Mondial

Coupe du Monde 2019 – deuxième phase, le Groupe I : on ne dit pas que c’est la poule la plus tranquille, on le crie très fort

Patricio Garino

Et les Argentins ? Ils se marrent.

Les choses sérieuses commencent avec le début de cette deuxième phase et ce dès 10h du matin, tant pis pour la redif de Plus belle la vie. Argentine, Pologne, Venezuela, Russie, voilà le… mais attendez… c’est le deuxième tour là ? Ah bon, si vous le dîtes. Vous l’aurez compris, on reste un peu circonspect devant la compo de ce Groupe I mais que voulez-vous, faut croire que tout ce petit monde mérite. Allez, envoyez la preview.

Les équipes

#Argentine

Première phase tranquille pour les Argentins, et une deuxième phase qui pourrait l’être tout autant. Pas de difficulté majeure pour les hommes de Sergio Hernandez jusque-là, avec une victoires écrasante face à la Corée et deux autres bien viriles contre la Russie et le Nigéria. Facundo Campazzo joue comme un vrai chef d’orchestre autrichien, Luis Scola est de plus en plus jeune, Garino, Delia et Laprovittola sont au rendez-vous, bref rien de bien surprenant sur ce premier tour et deux matchs à venir qui devraient assoir la domination de la Pampa sur cette partie de tableau bien ouverte. Attention tout de même à l’xcèse de zèle, mais ça devrait passer.

#Pologne

C’est l’une des belles surprises de ce premier tour, puisque si les Plonais étaient reversés dans la poule la plus facile de toute l’histoire du Mondial (Chine, Venezuela et Côte d’Ivoire), rien ne laissait penser que les trois victoires seraient au rendez-vous. Sauf que Messieurs Ponitka, Slaughter, Cel and co. ont fait le taf plus que sérieusement, mettant à terre la Chine lors d’un match serré et dominant les Ivoiriens et les Picaros sans frémir. Y’avait de la place, les Polonais en ont fait encore plus et ils auraient eu tort de se gêner. Gros coup à faire en tout cas dans ce Groupe I, avec dès ce matin un match énorme à suivre face à la Russie, qui les enverra quasi à coup sûr en quarts en cas de victoire… mais qui les mettra dans l’embarras en cas de défaite. Parce que la Pologne dans le Top 8 mondial c’est un concept, et qu’il faudra peut-être bien s’y faire.

#Venezuela

Le petit poucet du groupe, qui doit clairement sa présence ici à Jean-Michel Chanceautirage. La fameuse magie de la Coupe pourrait toutefois offrir à ce Mondial une énorme surprise si d’aventure les coéquipiers de Nelson Colmeneros s’offraient un peu de rab, mais pour cela il faudra taper les Russes ET les Argentins. Pas facile mais pas impossible non plus, même si c’est évidemment la plus grosse cote de ce groupe. Premier élément de réponse dès cet après-midi face aux Argentins pour un magnifique choc sud-américain, et on préfère vous prévenir qu’il faudra très vite allumer sa calculette en cas de ioctoire vénézuélienne.

#Russie

Pas de surprise pour les Russes sur le premier tour, avec une défaite logique face à l’Argentine et deux wins contre la Corée et le Nigéria. On l’a dit un peu plus haut, en cas de défaite ce matin contre Natasha Polony… ce sera l’heure de rentrer au pays. Finale d’entrée de jeu donc, avec un match plus abordable ensuite face au Venezuela pour assurer la qualif en cas de win deux jours plus tôt. Vous suivez toujours ? Tant mieux.

Le classement

Groupe I

Le programme

  • Vendredi 6 septembre à 10h : Pologne – Russie
  • Vendredi 6 septembre à 14h : Argentine – Venezuela
  • Dimanche 8 septembre à 10h : Venezuela – Russie
  • Dimanche 8 septembre à 14h : Argentine – Pologne

La suite éventuelle

Pour les deux équipes qui sortiront en vie de ce Groupe I ? Place aux choses sérieuses et encore heureux, on va quand même pas jouer la Bulgarie en quarts de finale. Les deux premiers du groupe croiseront donc avec les deux premiers du Groupe J, à savoir celui de… la Serbie, l’Espagne et l’Italie. Ah oui, et de Porto Ricolol. Dans tous les cas ce sera donc un énorme choc en quarts, pas de raison donc de commencer les calculs à l’espagnole. Les Argentins partent évidemment favoris en terme de talent mais également en terme comptable, ne reste plus qu’à se poser tranquillement devant le Russie-Pologne de ce matin qui sent déjà la poudre pour la deuxième place.

Un énorme favori et un tableau très ouvert derrière, dans ce qui apparait clairement comme la poule la plus tranquille du… poulailler. On sait qui est le coq, y’a plus qu’à assister à la bagarre pour savoir qui l’accompagnera encore un peu dans la compétition.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top