News NBA

Une fresque de Larry Bird tatoué ne plaît pas à la légende : on tient l’histoire WTF du jour

Beau gosse, le Larry Bird.

Source image : YouTube/WISH TV

À Indianapolis, Larry Bird est une légende vivante. Alors forcément, on peut voir sa tête un peu partout. Récemment, une fresque à son effigie a été peinte sur un bâtiment de la ville. Sauf que dessus, Larry Legend est tatoué de partout. Et ça ne lui plaît pas vraiment.

S’il a quitté son poste de président des Pacers au printemps 2017, Larry Bird est toujours admiré des fans dans l’Indiana. Au point que certains d’entre eux ont des idées un peu loufoques, comme la graffeuse Jules Muck, qui a décidé de dessiner une fresque à l’effigie de l’ancien ailier des Celtics… sur laquelle celui-ci a des tatouages pleins les bras et la figure. Original, certes, mais pas au goût de l’ancien Celtic qui a même appelé son avocat pour faire enlever les tatouages et préserver son image. Un poil susceptible, l’ancien de la Dream Team. Mais dans le camp adverse, on tient à ces tatouages, et on a pas spécialement envie de céder au caprice de tonton Larry, comme l’explique Jules Muck à ESPN :

« Ils ont dit que les tatouages étaient problématiques. Je ne peux pas faire une réplique exacte d’une photographie. En plus, ça ne m’intéresse pas. On va voir. Ça va dépendre de ce qu’ils nous demandent de changer. »

Pas facile en négociation, l’artiste. Mais les deux partis sont finalement tombés d’accord pour ne laisser que l’inscription « Indiana » sur l’avant-bras du sexagénaire. La fresque inspirée d’une couverture de Sports Illustrated de 1977 est d’ailleurs dédiée au lien entre l’État du Midwest et la légende des Celtics, puisque celui-ci est représenté avec son maillot bleu clair des Sycamores d’Indiana State, qu’il portait à son époque universitaire (ça datte un peu). Né dans l’Indiana, Bird est très attaché à ses terres puisqu’il y est revenu après sa carrière de joueur pour devenir entraîneur des Pacers de Reggie Miller puis président des opérations basket de la franchise de 2003 à 2017. Du coup, ça n’a pas trop dérangé Larry de garder un tatouage en l’honneur de son État, mais à condition d’enlever les autres, un petit peu plus chelous (on vous laisse admirer son avant-bras droit). Apparemment, Larry Bird veut garder l’image d’un mec au physique à l’opposée de celui que certains s’imaginent d’un basketteur. Donc il veut bien être gentil l’oiseau, mais faut quand même pas abuser.

Idolâtrer quelqu’un, ça peu pousser à faire des trucs un peu inexplicables. Car une fresque de Larry Bird avec des tatouages de partout, fallait quand même le voir pour le croire. Larry Legend l’a vu, et ça ne lui a pas vraiment plu. Exit la plupart des tatouages, on garde le dessin d’un gars hyper attaché à ses origines. C’est clairement moins marrant, mais ça correspond beaucoup plus à l’ancien Celtic.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top