Bulls

Wendell Carter Jr. veut devenir une gâchette en 2020 : y’a déjà quelques shooteurs en ville mais pourquoi pas

Wendell Carter sang

Bobby Portis lui a tout appris.

Source image : NBA League Pass

Opéré à deux reprises pendant sa rookie year, Wendell Carter a quand même eu le temps de montrer de sacrées aptitudes en défense. De l’autre côté du parquet en revanche, ce n’était pas toujours ça et c’est bien ce que le pivot compte travailler durant le temps qui lui reste avant la reprise.

Titulaire lors de ses 44 premiers matchs en NBA, le septième choix de la Draft 2018 a ensuite dû se contenter des célébrations depuis le banc pour soigner un pouce récalcitrant. Vu les objectifs des Bulls la saison dernière, prendre des risques aurait été une idiotie et le rookie a préféré prendre soin de son corps pour revenir à 100% à la rentrée prochaine. Il semblerait que son gros doigt réponde mieux pour liker des photos #SummerBody sur Instagram et le pivot s’est déjà remis au travail pour soulager ses coéquipiers avec de nouvelles skills, notamment au niveau de son shoot. Ce n’est pas forcément ce que l’on attend le plus d’un pivot pour ses premiers pas dans la Ligue mais WCJ est un bon élève et a déjà prouvé assez de choses en termes de protection d’arceaux pour passer à l’étape supérieure. A 7 rebonds et 1,3 contre de moyenne en 25 minutes, il fait déjà partie des meilleurs élèves de sa classe en défense et ça ne changera pas subitement. Alors quitte à bosser un autre compartiment de son jeu, c’est en attaque qu’il s’est concentré durant l’intersaison pour faire honneur à sa réputation en sortant de l’université. A Duke, il tournait à 41,3% derrière l’arc contre 18,8% chez les pros. Soit il est devenu myope en fixant trop longtemps les projecteurs du United Center, soit le recul de la ligne à trois-points correspond exactement aux limites de son range. En tout cas, si le natif d’Atlanta veut changer de dimension il va falloir travailler là-dessus pour retrouver un semblant d’adresse extérieure et c’est ce qu’il a fait comme il le confirme à Brandon ‘Scoop B’ Robinson.

« Je veux être plus agressif en attaque. La saison dernière, j’ai été très bon défensivement mais j’ai refusé beaucoup de choses offensivement. C’est ce que je veux travailler cet été pour devenir un shooteur honnête et pouvoir créer mon propre tir. »

On ne va pas lui demander de devenir le sniper attitré de l’équipe devant Otto Porter, Zach LaVine et Lauri Markkanen mais on a vu avec Brook Lopez à Milwaukee que si un pivot était capable de s’écarter aussi loin du cercle cela pouvait créer de nouveaux espaces pour ses coéquipiers. Bobby Portis le faisait un peu à Chicago et Jim Boylen ne va certainement pas interdire son sophomore de bosser son fouetté pendant l’été. Si Wendell arrive à des pourcentages corrects, c’est tout le cinq majeur des Bulls qui pourrait devenir une menace du parking, ouvrant de nouvelle possibilités dans le playbook local. De 10,3 points, l’intérieur pourrait aussi passer un peu plus haut pour s’imposer comme l’un des postes 5 qui comptent dans la Conférence Est. On peut dire que le champ est libre alors WCJ doit emmagasiner un maximum d’expérience dès à présent pour pouvoir ramener Windy City vers les sommets dans quelques temps.

Après des années d’échecs à répétition, les Bulls semblent sur la bonne voie. Avec un cinq majeur jeune et talentueux, on pourrait rapidement retrouver Chicago en Playoffs. En tout cas, c’est le cadre parfait pour grandir et c’est exactement ce qu’est en train de faire Wendell Carter Jr. qu’il faudra définitivement surveiller à la rentrée.

Source texte : Twitter @ScoopB

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top