Cavaliers

Darius Garland séduit, Kevin Porter Jr assure : la jeunesse des Cavs démarre bien sa pré-saison, en toute discrétion

Darius Garland

C’est lui, le nouveau King ?

Source image : NBA League Pass

Visés de près par les fans des Cavs après un mois de juin très intéressant, les rookies de Cleveland faisaient leur entrée hier soir face à San Lorenzo, un centre de loisirs de Buenos Aires. Bon, on est méchants, mais il faut dire que la partie n’a pas été des plus joyeuses. Heureusement, notamment, que Darius Garland et Kevin Porter Jr ont aidé à nous redonner le sourire.

Ambiance glauque à la Quicken Loans Arena, pour ce premier match de pré-saison dirigé par John Beilein. Glauque car ils sont environ 50 fans à s’être pointés dans les gradins alors que le foot US dirige les débats, glauque aussi car il s’agit d’une première sans Fred McLeod aux commentaires, la voix mythique des Cavs qui nous a quittée cet été. Le paysage est installé, il faut tout de même jouer ce match de basket car il a été prévu au programme et on va pas dépenser l’énergie des lumières pour que dalle. Malheureusement pour nos yeux, et fort heureusement pour le lobby des ophtalmos, le début de rencontre est un doux massacre qui nous fait plus soupirer qu’autre chose. Certes, on est ravis de voir Kevin Love rejouer au basket après tant de mois passés loin des terrains, et certes on est ravis de savoir que Brandon Knight est toujours en vie, mais le premier quart est d’une telle pauvreté qu’on a de la peine pour les Cavs et leurs fans. Peut-on avoir un peu d’excitation, quelque chose d’autre qu’un move au post maladroit bien qu’efficace signé Tristan Thompson ? Face à cette question, le second quart va être celui du réveil, et donc de toute notre attention. Au coeur des échanges, Monsieur Darius Garland, gardé sur le banc et limité à un quart d’heure de jeu en n’ayant pas pu trop s’entraîner et accessoirement loupé la quasi-totalité de la saison dernière en NCAA. Les supporters sont impatients, la pépite est là, et pour leur plus grand plaisir, Garland va nous régaler. Il faut très peu de temps pour réaliser que le jeune homme pue le QI basket, avec une aisance folle balle en main et ce triangle devenu roi dans la NBA actuelle : dribble, pass, shoot. Quand ce n’est pas Kevin Love qui est bien servi sur un back door, c’est un shoot à trois-points qui fait ficelle, un lay-up scoré en difficulté, et de belles lectures offertes sur demi comme tout-terrain. Oui, malgré un faible échantillon, Darius montre qu’il a le feeling, qu’il a ce petit plus, en toute sérénité, pour se faire sa place chez les grands. Comme d’habitude, pré-saison oblige, on évite les giga-conclusions hâtives. Mais on doit bien avouer que quand le gamin a la balle entre ses mains, plein de bonnes choses se passent pour les Cavs.

Ceci étant dit, en laissant Jordan Clarkson et Larry Nance Jr de côté, ce n’est pas le rookie des Cavs qui a le plus fait parler. Cet honneur revient à Kevin Porter Jr, dont le talent est indéniable et a été déployé dans ce contexte particulièrement favorable à son style de jeu. Percutant, technique, KPJ n’a pas fait le timide et a tout de suite voulu prouver que sa place en toute fin de premier tour de Draft n’était pas justifiée. Ce sera évidemment à lui de valider cette image sur la durée, car il faudra répéter ces efforts de manière régulière. Mais pour des fans de l’Ohio qui avancent cette saison dans le brouillard, en faisant totalement confiance à leur management ainsi qu’à leur nouvel entraîneur, les prémices sont intéressantes. Pas de quoi en faire une tarte aux oignons pour le moment, mais des bases solides sur lesquelles se poser dans les jours à venir, afin de monter en température petit à petit et arriver en condition optimale dans deux semaines. Il sera d’ailleurs intéressant de voir, en fonction des prestations de ces deux rookies (trois du premier tour avec Dylan Windler), comment les rotations de Beilein seront affectées. Est-ce qu’on retrouvera rapidement une traction Sexton-Garland dans le 5 majeur ? Si oui, qui plutôt à quel poste et avec quelles responsabilités ? Comment intégrer Porter Jr au mieux sans qu’il fasse le fou-fou, et afin d’utiliser au mieux tout son potentiel ? Devant ces énigmes, les vétérans seront potentiellement mis de côté, mais tant pis. Une nouvelle ère démarre à Cleveland, il faut mettre ces jeunes en avant et faire confiance à leurs capacités. C’est ce qui, sur un pauvre match de pré-saison qu’on oubliera très vite, a été plus ou moins avancé. On en redemande.

Kevin Porter Jr qui finit avec 16 points, Darius Garland impeccable à 4/4 au tir et du caviar en 14 minutes, pas d’explosion super-athlétique façon Zion Williamson mais pas forcément besoin. Les Cavs se tournent vers l’avenir avec des jeunes à développer, et ils ont l’air de ne pas trembler devant les grosses caméras de la NBA. Donc à confirmer.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top