Pelicans

Zion Williamson frappe fort dès son premier match de pré-saison en NBA : posters à tout va, phénomène physique, le garçon n’a pas traîné…!

C’était lui qu’on attendait le plus. Pas nous, mais la planète basket, shootée aux highlights de Zion Williamson depuis des mois et impatiente de le voir face à une vraie compétition. Pour son premier match de pré-saison, le phénomène de Duke a été à la hauteur… des attentes. Et sans mauvais jeu de mot.

Match de pré-saison oblige, on évite les conclusions hâtives. Difficile de juger un joueur dans de telles conditions, alors qu’il fait vraiment ses premiers pas dans la Ligue. L’intrigue ne peut être ignorée pour autant. Zion et les Pels se rendaient à Atlanta pour les débuts de cette nouvelle ère côté New Orleans, et le niveau de hype était énorme. Déjà car les deux équipes proposaient des jeunes très attendus, mais aussi car Williamson allait enfin pouvoir se frotter à ses observateurs. Dans son maillot bleu marine, le bonhomme n’a pas tardé avant de se faire remarquer. Premier quart-temps ? Premières actions ? Premier message envoyé à ses défenseurs. Une fois que l’épaule est passée, sortez le popcorn car le reste devrait se retrouver sur YouTube. Et c’est Damian Jones qui en a fait les frais, avec un poster retentissant qui a secoué les réseaux sociaux en pleine nuit. Un dunk surpuissant, puis un autre sur un très bon service de Lonzo Ball, puis un coast-to-coast pour provoquer la défense adverse, le package complet a été déroulé pour le plus grand plaisir des fans des Pels. Ce qui était plaisant à voir, au-delà des actions spectaculaires, c’est cette capacité qu’a Williamson à peser sur le match par sa simple activité physique. Un moteur énorme, quelques premiers systèmes bien dessinés par Alvin Gentry, et cela suffit pour se rendre compte qu’on est devant un garçon qui pourrait écraser du monde cette année. Les Hawks ? Une match-up favorable dans un tel setting, avec un rythme de jeu rapide, très peu de défense, et un secteur intérieur léger. On a évidemment hâte de voir le freak se frotter à des murailles plus épaisses, ainsi que du jeu vraiment placé sur demi-terrain, afin d’avoir le paysage complet. Mais la pré-saison sert tout de même à cela : voir l’attitude des jeunes joueurs, s’ils sont agressifs, s’ils n’ont pas peur des baobabs d’en face, et s’ils peuvent contribuer immédiatement en NBA. Le shoot extérieur restera un sujet de conversation permanent, mais le jeu de passe est déjà là, les lectures, la patience, en 26 minutes Zion a fait ce qu’il avait à faire (16 points, 7 rebonds, 3 passes, 4 interceptions).

Heureusement, le basket ne se joue pas à 1 contre 5, auquel cas on se ferait bien chier. Pour les Pels, on a notamment pu apprécier l’impact de Lonzo Ball dans le jeu avec un shoot revisité et utilisé en confiance, la classe de Jrue Holiday des deux côtés du terrain, mais aussi l’intelligence de Nicolo Melli, le bon rendement de Jahlil Okafor, la patience de Brandon Ingram et la productivité de Nickeil Alexander-Walker. Oui, comme certains l’avaient hurlé dès le mois de juin dernier, New Orleans sera bien une des équipes les plus fun à suivre en NBA pour la saison à venir. Trop de talent, de possibilités, dans un système qui pousse à galoper et avec des vétérans qui surveillent le bétail. Pour une première, Alvin Gentry s’est amusé et ses joueurs aussi, tout en restant sérieux et appliqués. On observera les prochaines rencontres avec autant d’attention afin d’en savoir plus sur ce que Williamson peut proposer face à d’autres types de défenses, mais pour un micro premier pas en NBA, autant dire qu’il est réussi. Une place dans le Top 10, un vrai sens du jeu, et des possibilités très variées pour punir les adversaires balle en main ou derrière des écrans finement placés.

Difficile de satisfaire le niveau de hype exceptionnel qui a été placé sur lui, sans qu’il le veuille. Et pourtant, Zion Williamson a validé son premier test comme il sait si bien le faire : avec sérieux, énergie, une grosse dose de spectacle et de quoi nous donner envie d’en voir plus. Octobre ou pas, le message est passé. Les prochains mois risquent d’être sacrément excitants pour suivre les Pelicans. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top