Jazz

Pour Mike Conley Jr., le Jazz est armé pour jouer le titre : vu la gueule de l’effectif, on a envie de dire Oui Monsieur !

Il va falloir se les coltiner les Mormons…

Source image : YouTube

Parmi les équipes qui ont réalisé une grosse intersaison, on a incontestablement le Jazz. Les Mormons ont en effet été très actifs pour renforcer leur effectif et il faudra vraiment compter sur eux la saison prochaine. C’est d’ailleurs ce que pense Mike Conley Jr., qui a débarqué en provenance de Memphis il y a trois semaines.

On parle beaucoup des Nets, on parle beaucoup des Clippers et évidemment des Lakers, mais alors l’intersaison du Jazz, bonjour. Equipe solide depuis plusieurs saisons maintenant avec trois qualifications en Playoffs consécutives et deux campagnes à plus de 50 victoires, Utah n’a cependant pas réussi à faire mieux que les demi-finales de Conférence lors des trois dernières années. Du coup, pour franchir ce cap et devenir un vrai candidat au titre, les dirigeants du Jazz n’ont pas hésité à s’activer pour recruter des éléments qui pourraient permettre au Jazz de changer de dimension. Parmi eux, il y a bien évidemment Mike Conley Jr., l’ancien meneur des Grizzlies. Après 12 saisons à Memphis, le vétéran de 31 ans a été transféré à Utah où il prendra les commandes de l’attaque tout en apportant sa grosse défense et son expérience. S’il n’est plus tout jeune, Conley Jr. reste probablement sur sa saison la plus aboutie en carrière d’un point de vue individuel avec des moyennes de 21,1 points et 6,4 passes décisives, à 43,8% du tir dont 36,4% du parking. Clairement, Mike donne l’impression d’être le point guard qu’il faut à cette équipe. On connaît le bonhomme, on sait ce qu’il est capable de faire des deux côtés du terrain et son intégration dans le collectif et la culture du Jazz devrait se passer comme sur des roulettes. Et vu les nouveaux joueurs qu’il aura autour de lui, Conley Jr. devrait se faire plaiz du côté de Salt Lake City. Mais l’objectif, c’est de se battre pour le titre et pour le nouveau meneur d’Utah, le Jazz ne sera pas là pour faire de la figuration (via NBA.com).

« Gagner un titre est l’objectif de tout le monde. Vu notre effectif, le coaching staff et l’organisation, c’est un objectif réaliste. Pour cela, il va falloir qu’on travaille dès le premier jour. »

Avec Donovan Mitchell à l’arrière et notre Rudy Gobert national en tour de contrôle dans la peinture, Utah possédait déjà à la base un duo très sympa, sans oublier le précieux Joe Ingles à l’aile, toujours là pour faire chier l’adversaire. Mais quand vous y ajoutez Mike Conley Jr., il y a de quoi avoir des ambitions, surtout que le Jazz ne s’est pas arrêté là. Outre le chef d’orchestre originaire de l’Arkansas, la franchise de Salt Lake City a également chopé Bojan Bogdanovic durant la free agency. Pas rien tout de même. On parle d’un mec de 30 piges qui vient de sortir sa meilleure saison à Indiana avec 18 pions par match et un pourcentage à trois points de 42,5%. Dans le jargon, on appelle ça une gâchette. Encore un gars qui peut aider Utah à atteindre le niveau supérieur. Et pour la second unit, les Mormons ont recruté des joueurs comme Ed Davis, Emmanuel Mudiay et Jeff Green, qui vont renforcer un banc déjà composé de Royce O’Neale, Dante Exum ou encore Georges Niang et Tony Bradley. Bref, il a vraiment de la gueule cet effectif, même si Utah a forcément été obligé de lâcher du monde pour recruter, comme Jae Crowder et Derrick Favors, deux éléments qui étaient importants dans le collectif, ainsi que le sniper Kyle Korver.

Dans une Conférence Ouest plus ouverte qu’auparavant avec la chute des Warriors version Team USA, c’est vraiment le moment pour tenter sa chance et le Jazz a fait ce qu’il fallait pour pouvoir sérieusement jouer dans la cour des grands. Maintenant, va falloir faire le taf sur le terrain.  

Source texte : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top