Magic

Le best-of du Magic 2018-19 : ah mais qu’est-ce que ça fait du bien de reprendre plaisir à les voir jouer

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, dix-septième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

ENFIN ! Le Magic est ENFIN retourné en Playoffs. Ce n’était pas arrivé depuis 2012 – et on commençait vraiment à perdre espoir – mais la saison dernière, la franchise est bien réapparue en post-season. Eh bah c’était pas trop tôt ! Et autant commencer par poser les bases. Non, Orlando n’a pas été ridicule en Playoffs. Loin de là puisque les hommes de Steve Clifford sont tout de même allés gagner le Game 1 à Toronto, sur le parquet des futurs champions NBA. Un exploit pour une équipe relativement jeune et sans grande expérience à ce niveau-là. Donc Orlando n’a pas démérité sa place dans le top 8 de l’Est une seule seconde. Mais surtout, et c’est ce qu’on préfère, ils ont fourni du beau basket. Du basket complet où chaque joueur de l’effectif apporte un truc spécial.

Commençons par le tandem made in Europe avec Nikola Vucevic et notre Evan Fournier national. Le premier a fait un chantier dans sa raquette avec 12 rebonds par match et presque 21 points de moyenne la saison dernière, tandis que le Frenchie a connu une campagne un peu plus compliquée en attaque mais il a tout de même planté quelques shoots pour assassiner l’adversaire. Aux côtés de ces deux-là, il y a Terrence Ross, toujours en feu follet sur le terrain qui peut autant mettre des missiles du parking que des gros dunks spectaculaires au milieu de raquettes blindées. Niveau spectacle, on a bien évidemment aussi Aaron Gordon. On se rappelle tous du Dunk Contest 2016, et il a encore une fois bien maltraité les arceaux avec ses gros tomars. Alors quand D.J. Augustin vient mettre son grain de sel avec notamment son game winner en Playoffs contre Toronto, et qu’on ajoute à cela du Jonathan Isaac et Cie, on obtient une équipe qui nous offre presque 11 minutes de highlights.

Le Magic est une belle équipe, une équipe qui a beaucoup souffert ces dernières années, mais surtout une équipe qui peut être fière de sa campagne 2018-19. Et en plus ils régalent alors nous… bah on kiffe la magie.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top