Nuggets

Les salaires des Denver Nuggets pour la saison 2019-20 : quelqu’un a dit à Torrey Craig qu’il gagnait moins que le mec du guichet ?

Salaires Denver Nuggets

Si Torrey Craig paye une seule fois l’apéro à ses teammates, c’est un scandale.

Source image : montage via CC0 Public Domain via www.publicdomainpictures.net

Qui dit nouvelle saison dit nouveaux chèques à faire tous les 30 du mois, et à ce petit jeu-là le comptable des Nuggets a intérêt d’avoir de l’encre dans son stylo à plume. Le projet Nuggets a une sacrée belle gueule et une belle gueule… ça se paye.

Petit guide pratique sur le Salary Cap et les Exceptions

salaires nuggets

Afin de bien comprendre les salaires et types de contrats distribués, nous vous rappelons que vous pouvez accéder aux définitions des options, en cliquant sur les liens ci-dessous :

___

Situation financière par rapport au cap

  • Le seuil de la Luxury Tax est fixé à 132,627,000$ cette année.
  • Le Salary Cap de la NBA est fixé à 109,140,000$ cette année.
  • Avec 131,648,234$ prévus contractuellement cette saison, les Nuggets frisent la catastrophe mais restent en dessous de la ligne critique. Le principal point d’interrogation dans les années à venir ? Michael Porter Jr.
  • Trois joueurs du cinq majeur sont verrouillés (Jokic, Murray, Harris) et les role players sont grassement payés, souvent à hauteur de ce qu’ils sont capables d’apporter. Mention spéciale quand même à un Mason Plumlee toujours utile mais dont les 14 millions, parlons poliment, font quand même un peu mal au cul.

Joueurs sous contrats garantis pour la saison suivante : 5

  • Nikola Jokic
  • Jamal Murray
  • Gary Harris
  • Will Barton
  • Vlatko Cancar
  • Les leaders sont dans la place pour quelques années logiquement. Les Nuggets auront très probablement 30 millions de plus la saison prochaine une fois que Paul Millsap aura terminé son opération épargne, et il sera alors temps de réfléchir aux cas Hernangomez, Porter Jr., Beasley ou Morris. Pas si catastrophique que ça, juste que pour faire des économies… il faudra être un peu patient. En même temps si tu veux gagner un titre ça passe un peu par là, faut avoir ce qu’on veut.

Trois joueurs dans des situations intéressantes cette saison

  • Jamal Murray : 130 fuc*in millions sur quatre ans. Jamal s’est mis bien pour la suite de sa carrière, et même jusqu’à la fin de sa vie si le garçon ne joue pas trop au poker. Confiance absolue des Nuggets en leur jeune meneur et le petiot va donc pouvoir jouer au basket bien décontracté maintenant qu’il a ssuré ses arrières à la J-Lo. Possible MIP en puissance pour certains, on zieutera en tout cas la différence sur le terrain entre un gamin qui veut un gros contrat et un gamin qui vient de le signer.
  • Jerami Grant : c’est quand on se dit que Jerami Grant ne prendra probablement… pas sa player option à 9 millions que l’on comprend que le garçon est en train de prendre une sacrée dimension. Le défi est immense cette saison : passer de role player efficace à starter indéboulonnable dans une équipe qui joue le titre. Il faudra dégager un mec à 30 millions par saison, et si cette saison servira avant tout de test, la prochaine pourrait bien être synonyme de gros chec, peut-être un peu plus proche des 15 ou 16 millions par an que des 9 millions qu’il touchera cette année.
  • Paul Millsap : on l’a mentionné à plusieurs reprises plus haut, Paul Millsap entre dans la dernière année du contrat de sa vie, mérité après sa magnifique période à Atlanta mais aujourd’hui légèrement exagéré compte tenu de son apport à Denver. Toujours aussi utile mais désormais beaucoup moins décisif depuis que le Colorado parle le Serbe couramment, Paulo va donc devoir profiter de cette dernière saison faite de moulures au plafond, avant d’aborder une fin de carrière avec quelques zéros en moins sur la fiche de paie.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top