour caresser la NBA dans le sens du poil, enfin pas toujours.

Quoi ? On est déjà à la cinquième édition des notes du dimanche ? Eh ça passe aussi vite qu’une contre-attaque de DeAaron Fox cette histoire ! En tout cas, on avait droit à une affiche 100% texane ce soir entre les Mavericks de Luka Doncic et les Rockets de James Harden. On a donc un duel de potentiels solistes. D’un côté, les Mavericks qui n’en finissent plus d’épater dans le sillage de son slovène, qui ne doit pas faire oublier le collectif bien huilé de cette équipe même si Kristaps Porzingis galère toujours autant avec son basket que Jim Boylen avec son effectif, les Mavs entendent bien ajouter une troisième branlée consécutive après avoir fessé les Warriors et les Cavs. De l’autre côté, des Rockets qui, après un début de saison poussif, ont joliment redressé la barre grâce à James Harden qui porte tout le monde, même Russell Westbrook sur ses épaules, avec plus de swag que Melo et sa capuche. Il faut absolument réparer la défaite in extremis subie chez les Clippers. Ça va se disputer la suprématie du Texas au calme en l’absence de Spurs, moribonds en ce début de saison.

Bon finalement, malgré un ultime sursaut dans le dernier quart-temps, le FC Harden, trahi par son banc, repart avec une certaine branlée à domicile infligée en grande partie par un Luka Doncic qui a arrêté de blaguer en deuxième mi-temps et un Tim Hardaway Jr qui a activé le mode Game-breaker. Les Rockets n’ont pas semblé exister, et ont été dominés. Y’a de bons strip-clubs à Houston déjà ? 

Houston Rockets

Russell Westbrook (5) : ce soir on aurait tellement dit le petit frère qui joue sur NBA 2K sans lâcher la gâchette R2. Trop de précipitation, pas assez de précision. Un poulet KFC sans tête, heureusement que Luka Doncic était là pour mettre la sauce aigre-douce.

James Harden (9 à 2 points, 2 à 3 points) : au four et au moulin en attaque, il a encore été le principal fer de lance de l’attaque de Houston. Par contre, pour louper moins de 13 paniers à 3 points, il assume autant ses responsabilités que Niska assume ses enfants… Harden aurait pu jouer simple, il a préféré se compliquer la tâche.

Danuel House Jr (6) : une bonne présence défensive, une disponibilité offensive et quelques shoots précieux enfilés par la Maison jeune. Un match sans trop de fioritures, ni parfait, ni nul. Et pour un type qui a une faute de frappe dans son prénom et la coupe de Mickey, c’est déjà pas mal.

PJ Tucker (6) : des charges, de la force, des jets de loin. En fait PJ Tucker c’est Gravalanch avec le supplément swag grâce à ses sneakers. Malheureusement, cela n’a pas suffi malgré son très bon passage. « Ce n’est pas très efficace. »

Clint Capela (7) : le mec chope tous les rebonds comme un aspirateur Dyson chope toutes les saletés. Par contre, il doit avoir envie de se battre en voyant ses coéquipiers réurbaniser la ville à coups de parpaings. Ferait mieux de donner de la voix. A-Capela.

Austin Rivers (3) : pour demander des fautes techniques contre son daron y’a du monde. Par contre quand il faut marquer du parking y’a plus personne. A sa décharge il est le meilleur marqueur du banc des Rockets. Avec 4 points. Oui oui…

Ben McLemore (2) : l’artiste quasiment éponyme Macklemore chantait Can’t Hold Us il fut un temps. Pour Ben McLemore, il n’a besoin de personne pour le contenir, il se contient très bien tout seul. Ben McLemort.

Thabo Sefolosha (non noté) : Thabo t’entraîner, tu joues à peine plus que deux minutes.

Tyson Chandler (non noté) : entré juste pour qu’on dise que James Harden n’avait pas la plus grosse barbe du match.

Chris Clemons, Isaiah Hartenstein et Gary Clark sont entrés pour les miettes et n’ont donc pas d’appréciation.

Dallas Mavericks

Luka Doncic (8,5) : si vous cherchiez une illustration à l’expression « l’habit ne fait pas le moine », il faut regarder Luka Doncic : un tatouage de fan de tuning, un corps un peu grassouillet et une vitesse si basse qu’on dirait qu’il a pas de réseau, mais alors quelle efficacité et quelle classe dans tout ce qu’il fait. Franchement, Suns, Kings et Hawks, vous ratez quelque chose là.

Tim Hardaway Jr (8) : lui, c’est un peu le gars qui arrive au collège après son frère surdoué et qui doit du coup faire au moins aussi bien. Sur ce match en tout cas, il a réussi sa prouesse. « C’est de famille ! » disent ses professeurs. Hardaway, dur à l’extérieur donc. Ok salut.

Dorian Finney-Smith (5) : un blaze d’avocat. C’est tant mieux, les avocats de la défense sont très recherchés, et Dorian sait défendre. Par contre en attaque, comme dirait Mister V « Qui c’est qui a touché à Dorian ? ».

Kristaps Porzingis (7) : du mieux pour la licorne lettonne, se battant toujours au rebond et ne perdant jamais confiance. Un impact retrouvé, et un apport croustillant comme une biscotte sur ce match. Krisprolls Porzingis.

Dwight Powell (3,5) : un apport clairement insignifiant sur ce match, un différentiel de -15 alors que sa team gagne de 14. Plutôt Asafa que Dwight Powell. Dommage que ce soit celui à la retraite. En tout cas, c’est sûr sque c’était pas le dopé.

Maxi Kleber (5) : un nom de sandwich Sodebo, un impact croustillant comme un paquet de chips Pringles. Maxi Kléber a réalisé tout ça face à Mike D’Antoni, l’égérie de la marque. Une pause pique-nique en toute simplicité donc.

Delon Wright (5,5) : parce qu’un mec qui partage son prénom avec le nom de famille d’Alain Delon mérite forcément d’apparaître dans cet article. Beaucoup de polyvalence mais ferait bien de faire de la pub pour Krys pour améliorer son tir de loin.

Seth Curry (4) : propulsé par défaut meilleur Curry de la NBA actuellement, Seth Curry n’a pas eu suffisamment d’impact sur ce match et a balancé des patates de forain sur le cercle au lieu de viser les filets. Plus Seth Gueko que Seth Curry.

Justin Jackson (5) : il a toujours cet air un peu bossu, mais il fait le job. Peu de temps de jeu, un tir primé. Merci, au revoir.

Jalen Brunson (non noté) : moins de 3 minutes sur le parquet, un and-1 et une comparaison avec Fred VanVleet. Voilà.

La cinquième salve des notes dominicales touche à sa fin, de match il n’y a finalement pas eu entre les voisins texans. Luka Doncic a croqué du beau monde ce soir tandis que la performance de James Harden derrière l’arc était à crever de rire, ou crever tout court on sait plus trop… Rendez-vous dimanche prochain à 22 heures pour la sixième fournée. Les Dallas Mavericks seront de nouveau présents, mais cette fois contre les Lakers d’Alex Caruso.

Dallas Mavericks Stats

Houston Rockets stats

1 Comment

1 Comment

  1. Nainbarbu

    25 novembre 2019 à 8 h 57 min at 8 h 57 min

    Belle initiative !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top