Blazers

Les Blazers et les Hawks s’échangent leurs contrats pourris : allez, Evan Turner contre Kent Bazemore, c’est validé

Evan Turner x Kent Bazemore

Le trade de l’année ? Bah non, pas du tout, désolé.

Source image : Montage TrashTalk via Youtube

Souvenez-vous, l’été 2016. Une drôle d’époque où n’importe quel joueur NBA en fin de contrat pouvait espérer se faire une jolie masse de billets. Un beau bordel qui a notamment conduit les Hawks et les Blazers à respectivement (trop) gracieusement payer Kent Bazemore et Evan Turner. Résultat ? Les deux franchises ont hier soir eu la magnifique idée de s’échanger leurs contrats pourris. Le trade Kent Bazemore contre Evan Turner, fallait y penser, et c’est désormais validé. 

Les NBA Awards, c’était bien sympa, mais la vraie grosse information de la nuit, elle est bien là. Bon, plus sérieusement, c’est vrai que ce trade ne casse pas trois pattes à un canard, mais tout de même. On ne s’y était pas vraiment préparé. En effet, Adrian Wojnarowski d’ESPN nous a une nouvelle fois tous pris de court au moment d’annoncer que les Hawks et les Blazers s’étaient mis d’accord pour échanger leurs contrats boulets Kent Bazemore et Evan Turner. Une affaire de gros sous ? Lorsque l’on voit que Bazemore va toucher 19,27 millions de dollars la saison prochaine et que Turner empochera lui la modique somme de 18,61 millions de dollars, c’est vrai que les comptables ont de quoi pleurer. Mais au bout du compte, vous l’aurez compris, l’équilibre salarial est quasiment parfait dans ce deal. Si Portland et Atlanta sont passés à l’action, c’est finalement peut-être davantage dans l’optique de se fermer le moins de portes possibles sportivement parlant. Malgré quelques bonnes prestations en postseason, Evan Turner a clairement pas mal galéré tout au long de l’année, quand de l’autre côté, Kent Bazemore ne semblait plus tellement faire partie du projet des Faucons pour les prochaines saisons. Vu sous cet angle, cet échange est tout de suite plus compréhensible. Les deux franchises vont continuer d’aligner les gros billets, mais elles vont au moins pouvoir s’offrir un joueur qui correspond sans doute davantage aux plans qu’elles souhaitent mener.

Ce n’est pas le trade de l’année, mais lorsque l’on y regarde de plus près, on peut donc y voir quelques intérêts. Sur le papier, récupérer un garçon comme Evan Turner est loin d’être une mauvaise idée pour les Hawks. En effet, si l’ancien Celte ne sera bien évidemment pas utilisé pour sa fabuleuse adresse extérieure, il sera plus que précieux lorsqu’il s’agira d’encadrer un vestiaire de pré-pubères. À l’image d’un Vince Carter du pauvre, E.T. aura donc comme principale mission de guider la jeune meute d’Atlanta, tout en proposant une option supplémentaire chez les guards et notamment à la mène. Bah ouais, parce qu’avec les De’Andre Hunter, Kevin Huerter et autre Cam Reddish, les ailes sont plutôt bien garnies du côté de la State Farm Arena. Avec tout ce joli petit monde, Kent Bazemore n’avait plus vraiment sa place, au contraire d’un Turner dont les qualités de playmaking seront forcément favorables en sortie de banc. Du côté de Portland, le budget de l’été s’annonce particulièrement serré, et il sera par exemple compliqué de prolonger un garçon comme Rodney Hood. Vous ne voyez pas où on veut en venir ? L’ami Bazemore peut avoir un pur rôle à jouer au sein des lignes arrière des Blazers dès la rentrée. Un peu de scoring, beaucoup de spacing, le tout accompagné d’une défense plus que sérieuse et de célébrations all-time sur le banc, et voilà comment Kenneth pourrait devenir une très bonne pioche la saison prochaine. Finalement, cet échange de contrats un peu trop salés, c’est du gagnant-gagnant, non ? C’est évidemment trop tôt pour le dire, mais les deux camps semblent avoir réalisé une opération loin d’être complètement vaine.

Un trade qui nous a un peu surpris, un échange de contrats pourris, mais un deal qui pourrait régler quelques petits soucis. Les Blazers et les Hawks ne viennent pas de changer la face de la Ligue, certes, mais les deux franchises viennent de s’offrir quelques options supplémentaires qui pourraient leur être bien utiles pour mener leur projet à court terme. Allez, on se donne donc rendez-vous au fameux moment où l’un des deux se sera fait couper.

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top