Los Angeles Clippers

Load management de Kawhi Leonard, saison 2 : un vrai sujet de fond entre théorie du complot et soucis de bobos

Kawhi leonard Zaza Pachulia

On peut ressortir l’alibi Zaza Pachulia ou la date de péremption est passée ?

Source image : YouTube

Coup dur pour les fans des Clippers et du basket en général, Kawhi Leonard n’a pas joué contre les Bucks de Milwaukee la nuit dernière. Le dernier MVP des Finales ne serait pas à 100% physiquement. Pas de back-to-back prévu pour The Klaw. Et comme un air de déjà-vu. 

L’affiche de la nuit dernière devait voir le MVP en titre Giannis Antetokounmpo face à celui des Finales Kawhi Leonard. La rencontre était programmée en antenne nationale, et le fil conducteur de la soirée devait naturellement se concentrer sur le duel entre les deux ailiers. Une bataille entre deux des meilleurs joueurs de la planète, appartenant qui plus est à deux équipes visant clairement le titre en juin prochain. Sauf que les choses ne se sont pas vraiment déroulées comme prévu, car le franchise player des Clippers n’a pas joué la rencontre pour cause de load management. Et c’est toute l’organisation alléchante de la soirée NBA qui a volé en éclats. Il faut rappeler que le terme de load management est très en vogue ces derniers mois, et constitue un sujet houleux entre fans de la balle orange, staffs médicaux des équipes, diffuseurs TV et décisionnaires de la Ligue.

Pourtant, la décision concernant la non-participation de Kawhi aux back-to-backs a été validée par le porte-parole de la NBA Mike Bass (via le Los Angeles Times).

« Kawhi Leonard n’est pas considéré comme en bonne santé selon la politique de repos de la Ligue, et c’est pour cela qu’il est listé comme traitant une blessure au genou au sein de la liste des blessés des Los Angeles Clippers. L’administration de la Ligue, en consultation avec le directeur médical des sports de la NBA, est d’accord avec la décision du staff médical concernant le fait que Leonard n’est pas suffisamment en bonne condition pour jouer en back-to-back en ce moment. »

La NBA, après expertise du dossier a donc validé cette décision publiquement. C’était déjà le cas pour l’absence de Kawhi Leonard le 30 octobre face au Jazz, encore en back-to-back. À ce sujet, le coach des Clippers Doc Rivers avait déjà réagi concernant la frustration des fans.

« Tout ce que je peux vous dire, c’est que si vous êtes un fan des Clippers, c’est facile à expliquer. […] C’est à eux que nous devons penser le plus, pour être honnête. Ayant dit cela, vous devez vous préoccuper de tous les fans qui payent pour venir voir les matchs. On espère avoir suffisamment de bons joueurs sur le parquet pour proposer un bon match. Maintenant, si vous êtes fan de Kawhi et que vous venez de l’Utah, c’est difficile. Mais il n’existe aucun moyen aujourd’hui de contourner la situation. »

Toute cette affaire soulève différentes interrogations sur la légitimité et les bienfaits ou non du load management en NBA. C’est un casse-tête géant avec plusieurs parties impliquées. Le manque de transparence nette sur le sujet, et les différents traitements d’un cas à l’autre soulèvent de nombreux points d’interrogation.

L’an dernier, les Raptors avaient chouchouté et ménagé Kawhi durant la régulière, de sorte à conditionner l’ailier à son plein potentiel physique pour les Playoffs et le titre suprême. Et si les Clippers s’inspiraient de la même méthode ? Avec le retour imminent de Paul George, la gestion des back-to-backs de Kawhi pourrait être compensée. La vaste question du load management oscille aujourd’hui entre théorie du complot et réelles préoccupations physiques des joueurs. Mais au vu des colères que le sujet suscite, il ne serait pas étonnant de voir Adam Silver se pencher vigoureusement sur le dossier dans les prochains mois. 

Source texte : Los Angeles Times

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top