Raptors

Victoire XXL des Raptors contre Portland : le duo Pascal Siakam – Fred VanVleet plonge les Blazers dans la crise

Pascal Siakam

L’image semble floue, c’est tout à fait logique. Car Pascal allait beaucoup trop vite pour les Blazers.

Source Image : YouTube

Fin d’un road trip rondement mené pour les Raptors. Si celui-ci paraissait compliqué à première vue, les Dinos retournent finalement à la maison avec trois victoires sur quatre dont deux « de prestige », face aux Lakers de LeBron et donc cette nuit au Moda Center face à Portland. Des Blazers sombrant quant à eux dans les bas fonds de la Conférence Ouest. Deux dynamiques opposées et un résultat logique au final : 114-106 pour les hommes de Nick l’infirmière.

Waouh, c’est le mot le plus adéquat pour qualifier la performance des Canadiens ce soir. Car ce road trip se termine de la plus belle des manières avec un magnifique succès dans l’Oregon. Victorieux des Pelicans, des Lakers et donc des Blazers, ce petit voyage à l’Ouest aura permis de rappeler qu’ils ne sont pas champions en titre pour rien, malgré le départ de Kawhi Leonard.

Après la courte défaite contre son ex avant-hier au Staples Center, les Raptors, privés de Serge Ibaka, Kyle Lowry et OG Anunoby, avaient à cœur de bien performer avant de rentrer à la maison. L’entame est serrée, aucune des deux équipes ne parvient à créer un véritable écart. Pascal Siakam est maladroit et les nombreuses absences se font ressentir. C’est un duo assez inattendu qui maintient alors les Raptors dans le match. En effet, Fred VanVleet et Terence Davis combinent 26 points dans le premier acte. Bien accompagnés par Marc Gasol adroit derrière l’arc, Marco qui semble avoir enfin décuvé, les Dinosaures mènent à la pause. Le second acte sera par contre un récital orchestré par un jeune homme venu tout droit du Cameroun. 24 de ses 36 points au final inscrits en seconde mi-temps avec des mouvements chaloupés qui étonnent toujours autant. Sa progression, notamment balle en main, est toute aussi fulgurante qu’impressionnante. Mais les Raptors en veulent plus, à l’image d’un Rondae Hollis-Jefferson à 16 points, 11 rebonds et une énergie débordante et communicative. C’est dire, le commentateur de la franchise canadienne a même comparé lors d’un moment d’égarement l’ex-joueur des Nets à… Bill Russell. Attention à ne pas confondre neige et cocaïne tout de même au Canada. Bref, tout ça pour dire que les Raptors ont proposé une performance aboutie, et cela malgré de nombreux absents. Et c’est très encourageant pour la suite de la saison.

Côté Blazers que dire… C’est de pire en pire. Après un match catastrophique hier face aux Kings, ils étaient ce soir en back-to-back. Oui on peut trouver beaucoup de circonstances atténuantes mais le constat est là. Jusuf Nurkic ou pas Jusuf Nurkic, Portland joue mal, très mal. Pire que ça, l’énergie n’y est même pas, à l’image d’un Damian Lillard fantomatique ce soir avec ses 9 points (mais 10 passes) à 2/12, la ligne de stats concrétisant un body language étrangement emprunt de lassitude Seuls C.J. McCollum et Rodney Hood – de retour après deux matchs d’absences – ont finalement maintenu l’équipe la tête hors de l’eau avec respectivement 19 et 25 points et à des pourcentages honorables. Le secteur intérieur ? Clairement malade. Hassan Whiteside tape des fadeways à sept mètres du cercle, Skal Labissiere joue plus de vingt minutes et l’Oregon commence fortement à regretter les Mo Harkless et autres Al-Farouq Aminu qui composaient la véritable ossature défensive de cette équipe. Les équipes adverses s’amusent dans la défense de Portland, à l’image de Siakam et Van Vleet ce soir, combinant 66 points. Une seule petite victoire en cinq rencontres à domicile, là où il était l’année dernière presque impossible de s’imposer. Le public peut commencer à râler. Seule consolation pour eux et en hommage à ce fameux « mauvais » shoot de Damian Lillard contre OKC en Playoffs l’année dernière, il est désormais possible de gagner une forte somme d’argent en tentant un tir de ce spot-là. Car si dans les autres salles le jackpot est remporté si le tir est inscrit du milieu de terrain à Portland, on fait les choses différemment. Les petits coquins.

Toronto en chasse derrière Boston, la lutte pour les premières places à l’Ouest s’annonce plus rude qu’annoncée. Les Raptors jouent bien, Pascal est en mode MVP et Fred le cycliste le plus connu de la Ligue est toujours aussi chaud depuis mai dernier, bref tout va bien dans l’Ontario. Quant aux Blazers, il serait judicieux pour Terry Stotts et ses joueurs de commencer leur saison.  Car le wagon des Playoffs à l’Ouest a déjà démarré, il est bien rempli et ne va pas les attendre.

stats Blazers 14 novembre stats raptors 14 novembre

1 Comment

1 Comment

  1. Nello

    14 novembre 2019 à 20 h 04 min at 20 h 04 min

    Je crois qu’il y’a une coquille.. ne vouliez vous pas dire « la lutte pour les premières places à l’EST […] »?
    Vous êtes trop fort les gars

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top