Pelicans

J.J. Redick s’est créé un faux compte Twitter pour suivre la Free Agency : les joueurs sont comme nous en fait, de gros junkies accros au Woj bombs

J.J. Redick

Dors pas trop Gigi, tu vas rater la prochaine Woj Bomb.

source image : YouTube

Le dimanche 30 juin restera une date gravée dans l’histoire et dans les mémoires des fans. A minuit ce jour-là s’ouvrait (officiellement) une Free Agency qui deviendra par la suite all-time de chez all-time . Si, en tant que fans, nous attendions avec impatience la moindre petite Woj Bomb qui va bien, nous n’étions pas les seuls. J.J. Redick a avoué avoir crée un faux compte Twitter pour suivre la folie de la offseason. Kevin Durant style, en moins dramatique.

Woj Bomb ! Oups, fausse alerte, c’était pour tester en combien de secondes vous alliez attraper votre téléphone. Woj et bomb, voilà les deux mots qui rythment les étés de tous les fans de NBA. On sait qu’elle peut tomber n’importe quand voire… ne jamais tomber, mais on est toujours prêts à bondir sur le téléphone. Il semblerait que les joueurs (certains d’entre eux du moins) soient aussi addicts que nous aux tweets des Woj, Charania et autres Marc Stein. C’est le cas de J.J. Redick, si l’on en croit ce qu’il a confié pendant son podcast sur The Score :

« Le 29 juin j’ai discuté avec Adam Glessner qui bosse désormais pour les Spurs mais qui était à Orlando pendant mes premières années là-bas. Il m’a dit « comment vas-tu faire pour avoir les notifications si tu n’a pas les comptes du Woj et des autres ».  Du coup j’ai utilisé une vieille adresse mail que j’utilise d’habitude seulement pour mon compte Spotify. J’ai fait un compte Twitter basique avec l’œuf en avatar et j’ai suivi seulement les news breakers Woj, Charania, Ramona Shelburne et Chris Haynes »

Autre pépite du podcast, Redick raconte que le Woj a tweeté à 18h pile que Gigi s’en allait à NOLA, alors que le sharpshooter… n’avait même pas encore appelé les Pelicans pour leur annoncer la nouvelle. Quand on vous dit que le Woj vit dans le futur… Il raconte également l’impact qu’a eu sa conversation avec Jrue Holiday dans sa prise de décisions : « c’était une énorme opportunité pour moi de jouer avec un tel meneur ». Il évoque également l’impressionnante collection d’anciens de Duke dans le roster de NOLA : lui-même, Zion Williamson, Jahlil Okafor et Frank Jackson, sans oublier le GM Trajan Langdon. J.J. se sentira donc chez lui à NOLA. Sur Zion , il a confié s’être entretenu plusieurs fois avec Coach K sur le potentiel du monstre et qu’il était super excité de jouer avec lui.

J.J. Redick est un être humain comme les autres, et en période de Free Agency il est accroché comme nous à son télephone en attendant la prochaine Woj Bomb. Mais peut-être que la prochaine fois qu’il change de maison il aimerait l’apprendre de quelqu’un d’autre… l’équipe avec qui il signe peut-être 

Source: The JJ Redick Podcast

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top