Wizards

Le best-of des Wizards 2018-19 : Jean a encore fait le mur, c’était encore le bordel, mais au moins y’avait du spectacle

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, vingt-troisième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

En 2018-19, le niveau de Washington était loin de ce qu’on attendait l’été dernier. Avant le début de la saison, on pensait que les Wizards étaient armés pour se qualifier sans trop de soucis en Playoffs. Et bah, on peut dire qu’on s’est bien plantés. Un bilan final de 32 victoires pour 50 défaites et une 11ème place très décevante au classement de l’Est, le plus faible bilan des Sorciers depuis la saison 2012-13. Évidemment, les galères de John Wall ont beaucoup contribué à la chute de Washington, mais le mal est bien plus profond que ça dans la capitale. Petit remontant tout de même avec Bradley Beal, qui est devenu le meilleur marqueur à 3 points de la franchise avec 1 071 tirs primés, dépassant Gilbert Arenas et ses 868 missiles du parking.

Mais côté highlights, on peut dire que c’était toujours sympa de voir un match à Washington. Si Jean Mur a joué seulement 32 matches au total, il a quand même eu le temps de faire le spectacle le bonhomme. Rapide et agile comme l’éclair (coucou James Ennis), il était capable de transpercer la défense adverse pour aller tranquillement finir près du cercle… ou poser un énorme poster sur le mec qui l’attendait dans la peinture. Parce que oui, lui et Bradley ne sont peut-être pas très grands, mais quand on leur dit « il y a un gars à ridiculiser sous le cercle, c’est pour toi », bah ils ne sont pas les derniers à y aller. Désormais, Salah Mejri y repensera à deux fois avant d’essayer d’arrêter le number three. Mais le duo a été bien aidé par quelques potes qui s’y connaissent pas mal en jump. Et le premier qui nous vient à l’esprit, c’est Kelly Oubre Jr., le jeune joueur de 23 ans. Avant de déplacer ses talents dans l’Arizona, l’ailier de 2m01 avait la sainte manie de monter à la claquette. Corriger les tirs ratés de ses collègues en sautant par-dessus tout le monde par surprise, c’était son kiff. Mais bien sûr, on n’a pas oublié l’apport sous le panier de Jeff Green, toujours bien placé pour récupérer un ou deux ballons en l’air afin de leur indiquer le chemin du filet (ce qu’il fait beaucoup mieux que de défendre sur Lance Stephenson). Enfin, on ne voudrait surtout pas laisser de côté un gars comme Bobby Portis, qui est venu mettre des droites aux cercles au lieu de la joue de Nikola Mirotic. Ou Jabari Parker, qui s’est trouvé une place dans l’effectif et qui en a profité pour s’incruster dans le best-of.

Les Sorciers n’ont pas été à la hauteur dans les résultats cette année. Mais au moins, ils ont fait le spectacle avec leur jeu athlétique. On remercie donc la clique des druides pour ces 10 minutes de best-of. On verra désormais comment se passe la saison prochaine, mais ça s’annonce pas super.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top