Cavaliers

Le best-of des Cavaliers 2018-19 : ah bah quand LeBron n’est plus là, on fait moins les malins dans l’Ohio

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, dix-huitième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

Les Cleveland Cavaliers. Rien qu’à écrire le nom de la franchise, on pense tout de suite à LeBron James. Mais avec le départ du King, après celui de Kyrie Irving en 2017, forcément c’était plus compliqué l’an passé. Et comme si ça ne suffisait pas, le dernier membre du Big Three Kevin Love a été blessé une très grande partie de la saison. Du coup, on vous dit tout de suite que ce n’est pas lui le héros du best-of. On va être clairs : les Cavs, c’était pas folichon l’année dernière. On dirait qu’ils ont très mal vécu la période post-Bronbron. Ah bah c’est sûr, il avait tout le temps le ballon ! Plus facile de gagner quand on se repose sur un candidat pour le titre du GOAT. Résultat, les Cavs sont passés d’une saison à 50 victoires avec une nouvelle participation en Finales (la quatrième de suite), à un bilan de… 19 succès pour 63 défaites et une 14ème place à l’Est. Vous avez dit dépendants ? Et puis comme annoncé, niveau highlights, on n’est plus vraiment dans la même dimension sans le King.

Heureusement pour eux, on n’est pas là seulement pour les tacler. Avec Collin Sexton et Larry Nance Jr. en duo de tête – qui se balancent des petites pépites de temps à autre – Cleveland joue beaucoup près du cercle et ça donne de jolis choses. Et oui, à Cleveland, on avait deux grands shooteurs à trois points au début de l’année qui n’ont pas terminé la saison sous le maillot des Cavs. Kyle Korver a été tradé au Jazz et J.R. Smith – ah notre pauvre Gérard – a été laissé de côté puis coupé par Cleveland. À ça, vous ajoutez un Channing Frye en pré-retraite donc bon… le jeu près du cercle, c’est bien aussi. Avec David Nwaba (venu de Chicago) et Cedi Osman, les Cavs avaient aussi de l’énergie sur les lignes extérieures, pratique pour les contre-attaques tranchantes. Dans la peinture, Nance Jr., Tristan Thompson et Marquese Chriss ont fait le spectacle, le troisième n’étant pas le dernier pour claquer un gros tomar quand c’est possible (fais gaffe à Serge Ibaka quand même Marquese).

On a donc dix minutes de best-of pour les Cavaliers 2018-19. Ça paraît beaucoup, c’est sûr. Est-ce qu’ils les méritent, ça l’est moins mais ils ont quand même réussi à nous offrir de belles actions. Juste de quoi rappeler à leurs fans cette année… inoubliable.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top