Nets

Kyrie Irving is a baaaaaaad man : game winner sur la tête des Knicks, la spéciale step back en mode Warriors 2016 !

Kyrie Irving 25 octobre 2020

Sorry, Knicks fans.

Source image : NBA League Pass

Pour ce premier duel 100% new-yorkais entre Nets et Knicks, c’est Kyrie Irving qui a mis tout le monde d’accord en plantant le shoot de la gagne sur la tête de R.J. Barrett et ses potes. Encore un moment fort, dans cette première semaine du nouveau meneur aux commandes de Brooklyn.

Que ce fût compliqué. Que ce fût tendu jusqu’au bout, pour les fans des Nets venus s’amasser au Barclays Center ce vendredi soir. Sur le papier, le match était immanquable et l’occasion était trop belle. En quel sens ? Et bien disons que la toute première performance de Brooklyn avait laissé pas mal de monde sur sa faim, une défaite au finish face aux Wolves malgré le God-mode activé par Kyrie. Disons aussi que, comme dit à l’instant et à titre plus individuel, Irving avait annoncé à tout le monde que sa présence chez les Nets allait apporter un niveau de show assez fabuleux cette saison, 50 points et un tir de la gagne malheureusement loupé sur Josh Okogie. Enfin, disons que la première vraie bataille pour le siège de New York était devant nous. Nets, Knicks, tous les habitants de Gotham sur le pont, quelques mois après le vacarme qui suivait la free agency. Ce match, Kenny Atkinson et ses hommes devaient l’emporter. Et c’était plutôt bien parti, notamment grâce aux efforts de Spencer Dinwiddie, Joe Harris et les autres copains du banc des Nets. Une rencontre menée de près de 20 points dans le troisième quart… qui commençait à glisser entre les mains de Brooklyn dans le money-time. Entre Allonzo Trier, Kevin Knox, RJ Barrett et un gros shoot de Wayne Ellington, les voisins du Madison Square Garden entamaient un furieux comeback qui voyait l’ambiance du stade changer en un claquement de doigts. Subitement, alors que les Brooooklyn faisaient écho, ce sont les supporters de David Fizdale et ses kids qui se mettaient à bomber le torse. Le and-one de Barrett, à trois minutes de la fin et donnant trois points d’avance aux Knicks, assommait la fanbase des Nets dans son ensemble. Sauf que ce sera, au final, le dernier panier marqué par les visiteurs sur la rencontre. Possession par possession, rotation sur rotation, Brooklyn va prendre les choses au sérieux et faire le nécessaire afin de ne pas subir une honteuse défaite face au rival local. Le genre de situation dans laquelle un certain Kyrie Irving a tendance à élever son niveau de jeu.

Pas le même flow, pas le même show. Contre Minnesota, Kyrie avait été sensationnel dans tous les compartiments du jeu, mais le rythme de jeu le permettait. Alors que cette nuit ? Ce money-time dans les tranchées ne permettait pas ce genre de mixtape. Il fallait être carré, précis, montrer avant toute chose que la signature de cet été a eu du sens notamment pour ce genre de match. Soixante-quinze secondes à jouer, trois points de retard, Irving nous cale une première isolation de toute beauté face au pauvre Kevin Knox, obligé de couler sur Uncle Drew Island. Plus qu’un point de retard. Le très bon stop défensif des Nets, avec le contest de Taurean Prince sur un shoot de Marcus Morris dont on demande encore la signification, permet d’installer la scène idéale. Kyrie, balle en main, obligé d’être clutch, en un-contre-un face à Barrett. On peut avoir tout le talent du monde, et c’est peu dire si RJ en a, mais quand on est un rookie on doit subir des moments de bienvenue en NBA. C’est inévitable. Irving se décale sur le côté droit du parquet, analyse son défenseur, ralentit le dribble puis, évidemment, lâche son signature move : step back à trois-points, coucou Golden State, ficelle. Le public du Barclays explose, temps-mort Fizdale. Il l’a fait. Mais pas de quoi perdre le contrôle pour autant, car les Nets avaient déjà vécu une action similaire deux soirs plus tôt. Kyrie avait déjà tenté de tuer les Wolves, avant de voir les visiteurs revenir puis repartir avec la victoire. Les derniers stops défensifs feront l’affaire, Brooklyn évite un arrêt cardiaque global, et surtout une bonne palette de punchlines si les Knicks avaient gagné en réalisant un fort comeback. Dans le jeu, Randle et ses potes ont été sérieux, téméraires, mais ce fût trop court au final.

Est-ce que l’ère Kyrie Irving démarre bien à Brooklyn ? Et bien, entre un match à 50 points et l’assassinat des voisins Knicks, on peut commencer à doucement hocher de la tête. Victoire des Nets, la première cette saison, pas de quoi faire les malins pour autant : on attend beaucoup mieux collectivement, et ce sera en déplacement à Memphis.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top