Knicks

Les jeunes Knicks ont du pain sur la planche : Mitchell Robinson et les autres devront montrer qu’il y a de l’avenir à New York

Mitchell Robinson

Pas de panique, la jeunesse est là !

Source image : YouTube

Les fans des Knicks sont nombreux, et tous espèrent revoir – enfin – la franchise en haut de l’affiche. Pendant que les superstars déménagent tous les ans, du côté de New York on fait comme on peut et les jeunes Knicks comme Allonzo Trier, Kevin Knox ou Mitchell Robinson ont décidé d’aller tout donner à l’entraînement pour s’améliorer par rapport à l’année dernière. 

L’absence de Playoffs a donné l’opportunité aux Knicks de développer pas mal de jeunes ces dernières saisons. Allonzo Trier a notamment connu une très solide campagne 2018-19 après que la NBA l’ait snobé lors de la Draft 2018. Non-drafté, c’est un gros scoreur toujours agressif avec le ballon qui a finalement fait ses preuves dans le roster des Knicks, jusqu’à obtenir un contrat de deux ans en décembre dernier. Mais comme chaque rookie, l’intersaison qui précède l’année sophomore est souvent considérée comme la plus importante d’une carrière. Justement, qu’est-ce qu’il travaille Iso Zo ? Il délivre ses secrets pour The Athletic, et c’est apparemment le shoot qui prime :

« C’est quelque chose dont le coach m’a parlé et le front office m’a demandé de prendre plus de tir à 3-points en catch-and-shoot, dès que je peux prendre ma chance. Ils m’ont dit que j’avais un si beau geste et de si bons pourcentages que je dois plus tirer sur ce genre d’actions. Non seulement c’est positif pour moi mais aussi pour l’équipe donc c’est ce sur quoi j’ai travaillé. »

Avec une grosse amélioration du joueur sur sa deuxième saison, notamment au niveau du shoot, Allonzo Trier peut devenir très dangereux l’année prochaine mais aussi dans les années à venir pour les Knicks. C’est aussi le cas de Kevin Knox, qui se prépare également pour entamer sa deuxième saison NBA. Sa première saison ? Elle s’est terminée avec 12,8 points et 4,5 rebonds dans la franchise new-yorkaise, pas si mal, même si le coach David Fizdale en veut forcément plus, notamment dans ses capacités à finir mieux au cercle et avec le contact.

Quant à Mitchell Robinson, il a beaucoup aidé les siens dans la raquette grâce à sa présence défensive et ses qualités de contreur, qui lui ont valu une moyenne de… 2,4 crêpes par match cette saison, avec une propension hallucinante notamment à aller contrer les tirs extérieurs avec ses immenses bras. Comme son pote Allonzo, c’est le tir qu’il faut désormais travailler pour passer un cap. Que ce soit à mi-distance ou à 3-points, Robinson se sent capable d’en rentrer pas mal. Ne reste plus qu’à voir si on a droit à l’habituelle rengaine estivale ou si le géant peut vraiment avoir une corde de plus à son arc.

« L’année prochaine je prendrai des tirs à 3-points. Je sais le faire. Je le faisais au lycée. Ce n’est pas si loin que ça. Je vais continuer à travailler là-dessus. »

On aimerait bien voir toute cette jeunesse des Knicks devenir des rois dans la Ligue, jusqu’à atteindre le haut du tableau dans la Conférence Est, tellement old-school. Avec du travail, de l’expérience et du renfort de qualité, tout devrait rentrer dans l’ordre dans la Grosse Pomme… un jour, bientôt. Les joueurs ont l’air de se donner à fond cet été pour devenir meilleurs, ce qui devrait ravir les fans des Knicks. Pas besoin de stars à la Free Agency finalement non ?

Ce sont des jeunes talentueux et affamés qui reviendront dans les vestiaires du Madison Square Garden pour essayer de donner du plaisir aux fans des Knicks qui n’en ont malheureusement pas ressenti énormément ces dernières années. L’effectif semble s’améliorer, pas de quoi pleurer après cette Free Agency, alors… qui a dit que tout était noir ?

Source texte : The Athletic 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top