Spurs

LaMarcus Aldridge a fait la spéciale au Thunder : 39 points à 19/23, Steven Adams reste l’enfant préféré de LMA

LaMarcus Aldridge 8 novembre

C’est un coup à finir chez le psy ça.a

Source image : NBA League Pass

C’était l’occasion rêvée pour LaMarcus Aldridge. Auteur d’un début de saison que l’on qualifiera de pourri du cul, l’intérieur des Spurs retrouvait cette nuit l’une des ses victimes préférées en la personne de Steven Adams. Un tatoué moustachu viril mais qui se transforme en poupée gonflable à chaque fois qu’il croise l’ancienne marquise des Blazers, et devinez ce qu’il s’est passé cette nuit à l’AT&T Center…

On se souvient tous, entre autres, de cette série de 2016 entre les Spurs et le Thunder, lorsque LaMarcus Aldridge avait enchaîné 38 points (à 15/23) et 41 points (à 15/21) lors des deux premiers matchs de la série. On se souvient également, évidemment, du career high de LMA en janvier dernier contre… le Thunder bien sûr, avec une démonstration à 56 pions sur la raquette du Tonnerre de Brest. Il est comme ça LaMarcus, quand il voit marqué OKC sur un maillot il voit rouge tel un taureau dans une arène, l’occasion d’ailleurs de vous rappeler que de kiffer l’embrochage de bêtes à cornes sous les vivas de la foule ne vous enverra pas au paradis. mais revenons à une vraie occupation pacifiste, à savoir la NBA et ce choc entre deux franchises qui se connaissent par cœur. Et revenons évidemment à notre héros du jour qui a donc une fois de plus, comme vous l’aurez compris, pris la défense du Thunder pour un paillasson bleu et orange. 39 points à 19/23, 6 rebonds, 4 passes, 2 contres et 1 steal, envoyez le match parfait et c’est pas trop tôt, car les performances de LaMarcus Aldridge depuis le début de la saison, euh… comment dire. Réveil en sursaut cette nuit et nouvelle mixtape donc, qui aura permis aux Spurs de s’imposer et de reprendre leur marche en avant après deux défaites face aux Lakers et aux Trae Hawks.

Un clinic de LaMarcus donc, mais pas seulement puisque cette nuit c’est le squad tout entier de Gregg Popovich qui a réenclenché l’accélérateur. DeMar DeRozan et Bryn Forbes ont lancé l’assaut, Patty Mills a terminé le boulot et entre les deux Dejounte Murray s’est une nouvelle fois comporté en vrai patron, saignant en attaque comme en défense, délié comme une béchamel maison et all-around comme souvent depuis le début de saison. Un Dejounbae en 17/8/10 à 7/12 au tir et surtout une impression de facilité qui promet pour la suite et qui laisse augurer des derniers jours tranquille pour Coach Pop. On aura également pu apprécier cette nuit la dégaine immonde d’un Tim Duncan tout heureux de retrouver son Wake Forrest Bro’ Chris Paul, on aura pu apprécier le match d’attaque quasi-parfait de Danilo Gallinari et les skills toujours aussi fous de Shai Gilgeous-Alexander, mais au bout du compte c’est bien San Antonio qui s’en sortira grâce à sa poutre indéfendable pour aller grappiller un quatrième succès en cinq matchs à domicile.

Un LaMarcus Aldridge une fois de plus à son aise contre sa victime préférée, un Dejounte Murray en parfait chef d’orchestre et finalement… une logique respectée dans le Texas avec cette victoire des Spurs. Et si vous voyez des étoiles quand vous vous couchez bourré, dîtes-vous bien que trois fois par an… Steven Adams se couche en voyant des Aldridge partout. Ça va finir chez le Psy tout ça, ça ne peut pas en être autrement.

thunder stats 8 novembre spurs stats 8 novembre

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top