Pistons

NBA Flashback 2018-19 #4 : ce jour où Blake Griffin a planté 50 points sur la tronche du Process

La saison 2018-19 est à peine écoulée qu’elle nous manque déjà. Comme chaque été TrashTalk vous propose donc de revenir sur ces événements qui nous ont fait vibrer, sursauter, rire ou pleurer, histoire aussi de garder notre belle NBA en tête H24 et douze mois sur douze. Allez, coup d’œil dans le rétro histoire de se rapprocher tranquillement… de la reprise. Comment ça on se repose l’été ? Comment ça on est des geeks ? 

Il y a de ces matchs qui façonnent la carrière et le prestige d’un joueur. Que ce soit en Playoffs ou pendant la régulière, un match à 40, 50 ou 60 pions force le respect d’autrui. Peu importe le dénouement de la rencontre et la situation de l’équipe, l’exploit individuel doit être valorisé. Et oui, nous restons avant tout des êtres humains et il est compliqué de mettre en difficulté 48 minutes l’équipe adverse grâce à sa seule personne. Bousiller ton match-up en lui foutant 50 points sur la caboche devant sa copine, ça c’est de la perf’ XXL. Encore plus quand la soirée se termine à la Jimmy Butler feat. Mrs Towns. Boh, il faut toujours garder une pensée pour les Enes Kanter’s gang serpillières de service qui malgré les millions de dollars encaissés, mangent un sacré coup dans leur estime de soi. Encore plus quand c’est un joueur des Suns qui t’en claque 70. Bref, retour sur un soir où Blake Griffin avait la main chaude.

Nous sommes le 24 octobre 2018, Halloween n’est qu’à 7 jours et pourtant la soirée s’annonce mortelle à Detroit. Les Pistons accueillent les Sixers pour le troisième et quatrième match des deux équipes. Pour le moment, Blake et ses potes sont en 2-0 et ne connaissent pas encore la défaite tandis que le Process est en 2-1. Le match débute et la victime de la soirée ne va pas tarder à se faire connaitre. Dario Saric est en PLS dans la peinture et subit déjà les premières attaques du gros poste 4. Poum ! Poum ! Poum ! Non ce n’est pas Carmelo qui frappe à votre porte pour gratter les restes de plancha mais plutôt les épaules de Griffin qui déboîtent du croate. Le môme prend complètement la sauce : bras roulés, lay-ups et and one… le poste 4 vit un véritable enfer. Un joli « Welcome to the NBA » pour le rookie troisième année (oups). Dwane Casey tente de réagir et tout le monde va s’y coller. Du gros charognard de Robert Covington à Mike Muscala en passant par Rachel DeMita… c’est la fête pour l’ailier fort. Jojo essaie de bloquer l’accès au cercle mais se transforme en escalator. Ensuite, Blake s’écarte et réussi 5 tirs du parking. D’habitude, la Little Caesars Arena est moins bruyante que Kawhi pendant la free agency mais ce soir, elle est réellement un cran au dessus. Griffin attire les Sixers en prolongation grâce à un gros fadeaway qui permet de revenir à 120 partout. À 2 secondes de la fin, Philly mène 130-128 et Blake vient marquer un énorme and one au lay-up. Gros problème, il n’est qu’à 4/10 aux lancers ce soir-là et tout le public tend les bras au cas-où. Rien à foutre, beng beng beng pour le franchise player qui lâche une masterclass digne d’un MVP. 131-130, Detroit Sekou Doumbouya’s Home l’emporte.

Une ligne statistique de mammouth, du top 10 et une perf ultra-clutch

La saison vient de commencer et certains peinent à digérer les piques-niques de Summer League. Seulement, Blake n’a pas leur temps et balance déjà des statistiques d’australopithèque : 50 points, 14 rebonds et 6 passes à 57% au tir donc 50% à trois points. Un double-double qui bloque le Process entre les cuisses du monstre. Sans parler d’as ou de carreaux, Griffin a sorti la grosse paire dans les moments importants. Le tir pour aller en prolongation puis le lay-up avec la faute pour égaliser. Enfin, le lancer franc de la gagne pour call the game. Ainsi, l’ancien des Clippers signe son plus gros total de points sur une rencontre et égalise son maximum de tirs du parking en un match (5). Quand ce vieux jobard joue de la sorte, on a l’impression d’observer un monstre contre des enfants. Le natif d’Oklahoma a littéralement bouffé Dario Sandwich et le Croate risque de s’en souvenir pendant longtemps. C’était un chouette match duquel s’est issu un joli scénario.

Alors oui Blake Griffin se blesse très souvent et ne sait toujours pas comment avoir une bague sans passer par le bijoutier, mais cette performance rappelle la dimension du joueur. Comme Kawhi, ce genre de sportif est capable de se réveiller d’un coup et de pourquoi pas, sortir une saison ponctuée par un titre. Bon, il y a quand même encore du boulot mais l’idée est là. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top